AccueilEuropeFranceAvocat du CDK-F: "Le massacre de Paris était un attentat terroriste professionnel"

Avocat du CDK-F: « Le massacre de Paris était un attentat terroriste professionnel »

PARIS – David Andic, avocat du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F) dont le siège a été attaqué par un terroriste le 23 décembre, qualifie l’attaque d’« attentat terroriste professionnel planifié ».

Le 23 décembre 2022, membre du Conseil exécutif du KCK Emine Kara (Evîn Goyî), membre du mouvement culturel kurde Mîr Perwer (Mehmet Şirin Aydın) et l’activiste Abdurrahman Kızıl ont été assassinés lors d’une attaque armée contre le centre culturel kurde Ahmet Kaya à Paris. Le tueur, William Malet, 69 ans, a été arrêté et inculpé pour « meurtre prémédité à caractère raciste et tentative de meurtre, ciblant une ethnie spécifique et possession d’armes non autorisées ». Dans une interview accordée au journaliste Maxime Azadi du site ANF, David Andic, l’avocat du Conseil démocratique kurde en France (CDK-F), pointe les nombreuses questions sans réponse concernant attentat et fait par de leur peur que les preuves de l’attaque terroriste ne soient falsifiées.

Voici l’interview du maître David Andic:

De nombreux points d’interrogation entourent le meurtre, le 23 décembre, des trois militants kurdes à Paris. Pourquoi appelez-vous ce que les procureurs ont qualifié d’« attaque raciste » d’« attaque terroriste » ?

Même sans référence aux questions ouvertes, une attaque raciste peut être définie comme un « assassinat ». Le Code pénal prévoit qu’un meurtre peut être commis individuellement ou collectivement. Il y a aussi l’article 421-1 du Code pénal qui définit le terrorisme. En d’autres termes, toute atteinte délibérée, individuelle ou collective, à la vie d’une personne peut constituer un acte de terrorisme. La question en cause ici (concernant le massacre du 23 décembre) concerne les intentions de la personne. Mais on ne peut se fier uniquement aux déclarations de l’auteur présumé. Même si aucun groupe ou aucun État n’est derrière lui, il peut commettre seul une tentative d’assassinat, un attentat terroriste. Ce que nous ne comprenons pas dans ce cas, c’est que le Parquet National Antiterroriste (PNAT) n’a pas ouvert d’enquête.

La démarche est-elle la même lorsque les Kurdes mènent une action ?

Laissez-moi vous donner un exemple : lorsque des jeunes kurdes ont écrit des graffitis sur l’ambassade de Turquie à Boulogne-Billancourt (banlieue parisienne) et jeté des pétards, le PNAT a automatiquement lancé une enquête. Ceci est considéré comme un « incident terroriste ». Bien que le Conseil démocratique kurde en France ait été la cible de trois assassinats et de plusieurs tentatives d’assassinat, la question du caractère « terroriste » de l’attentat n’est même pas posée. D’abord, le parquet ouvre une enquête, puis il dit : « la définition peut changer ». C’est ça qui est inquiétant. Le PNAT n’a pas pris les choses en main, soulignant plutôt que l’attaque était raciste et n’avait aucune intention terroriste. En réalité, l’enquête a été abordée à l’envers. Lorsque des Kurdes écrivent des slogans sur le consulat de Turquie, le PNAT est immédiatement mobilisé car il s’agit d’un acte terroriste et les services secrets sont activés, mais lorsqu’une personne attaque le CDK-F et tue trois Kurdes, quelques jours avant l’anniversaire du meurtre de trois femmes kurdes à Paris (il y a 10 ans), le PNAT n’agit pas. Et ce n’était pas n’importe qui qui était visé. Emine Kara, également connue sous le nom d’Evîn Goyî, est une représentante officielle, une combattante. Pourtant, cela a été traité comme une nouvelle secondaire. Nous ne savons pas si les services de renseignement enquêtent sur cette affaire. Ce qui est clair, cependant, c’est que les moyens utilisés lors d’une affaire de tags ou des feux d’artifice n’ont pas été mis en œuvre ici [dans cette affaire].

C’est politique non ?

Je ne peux que mettre les faits sur la table. Il y a une différence de traitement. Lorsque les intérêts turcs sont visés, le PNAT entre automatiquement en action, mais lorsque les intérêts kurdes sont visés en France, c’est traité comme une histoire [insignifiante].

Quelles informations y a-t-il sur l’agresseur, il était déjà connu et en détention. Comment a-t-il été traité après son incarcération ?

Cette approche soulève sans aucun doute des questions. Il y a onze jours entre sa libération (le 12 décembre) et l’assassinat. Lorsqu’il a été arrêté [après l’assassinat], il a été décidé qu’il « ne pouvait pas » être tenu responsable. On peut se demander s’il était suffisamment sain d’esprit onze jours avant [l’assassinat] pour être libéré par les juges. Il y a une erreur quelque part, avant ou après. Onze jours avant l’assassinat, il a été libéré par la justice française, onze jours plus tard, il est allé assassiner trois personnes et tenter d’en tuer d’autres. Il n’est pas non plus mentionné qu’il a été interné lors de sa précédente incarcération. Il n’a jamais été dans un service psychiatrique pendant sa peine d’un an. Personne n’a dit qu’il avait des problèmes mentaux. Mais dans les journaux français cette carte a ensuite été jouée. Les gens ont commencé à dire qu’il était instable. Même son arrestation [après l’assassinat] a été suspendue pour cette raison. Bien qu’il ait finalement été renvoyé dans sa cellule, le fait que sa détention ait été interrompue montre que tout a été fait pour démontrer que son état était pathologique.

Lors de son interrogatoire par le parquet, il a lui-même déclaré être un « raciste pathologique ». N’est-il pas étrange qu’une personne mentalement instable fasse une déclaration aussi claire ?

Oui, il a lui-même dit qu’il était un raciste pathologique. En d’autres termes, il y a un patient qui se définit comme patient. Il est à noter qu’il utilise même le terme « haine pathologique ». Il semble qu’il ait été bien conseillé à cet égard. Du coup, on a affaire à quelqu’un qui est en bonne santé mentale depuis 11 jours et qui n’a jamais évoqué sa pathologie. Cependant, une fois arrêté, il parle de sa « haine pathologique » et se dit malade. En d’autres termes, il est en assez bonne santé pour être libéré sous contrôle judiciaire, mais lorsqu’il s’agit de répondre à des questions pendant sa détention, il devient fou.

Est-ce crédible ?

C’est ainsi qu’il se définit, et cette déclaration court comme un fil rouge dans les médias. Je ne crois pas aux paroles d’un meurtrier. Si quelqu’un veut croire aux paroles d’un meurtrier, c’est son affaire. Je suis avocat pénaliste, j’ai défendu de nombreuses personnes, y compris des meurtriers. Je peux dire que même en tant qu’avocat, je ne le crois pas. J’ai toujours des réserves. Il n’est pas malade car il a été renvoyé au centre de détention après avoir été réexaminé dans un hôpital psychiatrique. Il a été décidé qu’il était apte à être interrogé et qu’il devait être conduit devant un juge d’instruction. Il fera tout pour avoir l’air malade. Son avocat fera tout pour qu’il ait l’air malade. C’est le but. Ils veulent  faire croire qu’une personne malade a fait quelque chose de fou.

Mais il y a des points noirs dans son passé, notamment en prison, n’est- ce pas ?

Il y a beaucoup de points noirs. Avec qui était-il en prison ? C’est pourquoi nous voulons que le PNAT enquête. Le PNAT est familier avec de telles enquêtes. Nous n’avons pas encore vu le dossier, mais nous voulons savoir ce qui suit : Avec qui était-il en prison ? Était-il seul dans la cour ? Avec qui a-t-il eu des activités communes ? A-t-il travaillé et si oui, avec qui ? Qui était encore dans sa cellule ?

Il y a aussi des questions sans réponse sur les onze jours qui ont suivi sa libération…

Qui a-t-il rencontré après sa sortie de prison ? Avec qui était-il avant d’aller en prison ? Ce sont des questions légitimes que nous posons. Libéré sous contrôle judiciaire alors qu’il était parfaitement sain d’esprit, cet individu est devenu trop fou pour être jugé aujourd’hui. Si tel est le cas, il est alors nécessaire de clarifier ce qui s’est passé pendant ces onze jours.

Une enquête sur un attentat en 2021 s’est également révélée problématique…

D’après ce que nous pouvons voir, l’enquête initiale sur lui a été un peu bâclée. En d’autres termes, l’attaque a été traitée avec un certain mépris. J’ai entendu dire que même les migrants (qui ont été attaqués) ont été détenus. [Le 8 décembre 2021, il a gravement blessé deux personnes avec une épée dans un camp de migrants. Ceux qui ont été attaqués dans cet incident ont également été arrêtés, et les bénévoles des ONG qui ont aidé ceux qui ont été attaqués ont été condamnés à une amende.] On peut dire qu’il s’en est bien tiré dans cette affaire.

Il existe des témoignages selon lesquels le tueur a été déposé dans une voiture sur les lieux du massacre du 23 décembre. Avez-vous des informations qui peuvent le confirmer ?

Il y avait un tel témoignage, mais il y avait d’autres témoignages qui disaient le contraire, que le tueur était venu à pied. Il n’y a qu’une seule déclaration de témoin selon laquelle il est venu en voiture.

Est-ce que cela fait une différence qu’il soit venu à pied ou non ?

Même s’il est venu à pied, il s’agit d’un quartier connu sous le nom de « Petit Kurdistan », où se trouvent des dizaines de commerçants kurdes. Il y a des dizaines de personnes dans chaque magasin. Lorsqu’il s’y promène, il passe devant un restaurant africain, un restaurant asiatique et une épicerie arabe où de nombreuses personnes se tiennent juste devant lui et sont beaucoup plus visibles. Il passe également devant des restaurants et des cafés kurdes. Mais là, personne n’est attaqué. Il vise d’abord les membres du CDK-F.

Vous dites que c’était une attaque planifiée ?

Lorsqu’il a attaqué Evîn Goyî, il lui a également tiré une balle dans la tête. C’était une exécution. C’était une exécution planifiée. L’acte d’accusation indiquait déjà qu’il s’agissait d’une « attaque pré-planifiée ». C’est pourquoi on parle de « tentative d’assassinat ». Sinon on parlerait de meurtre, et quand c’est prévu on appelle ça un « assassinat ». On voit bien que c’est le travail d’un professionnel. Il vient ici, il a une mission. Il vise d’abord le CDK-F. Passant devant des restaurants et des boutiques qui affichent complet, il se dirige vers le CDK-F, un centre quasiment vide pour le moment mais où un rendez-vous important est prévu. La réunion avait été reportée d’une heure à la dernière minute. (…) normalement, il y aurait eu beaucoup de monde à l’importante réunion à ce moment-là. Si la réunion n’avait pas été reportée, de nombreuses personnes seraient venues. Donc, quand cette personne arrive, elle cible spécifiquement le CDK-F.

N’est-il pas étrange ce que le tueur a dit lors de son interrogatoire sur les raisons de ses actions contre les Kurdes ?

Lorsqu’on lui a demandé « Pourquoi les Kurdes ? », il a répondu : « C’est vrai qu’ils se sont battus contre l’EI, mais au lieu de les exécuter [les djihadistes de l’EI], ils les ont arrêtés. » Cela n’a aucun sens. C’est absurde. Malgré ces affirmations absurdes, les gens essaient de nous faire croire qu’il a fait tout cela uniquement parce qu’il est raciste. Ce qu’il dit n’est pas cohérent. Ce qu’il veut dire par ces propos, c’est ceci : « Je suis raciste, c’est pathologique, ce n’est pas de ma faute. » Peut-être a-t-il délibérément déclaré qu’il était malade lors de son arrestation pour être transporté à l’hôpital. Mais ensuite, nous avons vu qu’il a été rapidement refoulé. Il a été renvoyé dans sa cellule moins de 24 heures plus tard.

Ce motif est douteux. Les racistes français ont-ils ciblé les Kurdes jusqu’à présent ?

L’extrême droite française n’a jamais explicitement ciblé les Kurdes. L’extrême droite française ne voit pas les Kurdes comme un ennemi.

Cette enquête peut-elle se transformer en une enquête sur le terrorisme ?

Ce n’est pas parce que l’accusation de « mobile raciste » a été acceptée que cette définition ne changera pas. Le problème pour nous, c’est que cela n’a pas été traité comme une enquête sur le terrorisme dès le départ. Je reviens à notre exemple : lorsque l’ambassade de Turquie a été attaquée, le PNAT a d’abord ouvert une enquête, mais lorsque le verdict est tombé, il a été décidé qu’il ne s’agissait pas d’un « attentat terroriste ». (…) Très souvent ça se termine comme ça. La définition peut changer en route vers le jugement. Le problème, cependant, est que l’affaire est traitée à l’envers. Autrement dit, on part du principe qu’il ne s’agit pas d’un attentat terroriste, et même le ministre de la Justice dit lui-même que la définition peut changer. Pourquoi le PNAT n’est-il pas intervenu immédiatement ? Le PNAT est familier avec ces enquêtes et dispose de plus de moyens.

Qu’est-ce qui vous inquiète dans le fait que l’enquête n’ait pas été initiée par le PNAT ?

Notre crainte est que les preuves disparaissent. En fait, on voit dans la presse que les poursuites n’ont jusqu’à présent été menées que sur la base des déclarations de l’auteur. Nous exigeons donc que l’enquête soit menée par le Parquet national antiterroriste [PNAT].

En regardant cette affaire, voyez-vous un lien avec l’assassinat d’il y a dix ans ?

Compte tenu des similitudes entre le premier assassinat il y a dix ans et l’assassinat quelques jours avant l’anniversaire, c’est une question valable. Il est légitime de se demander s’il existe un lien entre ces deux événements. Le fait que le CDK-F ait été spécifiquement attaqué soulève de telles questions.

Malgré de nombreux documents et témoignages sur le rôle des services secrets turcs dans l’assassinat il y a dix ans, l’impunité règne. Craignez-vous actuellement un résultat similaire ?

Nous avons sans doute cette préoccupation. Le spectre des meurtres de 2013 et le processus très long et ardu et, surtout, la stipulation d’un «secret d’État» sur cette affaire amènent finalement à se demander si une puissance étrangère est derrière tout cela. Désormais, le public sait également que les services secrets turcs ont été impliqués dans les attentats. De nombreux éléments le prouvent. S’il n’y avait pas un tel problème, pourquoi s’appellerait-il un « secret d’État » ? Si ce cas est marqué comme « secret d’État », cela signifie qu’il y a des informations qui ne doivent pas être divulguées. Ce n’est pas une affaire simple, il y a quelque chose derrière. Les avocats se battent depuis dix ans pour la levée du « secret d’Etat ». Et oui nous sommes inquiets que dans ce dernier cas, toute une partie du complexe est dissimulée. Si le caractère « raciste » de l’attaque est abordé, le caractère terroriste est laissé de côté. Mais je le répète : une personne peut être à la fois raciste et terroriste. Il peut s’agir d’une attaque raciste à visée terroriste. Nous considérons cela comme une attaque terroriste. Nous ne comprenons pas la logique selon laquelle lorsque les intérêts turcs sont visés, les enquêtes anti-terroristes sont très faciles à lancer, mais lorsque des Kurdes meurent, cela ne se produit pas. Une personne peut être à la fois raciste et terroriste. Il peut s’agir d’une attaque raciste à visée terroriste. Nous considérons cela comme une attaque terroriste. Nous ne comprenons pas la logique selon laquelle lorsque les intérêts turcs sont visés, les enquêtes anti-terroristes sont très faciles à lancer, mais lorsque des Kurdes meurent, cela ne se produit pas. Une personne peut être à la fois raciste et terroriste. Il peut s’agir d’une attaque raciste à visée terroriste. Nous considérons cela comme une attaque terroriste. Nous ne comprenons pas la logique selon laquelle lorsque les intérêts turcs sont visés, les enquêtes anti-terroristes sont très faciles à lancer, mais lorsque des Kurdes meurent, cela ne se produit pas.

ANF

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici