AccueilKurdistanPour gagner les élections de 2023, Erdogan prévoit davantage de destructions en...

Pour gagner les élections de 2023, Erdogan prévoit davantage de destructions en Syrie

Le peuple turc ne veut plus d’Erdogan qui s’accroche au pouvoir depuis vingt ans maintenant. Ainsi, depuis 2015, l’année où le parti « kurde » HDP est entré au parlement, privant celui d’Erdogan de la majorité pour gouverner le pays, avant chaque élection, le président turc part en guerre contre les Kurdes afin d’exacerber le sentiment nationaliste de la population qui se range derrière lui comme un seul homme, qu’importe la pauvreté, l’insécurité, la corruption galopantes qui ravage le pays. Avant les élections présidentielles de 2023, il est décidé à user de la même recette, en interdisant le parti HDP et en s’attaquant aux Kurdes de Syrie.

Pour gagner les élections de 2023, Erdogan prévoit davantage de destructions en Syrie

Pendant des mois, les forces turques ont pilonné la région autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES) dirigée par les Kurdes avec des armes lourdes et des frappes aériennes. Ces attaques font partie des tentatives d’Erdogan de lancer une nouvelle campagne d’invasion et de nettoyage ethnique dirigée contre les Kurdes, similaire à l’occupation d’Afrin en 2018 et à Serê Kaniyê et Girê Spî‎ en 2019. Les forces turques ont utilisé diverses méthodes, mais ces derniers temps, elles se sont davantage appuyées sur les frappes aériennes de drones pour éliminer les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis alors qu’ils combattaient l’EI ( Daech ) en Syrie. En 2022, la Turquie a tué plusieurs civils, dont douze enfants, et des dizaines de membres des FDS à travers la région. Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a promis à plusieurs reprises de mettre fin à l’existence de l’AANES sous divers prétextes, notamment ses liens avec le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), qualifié d’organisation terroriste pour avoir lutté pour les droits des Kurdes en Turquie depuis 1979.

Lors de la précédente invasion de la Syrie par la Turquie, des centaines de milliers de Kurdes ont été déplacés et des centaines de civils ont été tués. Le gouvernement turc a utilisé des mandataires syriens radicaux ayant des liens avec des groupes terroristes (DAECH, al-Nosra…) pour modifier la démographie des zones occupées et installer des non-Kurdes dans des villes et villages historiquement kurdes. Plus tôt cette année, Erdogan a déclaré son intention de réinstaller un million de réfugiés syriens supplémentaires dans les zones sous administration actuelle ou ancienne de l’AANES. L’ONG Human Rights Watch continue de critiquer la politique turque dans la région pour avoir produit une panoplie de violations des droits humains y compris cette politique de relocalisation forcée. Bien que la Turquie ne soit pas signataire du Statut de Rome de la CPI, le déplacement et le remplacement d’un groupe ethnique par un autre constituent des crimes contre l’humanité en violation de l’article 7 du Code pénal international.

Outre la phobie historique envers les Kurdes, Erdogan cherche également désespérément à remporter les élections turques de 2023, qui (jusqu’à présent) ne semblent pas brillantes pour lui et son parti. Dans le passé, il a réussi à remporter deux élections et un référendum en lançant des guerres contre les Kurdes et en ralliant le soutien autour du drapeau, qu’il cherche à répéter. Pour de nombreuses raisons, les Kurdes restent pour lui la proie la plus facile à chasser. Par exemple, tout en menaçant de guerre avec la Grèce, Erdogan sait que la communauté internationale – en particulier l’OTAN – ne tolérera pas un conflit ouvert ou une agression contre les forces grecques, mais leur position intransigeante sur le conflit gréco-turc a été décidément plus vocale que leurs opérations. en Syrie. De plus, ses concessions au monde arabe et à l’Israël, dans une tentative de réparer son économie chancelante, a échoué. La Turquie est toujours aux prises avec ses taux d’inflation les plus élevés depuis un quart de siècle, qui se sont obstinément stabilisés autour de 80 %, tandis que le chômage est resté stable à deux chiffres jusqu’en 2023. Une autre raison de son intention d’occuper les zones kurdes est la faiblesse de l’opposition politique turque, qui a centré avec succès le discours sur les réfugiés syriens en Turquie pendant les élections, aidant Erdogan à obtenir le soutien pour ses plans d’invasion. Par exemple, Erdogan a cherché à plusieurs reprises à maintenir la « zone tampon » de 30 km de profondeur en Syrie, qui couvre la majeure partie de la région kurde. Il affirme que le retour des réfugiés syriens dans cette zone tampon est une situation gagnant-gagnant pour le nationalisme turc car cela compliquera davantage la situation en Syrie, en particulier les relations entre les Kurdes et les Arabes syriens. Il vise à utiliser les réfugiés syriens comme des pions dans sa campagne électorale contre l’opposition, les obligeant à soutenir son plan d’invasion. Cela dit, ses plans pour installer des non-Kurdes dans des localités anciennement à majorité kurde sont à la fois une violation de la loi des droits humains en vigueur et finalement pas particulièrement réaliste, à en juger par le nombre de colonies conçues de manière similaire à Afrin qui font face à la résistance des habitants. De plus, un plan aussi massif nécessite un immense soutien financier qui manque à la Turquie et la région reste sous l’administration de l’AANES.

Les autres grands plans stratégiques d’Erdogan impliquent la normalisation de ses relations avec le régime syrien, même après 11 ans de tentatives pour renverser la dictature à Damas. Les élections de 2023 ont renforcé cette approche alors que l’opposition turque s’est engagée à normaliser les relations avec le régime syrien et à « renvoyer les réfugiés syriens ». De toute évidence, les politiques d’Erdogan se sont retournées contre lui et ont terni les perspectives d’avenir de la Syrie, notamment en raison de son soutien continu aux groupes radicaux. Bien que les personnes vivant sous l’occupation turque en Syrie aient montré leur rejet de la normalisation des relations turco-syriennes en organisant des manifestations de masse, les dirigeants de l’opposition syrienne restent des mandataires de la Turquie et ont choisi le silence. Néanmoins, Erdogan ne parviendra probablement pas à normaliser ses relations avec le régime Assad. La Turquie a créé et continue de maintenir de nombreuses organisations terroristes sur le terrain. Plus particulièrement, les groupes radicaux liés à Al-Qaïda qui partagent l’idéologie djihadiste de l’État islamique et qui ne se rendront ni à Assad ni à Erdogan. De plus, la Turquie sera confrontée à une immense pression de la part de la communauté internationale car il est probable que la normalisation des relations avec Assad n’apporterait pas la paix en Syrie, mais plutôt une déstabilisation supplémentaire.

« En ce qui concerne la normalisation de la relation entre le régime syrien et la Turquie, nous regardons cette relation avec suspicion et constatons que le régime d’Erdogan pratique des pressions qui provoquent les parties internationales et cherche à faire pression en déclarant continuellement rétablir la relation avec le régime syrien. D’autant plus que les deux régimes ont un problème principal, qui est le problème kurde. a déclaré Ilham Ahmed, coprésidente du Conseil démocratique syrien (SDC) lors d’un panel organisé par l’Institut Kurde de Washington (WKI). Ahmed a également fait part de ses inquiétudes concernant la nature autoritaire des régimes syrien et turc à la lumière de leur incapacité à trouver des solutions politiques ou militaires en Syrie depuis 2011. « Les deux régimes pratiquent des politiques communes concernant la question kurde. Par conséquent, la restauration de la relation dans ce cadre nous apparaît comme un danger non seulement pour le peuple kurde mais aussi pour l’ensemble du peuple syrien », a-t-elle ajouté.

Le rapprochement Erdogan-Assad visera d’abord à mettre fin à l’AANES en tant qu’entité, puisque les deux régimes partagent l’objectif d’éliminer la résistance kurde. En cas de succès, des groupes terroristes tels que le groupe État islamique, Hay’at Tahrir al-Sham (HTS) d’Al-Qaïda, soutenu par la Turquie, et d’autres contrôleront probablement de larges pans de la région. La seule raison pour laquelle l’État islamique n’a pas pu restaurer son «califat» a été la campagne constante des FDS contre le groupe terroriste aux côtés de la coalition mondiale dirigée par l’armée américaine. En supposant qu’Erdogan parvienne à un accord avec le régime d’Assad et envahisse la région, les résultats seraient un désastre humanitaire. Des millions de personnes seront déplacées par la Turquie, et beaucoup fuiront vers l’Europe en tant que réfugiés, poursuivant les tendances qui ont accompagné les précédents actes d’agression turque.

La normalisation Erdogan-Assad fait également partie du plan de la Russie pour soutenir la survie du régime syrien depuis la révolution de 2011. Moscou a pu organiser une rencontre entre les chefs des services de renseignement des deux côtés et travaille activement au rapprochement des deux régimes, après qu’Erdogan a officiellement demandé la médiation russe. La Russie perd en Ukraine, mais avait conquis la Turquie bien avant sa campagne d’invasion de 2021. Erdogan s’est rangé du côté de la Russie plus souvent que de l’OTAN ou d’autres puissances occidentales ces dernières années. La Russie bénéficiera en outre du maintien de la Turquie en tant que partenaire économique potentiel pour l’expansion des affaires de ses oligarques et le contournement des sanctions. Dans le même temps, Erdogan aura une voie d’invasion beaucoup plus facile si la Russie donne sa bénédiction. Auparavant, nous avons vu cela se jouer lors de l’invasion d’Afrin en 2018, qui a commencé à la suite de l’ accord sur le système de missiles S-400 de 2017 entre la Russie et la Turquie, lorsque la première a permis à la seconde d’envahir les villes kurdes sans intervention.

« La Turquie exploite la question de la guerre ukrainienne et veut confondre la préoccupation internationale avec le conflit ukrainien pour saisir l’opportunité de lancer son invasion », a déclaré Ahmad, notant que la réaction de la communauté internationale aux activités de la Turquie n’a pas été à un niveau acceptable.

La nouvelle invasion turque permettra à Erdogan de remporter à nouveau les élections, prolongeant ainsi son régime autoritaire. Cela relancera également des groupes terroristes, dont l’Etat islamique et les affiliés d’Al-Qaïda soutenus par la Turquie , et amènera des vagues de réfugiés en Europe. Plus important encore, une invasion permet une plus grande coopération diplomatique entre la Russie et la Turquie, ce qui compliquera davantage la position de l’OTAN sur l’invasion russe en Ukraine, étant donné que la Turquie – la deuxième plus grande armée de l’OTAN – est plus amicale avec la Russie qu’avant que Poutine ne commence sa guerre illégale en Europe. Sans intervention dans les relations intra-syriennes, le rapprochement de la Turquie et de la Russie rajeunira la dictature d’Assad et mettra fin à ce qui reste de la révolution syrienne.

Les États-Unis sont la seule puissance capable d’empêcher la Turquie de planifier son invasion. L’administration actuelle a été en mesure de contrecarrer les ambitions de la Turquie jusqu’à présent, mais n’a pas pu ou n’a pas voulu contrôler l’espace aérien du nord-est de la Syrie, permettant aux drones turcs de cibler les FDS et des cibles civiles dans la région. Les États-Unis ont plusieurs moyens potentiels d’exercer une influence sur la Turquie et, espérons-le, envisageront des sanctions ciblées contre Erdogan personnellement, ou des sanctions visant les membres de sa famille pour leur implication dans la corruption. Une telle décision arrêterait probablement Erdogan comme elle l’a fait en 2019 malgré la Turquie occupant deux grandes villes à l’époque. De plus, imposer des sanctions aux institutions turques qui ont été impliquées dans la violation des sanctions américaines contre la Russie, l’Iran et le Venezuela pourrait forcer Erdogan à abandonner ses plans ruineux pour la Syrie, d’autant plus qu’il fait face à une élection existentielle en 2023 où ses problèmes économiques et le chômage pourraient s’avérer ingérables.

Version originale à lire sur le site Washington Kurdish Institute (WKI): To Win 2023 Elections, Erdogan Plans More Destruction in Syria

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici