AccueilEuropeFranceColloque à l'Assemblée Nationale : Levez le secret d'État!

Colloque à l’Assemblée Nationale : Levez le secret d’État!

PARIS – Hier, lors d’un colloque organisé à l’Assemblée Nationale à l’initiative du Conseil Démocratique Kurdes en France (CDK-F) concernant le triple meurtre des militantes kurdes Sakine Cansiz, Fidan Dogan et Leyla Saylemez par un espion turc à Paris le 9 janvier 2013, de nombreux politiciens, avocats et défenseurs des droits humains ont exigé que la France lève le « secret d’État » et remette à la justice tous les documents et informations qu’elle a en sa possession sur ce dossier.

Le CDK-F a organisé la conférence « Devoir de vérité et justice 10 ans après le féminicide à Paris des militantes kurdes Sakine CANSIZ, Fidan DOGAN et Leyla SAYLEMEZ » dans la salle Victor Hugo de l’Assemblée Nationale, animée par le député d’Ille-et-Vilaine Frédéric Mathieu, afin que l’État français permette à la justice de faire toute la lumière dans ces assassinats politiques commis sur le sol français par les services secrets d’un pays étranger.

Alors que de nombreux politiciens, avocats et représentants d’institutions assistaient à la conférence du 12 janvier, de nombreux députés, notamment de l’aile gauche de la politique française, ont une nouvelle fois exprimé leur soutien aux Kurdes dans la lutte pour la justice, exigeant également que le PKK soit retiré de la liste des organisations terroristes.

Des politiciens, des avocats, des intellectuels et des défenseurs des droits humains, qui ont exigé que la France sorte de son silence et partage tous les documents et informations dont elle dispose sur ce dossier, en levant le « secret d’Etat », afin de permettre que la justice soit rendue aux victimes et prévenir de nouveaux massacres, comme celui de la rue d’Enghien commis le 23 décembre 2022.

Mathieu : « Le secret d’État » est le plus grand obstacle à la justice »

Le discours d’ouverture de la conférence a été prononcé par Frédéric Mathieu, député de lle-et-Vilaine, Metin Cansız, le frère de Sakine Cansiz, et le coordinateur national du Parti de gauche Jean-Christophe Sellin. Mathieu a déclaré: « La République française se targue de l’importance qu’elle attache aux libertés(…). Si nous avions suffisamment embrassé nos libertés, nous n’aurions pas à parler ici aujourd’hui. » Il a évoqué la lenteur de la France dans l’enquête concernant le massacre de 2013 et le secrets d’État qui empêche la justice de faire son travail dans cette affaire. Rappelant que la justification du secret d’Etat est aujourd’hui le plus grand obstacle à la justice, Mathieu a déclaré : « Le secret d’Etat est le symbole de l’obstacle placé devant les Kurdes ». Rappelant que les Kurdes ont fait face à un massacre pour la deuxième fois parce que ledit obstacle n’a pas été levé, Mathieu a ajouté que 6 Kurdes ont perdu la vie jusqu’à présent.

Sellin : Pourquoi la France n’a-t-elle pas jugé Musa Hakkı?

Christophe Sellin a déclaré être aux côtés de la lutte du peuple kurde depuis de nombreuses années. Les élections en Turquie, le Rojava, problèmes dans les prisons, etc. Il a déclaré que dans le tableau qu’ils ont vu de près, ils ont également vu les coûts de la lutte pour la liberté des Kurdes. Rappelant que les valeurs françaises de fraternité, de liberté et de justice ont été remplacées aujourd’hui par une barricade aristocratique, Sellin a déclaré : « Nous partageons la lutte des Kurdes. Nous sommes dans cette lutte depuis 10 ans. C’est aussi un féminicide. Nous le répétons ensemble avec les familles, le CDK-F, la communauté kurde ; Que la justice et la vérité soient assurées, que la justification du secret d’État soit levée! Nous voyons que Darmanin est un grand menteur depuis sa réponse à la question du 10 janvier ; Il parle de l’indépendance de la justice. »

Demandant pourquoi la France n’a pas encore jugé Ismail Musa Hakkı, ancien ambassadeur de Turquie en France, qui a quitté son poste à Paris en 2021, et qui est suspecté dans un document judiciaire belge d’avoir été le « coordinateur » de tueurs dépêchés par les services secrets turcs (MIT). Il est soupçonné d’avoir joué un rôle dans l’assassinat des militantes kurdes, en 2013 à Paris, Sellin a souligné que si le rôle de la personne en question était évident dans ces massacres, la France n’a pris aucune mesure à cet égard et que le MIT courait partout en Europe.

Pourquoi les assaillants deviennent « terroristes » au Bataclan et « racistes » au centre kurde ?

Demandant : « si une attaque aux armes automatiques visant le Bataclan qualifiée de « terroriste » devient une attaque raciste quand elle vise le siège du CDK-F et des Kurdes » Sellin a déclaré: « Personne ne peut nous faire croire que le massacre qui a eu lieu le 23 décembre était une coïncidence », et a rappelé que la France est responsable de la protection des Kurdes sur son sol.

Soulignant que la solution au problème kurde est la libération d’Abdullah Öcalan, le Kurde Mandela, et la reconnaissance deu PKK comme l’interlocuteur, Sellin a affirmé que ceux qui ont été assassinés en France étaient des personnes centrales de ce mouvement.

CANSIZ : Ne jouez pas avec notre esprit

Metin Cansız, a rappelé qu’il est le frère de Sakine Cansız, qui a été assassinée lors de la tuerie de Paris le 9 janvier 2013, et a commencé son discours en disant : « Je voulais commencer mon discours en parlant de ma sœur. (…) Je voulais raconter des traumatismes depuis 10 ans. C’est très long; Il est basé sur le massacre de Dersim. Je voudrais dire quelques mots sur la liberté, le droit à la vie, la justice. Nous, comme Sakine, avons essayé de vivre ces mots au pied de la lettre. Nous avons défendu notre droit très naturel. Nous avons dit que nous ne voulons plus de guerre, nous voulons vivre. Nous avons crié que nous ne voulions pas mourir. Malgré tous les massacres, nous avons dit paix, liberté, justice. Même si nous avons été tués pour la deuxième fois à Paris, nous demandons toujours la justice. Nous voulons une vraie justice. Ne jouez pas avec nos esprits en disant [que c’était un fou dans le premier massacre et un raciste dans le second]. Nous voulons vraiment la justice. Nous sommes sur le point de perdre notre foi en la justice. En plein Paris, les services secrets rôdent, ils tuent. Cela ne fait pas que nous tuer, cela vous blesse tous. »

Déclarant que : « La France doit maintenant faire un choix clair entre l’État turc et les Kurdes », Cansız a ajouté qu’il ne faut pas oublier que les Kurdes sont les représentants de la paix, de la justice et de la liberté et qu’on ne peut soulager la douleur des Kurdes en rebâtissant des rues avec des noms des martyrs kurdes. Cansız a souligné que la lutte pour la justice se poursuivra même après 100 ans.

10 ans de combat pour la vérité et justice

Puis, la première session s’est tenue sous la modération de Vincent Niore, vice-président de l’Ordre des avocats de Paris. Lors de la session où les avocats de l’affaire du massacre de Paris en 2013 Jean-Louis Malterre et Antoine Comte, l’écrivain Nils Andersson et la journaliste Laure Marchand ont pris part en tant qu’orateurs.

Nous sommes contre ce qui s’est passé en 2013

L’avocat Antoine Comte a donné des informations sur le processus judiciaire depuis le massacre et qu’il connaissait de près Fidan Doğan, en disant : « Avant d’être avocat, nous avons la même peine qu’un citoyen français 10 ans plus tard. Ils avaient tiré trois balles sur chacune. Quatre sur Fidan. Le meurtrier en avait mis une dans sa bouche. Parce que Fidan parlait. » Expliquant que le juge du dossier de 2013 a admis les familles le 20 décembre et qu’un nouveau massacre a eu lieu 3 jours plus tard, Comte a déclaré : « Lorsqu’une enquête est ouverte, il est très important dans quel but elle a été ouverte. Pour cette raison, il faut comprendre l’insistance des Kurdes et de leurs avocats pour que cette question relève du terrorisme, car cela détermine l’avenir du dossier », a-t-il déclaré, soulignant que le dossier devait être évalué dans le cadre de la lutte anti-terroriste.

Compte : La France, le pays des assassinats politiques

Comte a souligné que lorsque la première enquête a commencé en 2013, le meurtrier était obsédé par les femmes, puis la thèse de règlement de compte interne a été mentionnée, et a attiré l’attention sur une tentative similaire maintenant. Rappelant que tous les membres du dossier de 2013 suggérant que le MİT a organisé le massacre sont dans le dossier, Comte a déclaré que de nombreuses personnalités politiques en France ont été assassinées par les services de différents pays et a déclaré que la France est un pays d’assassinats politiques.

« J’ai honte de la politique de la France », a déclaré Comte, rappelant que le MIT prévoit des massacres dans de nombreux pays d’Europe et que de nombreux cas liés à cela ont été portés devant la justice. Comte a déclaré : « L’obstacle à ce dossier n’est pas le pouvoir judiciaire lui-même, mais les intérêts politiques, ceux qui poursuivent des intérêts politiques et économiques », et a souligné qu’« une fois de plus ceux qui ont des intérêts politiques et économiques sont le plus grand obstacle à l’avancement du dossier. »

L’État est l’obstacle devant le dossier

Après l’avocat Comte, Malterre, l’un des avocats de l’affaire, a pris la parole. Rappelant que la France surveillait les Kurdes qu’elle aurait dû protéger, Malterre a déclaré que cette surveillance n’était pas faite pour la protection, mais dans le but de les poursuivre en justice, et a déclaré que la justice turque et la justice française ont agi ensemble lors de la procédure en question. Déclarant qu’il est inacceptable de nommer des procureurs et des juges travaillant à poursuivre les Kurdes pour les dossiers de massacre, Malterre a déclaré qu’ils ont très bien vu que l’obstacle devant le dossier n’est pas le juge, mais l’État lui-même. Malterre a déclaré : « La France ne protège pas les Kurdes, mais les agents turcs qui les tuent et les surveillent », et a rappelé que les documents de renseignement partagés avec le dossier ont été complètement occultés jusqu’à présent.

Malterre : La commission du droit international doit intervenir

Malterre a poursuit ainsi : « Dans l’affaire de 2013, nous avons demandé que le procès se tienne devant la Haute Cour de justice pour que les débats publics éclatent. Mais aucune poursuite n’a jamais été déposée. Aujourd’hui, je pense que la Commission du droit international devrait être impliquée dans cette affaire. Parce qu’il y a constamment des tentatives de telles attaques dans de nombreux pays d’Europe. Comme l’Allemagne, la Belgique, la France… La décision de confidentialité sur ces dossiers devrait être levée. Maintenant, avec cette décision, la France veut protéger son propre personnel, on le comprend, mais il y a des traces du personnel du MIT dans cette affaire. Tous les documents précédemment remis au juge ont été biffés. Ces documents contiennent ce que Sakine Cansız a fait au cours des quatre derniers jours. Les pages contenant des informations sur ce qu’Ömer Güney a fait sont également biffées. Nous pensons que c’est une information importante. Mais nous sommes confrontés à une décision de confidentialité », a déclaré Malterre qui ajouté que « La France ne protège pas les Kurdes, mais les agents turcs qui les tuent et les suivent », et a rappelé que les documents de renseignement versés dans le dossier ont été complètement noircis jusqu’à présent.

Andersson: Plus de 50 tentatives de massacres et tentatives d’assassinat en France restées impunies

L’écrivain Nils Andersson, déclarant travailler sur les assassinats politiques en France depuis des années, a souligné que la France est le pays des meurtres politiques. Attirant l’attention sur l’implication des unités de renseignement françaises dans les meurtres en question, Andersson a souligné que tant que ces meurtres ne sont pas clarifiés, de nouveaux assassinats politiques peuvent se produire. Présentant des données sur plus de 50 massacres et tentatives d’assassinat en France qui ne sont jamais été portées devant la justice, Andersson a déclaré : « Aucun dossier n’a été ouvert pour les massacres en question. Il n’y a pas eu de jugement. Tous sont restés impunis. »

Marchand: On veut éliminer les politiciens kurdes

La journaliste Laure Marchand, qui a réalisé un documentaire et un livre sur le massacre du 9 janvier 2013, était la dernière intervenante de la première session.

Marchand a déclaré: «Lorsque j’ai commencé à travailler sur cette question après le massacre de 2013, je savais qu’il était nécessaire de travailler sur les réseaux [des services secrets turcs] en Europe. Dans ce sens, nous avons mené une étude. Sur cette base, je voudrais vous donner quelques informations sur la préparation de l’assassinat planifié en Belgique, afin que vous puissiez le comprendre » et a partagé des informations sur les préparatifs d’assassinat planifié contre des politiciens kurdes près du bâtiment du Congrès national du Kurdistan (Kongreya netewî ya Kurdistan – KNK, une institution représentative kurde siégeant à Bruxelles) en 2017.

Rappelant que le procès intenté en Belgique après l’incident n’était pas concluant, Marchand a souligné que [le MIT turc] voulait éliminer de nombreux politiciens kurdes en Europe. Poursuivant son discours, Marchand a déclaré : « Le MIT opère dans de nombreux pays, mène des opérations et ignore les frontières entre les pays. Laissez-moi vous raconter un événement qui a eu lieu en Belgique dans le prolongement de ce qui s’est passé en France. Une voiture suspecte observe le bureau du KNK en juin 2017. Il porte une plaque française, il y a trois personnes dedans. Il y a Yakup Koç dans la voiture, et il y a un policier turc. Il s’agit de Yakup, employé de longue date du Consulat de Turquie à Paris. [politiciens kurdes] Aydar et Kartal sont visés. Ceux-ci sont recherchés par les Turcs. Les Belges demandent une aide urgente de la France pour la tentative d’assassinat contre des politiciens kurdes. Quatre personnes sont jugées dans cette affaire. Ils ont tous été acquittés. Raison; « Le MIT ne peut pas être considéré comme une organisation terroriste car c’est un appareil d’État. L’affaire a maintenant été renvoyée en appel. »

« Aspects politiques de l’affaire »

La séance de l’après-midi de la conférence a commencé par le titre « Aspects politiques de l’affaire ».

Dans la séance animée par le vice-président du groupe « Les Écologistes », Jérôme Gleizes, la députée du groupe Insoumis Danielle Simonnet, la sénatrice du Parti communiste Laurence Cohen, le sénateur du Parti socialiste Rémi Feraud, le porte-parole du NPA Olivier Besancenot ont pris la parole.

Besancenot a déclaré que la France ne soutient pas les Kurdes et qu’elle subit une pression économique et politique constante, et a rappelé que cela devrait cesser.

Simonnet: Inscrire le PKK sur la liste des organisations terroristes est un objectif géostratégique

La députée Danielle Simonnet a déclaré qu’« Il y a eu deux attentats politiques et terroristes sur le territoire de la France contre les Kurdes. Au même moment, un féminicide a été commis. Le secret d’État n’a pas été levé depuis 10 ans. Alors qu’on cherche les puissances derrière ce massacre, le nom d’un ambassadeur est mentionné et la France n’en tient aucunement compte. Comment est-ce acceptable ? », ajoutant qu’il est clair que les femmes assassinées n’ont pas été choisies par hasard.

Évaluant l’inscription du PKK sur la liste des organisations terroristes après les attentats du 11 septembre, Simonnet a déclaré : « Il a un autre objectif géostratégique d’inscrire une organisation qui lutte contre le terrorisme sur la liste des organisations terroristes. »

Le massacre de 23 décembre est une attaque terroriste

Exprimant que les massacres vécus ne peuvent être décrits comme une coïncidence, Simonnet a déclaré : « Par conséquent, ce n’est pas une coïncidence s’ils ont défini le caractère du massacre du 23 décembre comme du racisme. C’est très clair de notre point de vue; C’est un attentat terroriste » et a attiré l’attention sur le silence de la France. Soulignant que ce silence a également fonctionné dans tous les processus tels que les attentats, l’utilisation de produits chimiques, etc. contre le Rojava, Simonnet a conclu ses propos par le slogan « jin, jiyan, azadi » (femme, vie, liberté).

Rappelant qu’il était le 10e maire de Paris lorsque le massacre a eu lieu en 2013, le sénateur du Parti socialiste Rémi Feraud a déclaré : « Je suis devenu ce jour-là une partie de la lutte pour la vérité et la justice. Après cette heure, j’ai crié que les Kurdes devaient être protégés », a-t-il déclaré. Exprimant qu’il y a un mur devant les élus quand ils disent « levez le secret d’Etat » en tant que parlementaire, Feraud a déclaré que l’attitude politique prise face à l’attentat de 2013 est l’un des principaux problèmes du pays. Soulignant que si une attitude saine vis-à-vis du massacre qui a eu lieu il y a 10 ans avait été adoptée, un nouveau massacre n’aurait pas eu lieu aujourd’hui et que de nombreuses portes étaient bureaucratiquement fermées sur ce processus.

La lutte de celles qui disent notre vengeance sera la révolution féministe est une lumière pour d’autres femmes

La sénatrice Laurence Cohen, qui fait partie de la lutte pour la vérité et la justice depuis 2013, a déclaré : « Je marche avec les Kurdes depuis 10 ans. (…) Les Kurdes sont l’un des grands peuples apatrides du monde. Nous devrions également considérer la responsabilité des gouvernements européens face à la situation dans laquelle vivent les Kurdes. Les États ont la responsabilité de protéger les Kurdes. Il ne peut donc pas s’agir d’un secret d’État. Ceux qui auraient dû être protégés ont été tués ici, pas en Turquie ou en Iran ».

Soulignant que la politique mise en œuvre est inacceptable, Cohen a déclaré que les femmes kurdes, qui ont déclaré « Notre revanche sera la révolution des femmes », sont une lumière pour d’autres femmes en difficulté.

La diplomatie tissée par Sakine, Leyla et Fidan

Lors de la session, qui a attiré l’attention sur les relations de la Turquie avec l’Europe sur la question de la migration, les intervenants ont également rappelé que l’Europe était sous la pression de la Turquie autour de cette question.

Jan : Le PKK est un mouvement de résistance

La deuxième session de la conférence de l’après-midi s’articulait autour de la question « Quel rôle la société civile peut-elle jouer dans l’établissement de la vérité et de la justice en France ? ».

Dans la session animée par la journaliste Heval Aslan, le premier discours a été prononcé par Sylvie Jan, présidente de l’association France-Kurdistan. Jan, se référant aux difficultés de la première période où ils ont commencé des activités de solidarité avec le peuple kurde, a déclaré : « Maintenant, nous sommes plus nombreux. Bien que ce ne soit pas suffisant, nous [sommes plus nombreux] à construire la solidarité autour de la question kurde. Nous sommes en avance sur hier. Nous avons un fardeau plus lourd devant nous et nous devons intensifier cette lutte », a-t-elle déclaré.

Sylvie Jan a déclaré qu’un grand effort devrait être fait pour retirer le PKK de la liste des organisations terroristes et a ajouté : « Nous devons expliquer, enseigner et faire sentir aux gens que le PKK n’est pas une organisation terroriste. Parce que c’est un mouvement de résistance. »

Sarah Marcha, membre du Centre de jinéologie, a déclaré que c’est la lutte de Sakine, Fidan et Leyla qui les a réunis lors de la conférence d’hier et a souligné qu’une véritable camaraderie et un véritable réseau de solidarité devaient être construits. Marcha a déclaré : « La liberté des femmes kurdes est le principe de base du PKK. C’est un mouvement qui considère la liberté du Kurdistan comme la liberté des femmes. En ce sens, il faut bien regarder avec quel type d’idéologie et avec quel projet les femmes de ce mouvement marchent. En regardant cela, on comprendra pourquoi les femmes du PKK sont ciblées. Car Sakine, Fidan et Leyla étaient des femmes révolutionnaires. Elles étaient à l’avant-garde. Elles voulaient changer le système. Pour cette raison, les femmes sont la cible du système », a-t-elle déclaré.

Le seul sentiment après le 23 décembre est une grande honte

Le président de SOS Racisme, Dominique Sopo, a commencé son discours en exprimant que le seul sentiment après le massacre du 23 décembre était une grande honte. Notant qu’ils continueront à faire partie de cette lutte, Sopo a déclaré : « Sakine, Leyla, Fidan ne sont pas uniquement vous, mais aussi nous. Nous sommes la même famille. Si nous pouvons donner cette conscience et ce sentiment à la société, alors nous seront encore plus nombreux. »

La dernière intervenant du colloque, Marie-Christine Vergiat, présidente de la fédération de la Ligue des droits de l’homme de Seine-Saint-Denis, a déclaré : « Nous sommes d’accord qu’il faut faire pression sur la Turquie. Nous voyons la lutte des femmes kurdes. Le combat des femmes est très important, il faut le comprendre. J’étais rue Lafayette le 10 janvier 2013. J’étais rue D’enghien le 23. Le visage de Rojbin que je connaissais (…) m’est venu à l’esprit. Maintenant, en tant que personne travaillant dans l’institution des droits de l’homme, j’ai honte de dire que justice n’a pas été rendue ». Elle a rappelé également le rôle important de la France dans la division du Kurdistan après la Première Guerre mondiale.

Le discours de clôture de la conférence a été prononcé par le député Frédéric Mathieu et la militante kurde Berivan Firat. Les intervenants ont de nouveau exigé la levée immédiate du secret d’Etat dans ce triple assassinat politique, demandant à la France d’assurer la sécurité des Kurdes sur son sol et le retrait du PKK de la liste des organisations terroristes à la clôture de la conférence.

 

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici