AccueilKurdistanBashurIRAK. Le génocide silencieux: Kirkouk riche en énergie et les territoires kurdes...

IRAK. Le génocide silencieux: Kirkouk riche en énergie et les territoires kurdes contestés soumis à un nettoyage ethnique

IRAK / KURDISTAN – L’année 2022 a propulsé sur la scène internationale le sort et la situation des Kurdes. Du sud du Kurdistan (nord de l’Irak, Bashur) bombardé à plusieurs reprises et soumis à des frappes de drones de Turquie et d’Iran, au nord de la Syrie (Rojava) soumis à l’utilisation d’armes chimiques, à des frappes aériennes et à des attaques de drones et aux Kurdes d’Iran (Rojhilat) à la tête d’un autre révolution dans leur quête de liberté, d’égalité et de justice. Dans le même temps, les Kurdes de la diaspora ont été victimes de plusieurs attentats dont celui du récent massacre de Paris au centre kurde d’Ahmed Kaya. Pourtant, alors que les histoires quotidiennes de massacres, de déplacements, de bombardements et d’assassinats des Kurdes se déroulent sur la scène internationale, une région du Kurdistan qui fait face à d’immenses actes de violence et de terreur n’a pas retenu l’attention.

Un récent rapport de 2022 intitulé « The-New-Ethnic-Cleansing-of-the-Disputed-Territories », met en lumière un certain nombre de crimes inquiétants commis contre les Kurdes dans les territoires contestés de Kirkouk. Le rapport se concentre sur une période de cinq ans depuis le référendum kurde de 2017 pour l’indépendance et ses séquelles pour les Kurdes de Kirkouk et des régions environnantes. Les résultats indiquent des politiques de nettoyage ethnique en cours, la violence, la terreur et des abus sexistes qui constituent un génocide. Le rapport utilise des méthodes d’enquête open source ainsi que des entretiens semi-structurés avec des militants, des journalistes et des résidents déplacés ou actuels de la région. Les principales conclusions mettent l’accent sur les cas de meurtre, de destruction de biens, de violences sexuelles, d’assassinats de journalistes et de militants.

Le rapport est produit par Crimes Against Kurds, un groupe international de chercheurs qui se concentre sur les abus qui ont lieu dans les parties kurdes d’Irak, de Syrie, de Turquie et d’Iran. L’objectif du groupe est de mener un plaidoyer plus efficace, tout en faisant progresser la responsabilité des auteurs et la réparation des victimes. Le rapport est en outre soutenu par le  groupe de travail sur la justice transitionnelle basé à Séoul, une organisation non gouvernementale fondée en 2014 par des défenseurs des droits de l’homme et des chercheurs de plusieurs pays. Le TJWG soutient des méthodes avancées pour lutter contre les graves violations des droits de l’homme et plaider en faveur de la justice pour les victimes dans les sociétés pré- et post-transition à travers le monde.

Les violations des droits humains se sont intensifiées dans la région contre les Kurdes le 16 octobre 2017, lorsque les forces gouvernementales ainsi que les milices soutenues par l’Iran ont inondé la région et lancé une campagne militaire à grande échelle. Ils ont immédiatement pris le contrôle de la ville, y compris ses deux principaux champs pétrolifères. Le gouvernement central irakien, dans le but de limiter et d’empêcher davantage les aspirations à la succession kurde après le référendum de 2017, a entamé une alliance étroite et une coordination militaire avec l’Iran et la Turquie. La campagne militaire a été menée par le célèbre général iranien Qassim Sulaimani, dont l’utilisation des tactiques terroristes et de la violence était tristement célèbre. Le résultat a été que des civils kurdes et des forces de sécurité ont été massacrés. Parallèlement, les Kurdes d’autres régions vulnérables telles que celles de Tuz Khurmatu, Khanaqin, Jalawla, Makhmur et Zummar ont également été ciblés. Plusieurs civils ont été assassinés. Selon les conclusions du rapport, un certain nombre d’armes utilisées contre les Kurdes ont été fournies et fabriquées par les États-Unis dans la guerre contre l’Etat islamique, mais ont été utilisées par les forces irakiennes pour massacrer et nettoyer ethniquement les Kurdes. Les forces kurdes peshmergas avaient pris le contrôle de la région à l’été 2014, lorsque les forces de sécurité et militaires irakiennes ont évacué la région suite à la montée de l’Etat islamique.

Historiquement, les territoires contestés tels que Kirkouk et Mossoul au Kurdistan du Sud ont toujours été le théâtre non seulement de contestations ethno-religieuses, mais aussi de discrimination raciale et de violence profondément troublantes dans lesquelles les Kurdes ont été les perdants traditionnels. Non seulement les Arabes mais aussi les Turkmènes ont longtemps contesté le droit aux territoires de Kirkouk et de Mossoul. Selon le professeur Ofra Bengio, chercheur principal au Centre Moshe Dayan d’études moyen-orientales et africaines de l’Université de Tel Aviv et responsable du programme d’études kurdes au Centre Moshe Dayan, les tensions ethniques et les changements démographiques font depuis longtemps partie de l’histoire de Kirkouk. Elle note que : « une atmosphère d’inimitié régnait depuis longtemps entre les Kurdes et les Turkmons. Elle découlait, entre autres, du fait que la Sublime Porte, à savoir le sultan ottoman,[1] Mahir A Aziz, l’auteur Les Kurdes d’Irak : Nationalisme et identité au Kurdistan irakien, a également soutenu que le nettoyage ethnique de Kirkouk avait pris de l’ampleur pendant la tristement célèbre campagne d’Anfal contre les Kurdes grâce à la politique délibérée d’Ali Hassan al-Majid, le cousin de Saddam, connu sous le nom de « Ali le chimique » pour son utilisation d’armes chimiques contre les Kurdes. Selon Aziz, « c’est à l’époque d’Ali Hassan al-Majid que le nettoyage ethnique de Kirkouk est devenu plus systématique. Ces stratégies impitoyables d’arabisation et de déportations se sont poursuivies dans les années 1980-90. [2] Comme l’indique ce récent rapport, une grande partie de ces politiques de nettoyage ethnique, incitant à la terreur et à la peur dans le cœur de la communauté kurde, se poursuivent à ce jour. Néanmoins, maintenant une combinaison de groupes arabes, turkmènes et kurdes réside dans la région, et une solution viable, efficace et démocratique doit être trouvée avant qu’une nouvelle escalade de la violence, généralement menée contre les Kurdes, ne se reproduise.

Il est clair que les régions contestées ont longtemps été confrontées à des changements démographiques par des groupes ethno-religieux puissants et intéressés au détriment des droits de l’homme, de la liberté et de l’autonomie des Kurdes. Le rapport indique que le gouvernement irakien continue d’utiliser des politiques de nettoyage ethnique dans ces territoires par la destruction et l’endommagement explicites des terres agricoles et du bétail, des maisons, des villages, le déplacement forcé, le recours à la violence et aux menaces ainsi que la répression culturelle et la discrimination économique et en matière d’emploi. Tous ces facteurs continuent de rendre la vie insupportable et insoutenable pour de nombreux Kurdes de la région.

De manière plus concise, ce rapport constate qu’il y a eu 122 cas documentés de meurtre entre 2017 et 2022. Il y a eu 51 cas documentés de destruction et de rasage de fermes et de terres au cours de cette période, ainsi que 25 cas d’enlèvements. Au moins 3 cas de viols ont été signalés, mais le Centre d’études kurde estime que ces chiffres seraient bien plus élevés. Cependant, en raison des tabous culturels autour de l’honneur et de la virginité, nous prévoyons que de nombreuses victimes seraient dissuadées de se manifester et de signaler leurs abus. Dans le même temps, au moins deux journalistes ont été assassinés, tandis que de nombreux autres ont été harcelés ou menacés. Compte tenu du vide sécuritaire dans la région, les Kurdes restent profondément vulnérables aux abus et à la violence des milices ainsi que de l’Etat islamique.

Bien que l’Iraq ait ratifié ou soit signataire d’un certain nombre de lois et conventions internationales, le rapport constate que bon nombre de ces conventions dans le cas du traitement des Kurdes à Kirkouk sont régulièrement et systématiquement violées. L’Irak, par exemple, est signataire de la Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants (CAT) ou de la Convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes (CEDAW), la convention internationale sur l’élimination de toutes les formes discrimination raciale (CERD). Pourtant, le rapport indique que toutes ces conventions sont ignorées ou violées à Kirkouk et que l’État n’a pas respecté ses obligations internationales.

De plus, depuis les événements de 2016, les forces de sécurité kurdes telles que les Peshmarga ont été chassées, laissant les Kurdes de la région sans sécurité de base. Un grand nombre de milices opèrent dans les territoires contestés, notamment Asayib Ahl Alhaq, Saraya Vanayat al-Khorasani, les Brigades de Sayyid al-Shuhada, le mouvement Hezbollah Al-Nujaba, les Brigades Hezbollah Saraya Al Salam, Badr Organization – Military Wing et Hashd Al Turkmani. Les actions de ces milices, et en fait la force même de leur présence, ont suffi à créer une peur profonde et à augmenter le nombre de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays (PDI) dans la région. Les anciennes forces peshmargas craignent pour elles-mêmes et leurs familles, et nombre d’entre elles déménagent en raison du nombre et de la taille des milices susmentionnées.

Alors que la discrimination culturelle, économique et raciale envers les Kurdes s’intensifie, la justice et la responsabilité des auteurs restent inexistantes et illusoires. Dans le même temps, les organisations de défense des droits de l’homme et les parties prenantes ont indiqué peu d’intérêt à forcer les auteurs et le gouvernement irakien à subir des répercussions. La possibilité de justice pour les personnes discriminées, maltraitées et violées reste hautement improbable. Ces facteurs continuent d’accroître les clivages ethno-religieux et la violence envers les Kurdes. Considérant que le rapport constate que la majorité des armes utilisées contre les Kurdes et leurs forces de sécurité sont fournies par les États-Unis, la probabilité d’une justice reste de plus en plus illusoire.

De plus, l’un des principaux auteurs du rapport, Jaya Srivastava, soutient que les politiques d’extermination précédentes du régime irakien envers les Kurdes étaient ouvertes et transparentes, comme dans le cas clair de la campagne d’Anfal. Cependant, plus récemment, des politiques de nettoyage ethnique ont été mises en place en utilisant un certain nombre de politiques cachées et douces pour rendre la vie insupportable aux Kurdes de la région. Un autre chercheur affirme que « la valeur de la vie des Kurdes a touché le fond au cours des 2-3 derniers mois et personne ne le sait. Il est temps que la Cour pénale internationale et la Cour internationale de justice enquêtent et poursuivent les auteurs de ce nettoyage ethnique systématique. D’autres ont affirmé qu’il est troublant « facile de tuer un Kurde à Kirkouk ces jours-ci.

Parallèlement à ces actes de terreur et de violence, d’autres politiques de nettoyage ethnique ont été utilisées, notamment celle de changer les noms kurdes des rues et des villes en arabe et des centaines de responsables kurdes ont été démis de leurs fonctions. Dans le même temps, des fermiers kurdes ont été expulsés de force de leurs terres, leurs maisons et leurs terres étant reprises par des Arabes. Simultanément, un grand nombre de terres agricoles kurdes sur des milliers d’hectares font l’objet de tentatives de confiscation, des centaines d’hectares étant déjà redistribués aux colons arabes.

En effet, l’une des conclusions les plus inquiétantes du rapport souligne que plus de 25 000 familles arabes, rappelant les politiques baasistes des années 1970, ont été relocalisées et installées à Kirkouk et dotées du droit de vote. Un tel découpage électoral partisan a des conséquences inquiétantes pour les élections à venir ainsi que modifier radicalement la démographie électorale. Le résultat a été une augmentation de la représentation et des candidatures arabes au Parlement irakien, des élections de 2018 aux élections de 2021, tandis que la représentation kurde a sensiblement diminué. En plus de cela, le rapport présente des preuves de directives gouvernementales qui indiquent des cas clairs de discrimination contre les Kurdes, notamment la confiscation de terres, le déplacement forcé, des perquisitions illégales et aléatoires à domicile, etc.

Outre ces politiques délibérément imposées aux Kurdes à Kirkouk et dans d’autres territoires contestés, des pays voisins tels que la Turquie et l’Iran continuent d’influencer les changements et leurs propres politiques dans le pays, ce qui a des effets désastreux sur les Kurdes. En Turquie, alors qu’Erdogan fait face à une autre élection et que le pays célèbre son centenaire en tant qu’État, les zones contestées deviendront plus ciblées en tant que monnaie d’échange électorale, mais aussi en tant que source de la montée des politiques néo-nationalistes, d’islamisation et d’expansion du régime. Des régions comme Mossoul et Kirkouk deviendront sans aucun doute les épicentres de ces politiques expansionnistes dans les années à venir. La Turquie, dans son invasion des régions kurdes du Rojava, dans le nord de la Syrie, a démontré une heureuse propension à déclencher non seulement l’annexion de terres et le déplacement de citoyens kurdes, mais aussi l’utilisation d’armes chimiques contre eux dans le nord de l’Irak et en Syrie.

Ce qui est clair, c’est que Kirkouk restera une région profondément contestée et que les civils kurdes continueront de subir le poids des intérêts géopolitiques des factions et puissances dominantes dans la région. À la lumière de l’échec continu des organisations internationales des droits humains à s’exprimer et à protéger les Kurdes à travers le Grand Kurdistan, il est peu probable que quiconque d’autre que les Kurdes eux-mêmes vienne en aide à ces civils kurdes qui souffrent depuis longtemps. Malheureusement, le gouvernement régional du Kurdistan (KRG) continue d’être influencé par les intérêts nationaux et régionaux turcs, tout en restant paralysé par les tensions internes, la corruption et l’incompétence.

Sources:

  1. Bengio, O. 2012. The Kurds of Iraq: Building a State Within a State. Lynn Rienner Publishers: London. P.55. 
  2. Aziz, M.A. 2015. The Kurds of Iraq: Nationalism and Identity in Iraqi Kurdistan. I.B. Tauris Publishing: New York. P.78.

Par Hawzhin Azeez

Hawzhin Azeez est titulaire d’un doctorat en sciences politiques et relations internationales de l’Université de Newcastle, en Australie. Elle est actuellement rédactrice en chef du Kurdish Center for Studies ainsi que la créatrice de The Middle Eastern Feminist. Auparavant, elle a enseigné à l’Université américaine d’Irak, Sulaimani (AUIS) et a été chercheuse invitée au CGDS (Center for Gender and Development, AUIS). Elle a travaillé en étroite collaboration avec des réfugiés et des personnes déplacées au Rojava et a été membre du Conseil de reconstruction de Kobanê après sa libération de l’État islamique. Ses domaines d’expertise comprennent le genre et la reconstruction post-conflit et l’édification de la nation, le confédéralisme démocratique et les études kurdes.

La version originale à lire ici: The Silent Genocide: Energy-Rich Kirkuk and Disputed Kurdish Territories Face ongoing Ethnic Cleansing 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici