AccueilEuropeFranceLa responsable du Mouvement des Femmes kurdes en France parmi les victimes...

La responsable du Mouvement des Femmes kurdes en France parmi les victimes du massacre de Paris

PARIS – La responsable du Mouvement des Femmes kurdes en France se trouve parmi les victimes du massacre de Paris qui a eu lieu aujourd’hui dans le 10e arrondissement de Paris.

La nouvelle a été annoncée par le Conseil démocratique kurde en France (CDK-F) qui appelle à manifester ce 24 décembre, à 12h, place de la République.

CDK-F a écrit :

« Pour le moment, on dénombre au moins trois militants kurdes décédés, dont la responsable du Mouvement des Femmes kurdes en France [TJK-F], et plusieurs blessés, dont trois dans un état grave.

Le Conseil démocratique kurde en France (CDK-F) condamne avec virulence cette attaque terroriste infâme qui intervient suite à de multiples menaces proférées par la Turquie, alliée de Daesh.

Cet attentat terroriste survient également à quelques semaines du 10e anniversaire du triple assassinat des militantes kurdes à Paris le 9 janvier 2013, des meurtres qui restent toujours impunis en raison du refus de la France de lever le secret-défense.

Nous appelons à une grande manifestation demain, samedi 24 décembre, 12h, sur la place de la République, pour protester contre cet attentat terroriste qui meurtrit encore une fois les Kurdes de France, et dénoncer la complaisance de la France avec le régime fasciste turc, une complaisance qui laisse la porte grande ouverte aux attentats meurtriers contre les Kurdes en France. »

Les Kurdes de France de nouveau victime d’un attentat terroriste

Le CDK-F a également déclaré qu’« encore une fois, en plein cœur de Paris, la communauté kurde a été frappée par un attentat terroriste. (…) La situation politique en Turquie et les évolutions politiques concernant le peuple kurde nous laissent clairement penser que ce sont des assassinats politiques.
(…)
Par le biais de la presse, nous avons appris que le caractère terroriste n’avait, à ce stade, pas été retenu. (…) Nous sommes indignés de cette situation. (…) On essaie de nous faire croire qu’il s’agit d’un simple militant d’extrême droite ».

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici