AccueilMondeEuropeAttentat de Paris: La liquidation des Kurdes fait-elle partie de la campagne...

Attentat de Paris: La liquidation des Kurdes fait-elle partie de la campagne électorale d’Erdoğan?

Le 23 décembre 2022, William Mallet, 69 ans, a abattu trois Kurdes et blessé trois autres devant le centre culturel kurde de la rue d’Enghien, dans le 10e arrondissement de Paris. Le journaliste et auteur Erling Folkvord déclare que nous devrions nous demander si la liquidation des Kurdes fait partie de la campagne électorale d’Erdoğan alors qu’il y aura des élections présidentielles en Turquie dans 5 mois.

Voici la suite de son article:

Les démocrates en Europe partagent-ils la responsabilité ?

De plus, nous devons nous poser une autre question qui pourrait être encore plus désagréable : une partie de la direction de l’État français protège-t-elle certains de ceux qui organisent le terrorisme contre les Kurdes (…) en Europe ?

En soulevant ces questions, je voudrais également souligner que tant les organisations que les responsables politiques en France se sont rapidement montrés solidaires des victimes du terrorisme. Le Conseil Démocratique Kurde en France (CDK-F) indique que la mairie du 10e arrondissement de Paris a mis le drapeau français en berne et a accroché un drapeau kurde à sa façade pour rendre hommage aux victimes. Sur Twitter, le président Emmanuel Macron a écrit que le triple meurtre de Mallet était une attaque ciblée contre la communauté kurde de France.

Ces actions et déclarations symboliques sont importantes. (…) Que fait le président Macron dans les semaines à venir ? Permettra-t-il que l’enquête policière soit une répétition de la dissimulation qui s’est produite après le précédent triple assassinat [dans lequel 3 militantes kurdes ont été abattues par un espion turc] le 9 janvier 2013 à Paris ?

« La passivité de la France et le silence de l’Europe »

Beth Hartmann a défié Macron lors d’un appel devant l’ambassade de France à Oslo. Elle est l’une des leaders du SolKurd norvégien (Solidarité avec le Kurdistan). Elle a déclaré:

« La terreur se répète. (…) Cette fois, ce sont la militante Evîn Goyî, l’artiste Mîr Perwer et Abdullah Kızıl qui ont perdu la vie. »

Ils ont utilisé leur vie pour lutter pour les droits et la liberté des Kurdes de différentes manières.

C’est la passivité de la France, le silence de l’Europe sur les exactions dont sont victimes les Kurdes en Turquie, en Iran, en Irak et en Syrie qui permettent aux Kurdes de continuer à souffrir. En Iran, la population est emprisonnée et tuée si elle ne respecte pas le code vestimentaire établi par le clergé. En Irak, des femmes sont tuées parce que le patriarcat décide de ce que les femmes doivent et ne doivent pas faire. En Turquie, des politiciens sont tués parce qu’ils s’opposent au [pouvoir]. En Syrie et en Irak, des Kurdes sont tués par la Turquie parce que la Turquie a peur de perdre son pouvoir et parce que les Kurdes ont choisi de suivre et de vivre selon l’idéologie d’Öcalan.

Seules l’unité et la solidarité des alliés des Kurdes peuvent changer cela. Nous exigeons que la France fasse la lumière sur l’attentat terroriste de la veille de Noël.

La Commission civique UE-Turquie (EUTCC)

Dans un communiqué, la Commission civique UE-Turquie est également claire : « La Commission civique de l’UE en Turquie condamne l’attentat dans les termes les plus forts et exige une clarification complète qui est également nécessaire pour l’attentat de Paris en 2013. est dangereux. L’Union européenne, et la France en particulier, doivent prendre une position claire contre tous les actes de terrorisme de la Turquie sur le sol européen. »

William Mallet – un loup solitaire ou l’un des loups gris ?

Plusieurs commentateurs ont tenté de dépeindre Mallet, 69 ans, comme un raciste, ou un loup solitaire. Mais peu de temps après les meurtres, le procureur a déclaré que l’assaillant avait prévu d’utiliser toutes ses balles en en gardant une seule pour se suicider après le massacre.

Et pourquoi Mallet avait-il prévu d’utiliser toutes les balles avant de se suicider?

Dans quelle mesure les plans étaient-ils concrets ?

Une voiture a déposé Mallet sur les lieux du crime. La police a-t-elle arrêté la personne qui conduisait la voiture ? Avec toutes les caméras de surveillance dans les rues de Paris, il n’aurait pas dû être difficile d’identifier la voiture, n’est-ce pas ?

Mallet transportait beaucoup de munitions. Il s’est présenté devant le centre culturel kurde au moment où 60 femmes kurdes devaient s’y retrouver. Les femmes devaient planifier la commémoration du 10e anniversaire de l’exécution de trois militantes kurdes, Sakine Cansız, Fidan Doğan et Leyla Şaylemez [à Paris par un espion turc]. Est-ce Mallet seul qui a déterminé le lieu et l’heure du crime ? Des problèmes de circulation ont causé une heure de retard aux 60 femmes. C’est ce qui leur a sauvé la vie.

Mallet avait beaucoup de munitions. Les employés d’un salon de coiffure kurde voisin ont vu que Mallet avait tué trois personnes avant d’avoir vidé le premier magazine. Ils ont maîtrisé le terroriste alors qu’il était occupé à recharger son arme. Ils l’ont détenu jusqu’à l’arrivée de la police.

Cela n’a pas été prouvé, mais il y a de fortes indications que Mallet n’était pas seul dans cette attaque, qui visait spécifiquement les militantes du mouvement des femmes kurdes. Si l’enquête française n’inclut pas une enquête complète pour savoir si tel est le cas et qui était derrière Mallet, la déclaration Twitter du président Macron sera réduite à des mots vides. Peut-être la vérité est-elle que le Mallet raciste n’était qu’un « pion » utile pour ceux qui ont planifié l’attaque terroriste ?

Les loups gris

Les loups gris se sont fait connaître en Europe lorsque, au milieu des années 1990, ils ont collaboré avec le service national de renseignement turc (MİT) et des militants du Parti d’action nationaliste (MHP) pour les assassinats des Kurdes politiquement actifs dans des exécutions extrajudiciaires.

Mais les loups gris ont une histoire beaucoup plus longue. Feu le colonel Alparslan Türkeş (1917-1997) est devenu homme politique et, à la fin des années 1960, a fondé à la fois l’organisation terroriste des Loups gris et le MHP. Türkeş est devenu plus tard vice-Premier ministre. Les Loups Gris ont collaboré avec le MİT en Turquie et en Europe. Leur département d’outre-mer le plus fort se trouve en Allemagne. Ils ont mené des actions contre les gauchistes, contre les Arméniens et contre les Kurdes.

Menace turque de représailles

En novembre 2020, deux ans avant le triple meurtre de Mallet, la France avait interdit les « Loups Gris » sur son sol. Le ministre turc des Affaires étrangères a critiqué la décision française. Il a annoncé son intention de riposter : « Nous rendrons la pareille à cette décision de la manière la plus ferme. »

Le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu, s’est exprimé tout aussi clairement le 24 décembre 2022, au lendemain du triple meurtre de Mallet à Paris : « Tayyip Erdoğan liquidera non seulement les terroristes en Turquie, mais aussi dans le monde. »

Ne serait-il pas plus naturel pour un chef d’État d’adresser un message de condoléances aux victimes, comme l’a fait le président Macron ?

Les Européens ont-ils une responsabilité ?

Nous avons affaire à une terreur dirigée ou inspirée de la Turquie. Cela n’affecte pas que les Kurdes. En Turquie, cela peut toucher quiconque fait partie de l’opposition démocratique et se bat pour la liberté et les droits démocratiques. La terreur frappe, que les Loups gris, le MİT ou l’EI (État islamique) soient derrière elle.

Cette terreur n’est pas seulement l’affaire des Kurdes et de ceux d’entre nous, Européens, qui soutenons le combat des Kurdes pour la liberté et les droits démocratiques. La terreur contre les forces démocratiques peut également frapper aveuglément en Europe, que la Turquie ou l’EI soit derrière elle.

A l’automne 2015, j’ai rencontré Nesrîn Abdullah. Nous étions dans la partie kurde de la Syrie. Abdullah est la commandante en chef des Forces de défense des femmes (YPJ), qui font aujourd’hui partie des FDS interculturelles (Forces démocratiques syriennes). Elle a déclaré ceci:

« Le combat que nous menons contre Daech (nom arabe de l’EI) est un combat pour le monde entier. Pas seulement pour la Syrie ».

Les FDS ont poursuivi ce combat. Quelque 12 000 Kurdes, Arabes et soldats d’autres nationalités ont sacrifié leur vie dans la lutte contre l’EI jusqu’en 2019. Ils y voyaient un combat « pour le monde entier ».

Comment les chefs d’État européens ont-ils montré leur gratitude envers ceux qui ont sacrifié leur vie pour arrêter l’organisation terroriste EI ? La réponse est simple : les chefs d’État ont tous apporté un soutien tacite ou actif à la guerre en cours que mène la Turquie pour détruire les FDS. Si la Turquie réussit, elle détruira la contre-force la plus puissante contre l’EI. Déjà maintenant, nous voyons que la guerre de la Turquie contre les FDS a contribué à ce que l’organisation terroriste EI soit à nouveau à l’offensive.

Les Européens devraient-ils s’en soucier ?

De nombreux Européens, qui sont eux-mêmes des démocrates sincères, sont en pratique indifférents à la terreur menée par la Turquie en Europe et à la guerre menée par la Turquie pour détruire les FDS en Syrie. Certains d’entre eux pourraient bénéficier de la lecture d’un poème du prêtre allemand Martin Niemøller. Pendant de nombreuses années, lui aussi était indifférent à la persécution et à la terreur, tant qu’il n’y était pas lui-même pris. Depuis le jour où le régime nazi l’a pris en 1937 et jusqu’à la défaite d’Hitler en 1945, Niemöller était dans les camps de concentration de Sachsenhausen et de Dachau.

Je me suis tu – Martin Niemöller
Lorsqu’ils sont venus chercher
les communistes
Je me suis tu,
je n’étais pas communiste.

Lorsqu’ils sont venus chercher
les syndicalistes
Je me suis tu,
je n’étais pas syndicaliste.

Lorsqu’ils sont venus chercher
les sociaux-démocrates
Je me suis tu,
je n’étais pas social-démocrate.

Lorsqu’ils sont venus chercher
les juifs
Je me suis tu,
je n’étais pas juif.

Puis ils sont venus me chercher
Et il ne restait plus personne
pour protester.

Article original à lire sur Medya News: Is liquidation of Kurds part of President Erdoğan’s long election campaign?

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici