AccueilKurdistanRojavaL'Amérique peut-elle arrêter l'assaut de la Turquie sur le nord de la...

L’Amérique peut-elle arrêter l’assaut de la Turquie sur le nord de la Syrie?

Il appartient aux États-Unis et à la communauté internationale de rendre les conséquences d’une invasion trop lourdes pour la Turquie, écrit Nadine Maenza au sujet des plans turcs pour mettre fin à la révolution du Rojava initiée par les Kurdes et leurs alliés locaux.

Voici le communiqué de Maenza publié sur le site National Interest:

L’Amérique peut-elle arrêter l’assaut de la Turquie sur le nord de la Syrie?

Il appartient aux États-Unis et à la communauté internationale de rendre les conséquences d’une invasion trop lourdes pour la Turquie.

Le 20 novembre, la Turquie a lancé l’opération « Griffe Épée », une vaste campagne de frappes aériennes sur le nord -est de la Syrie. La Turquie a ciblé plus de 265 sites, y compris des infrastructures civiles, détruisant une école, des hôpitaux, des silos à grains, des centrales électriques et hydrauliques et des installations pétrolières. L’attaque d’Ankara a fait vingt-huit morts, dont quatorze civils. Le plus étonnant a été la frappe aérienne sur la base commune de la Coalition dirigée par les États-Unis pour vaincre Daech et les Forces démocratiques syriennes (FDS), à seulement 130 mètres du personnel américain. Alors que les États-Unis appelaient à la désescalade, la Turquie a poursuivi ses frappes aériennes ciblant les forces de sécurité gardant le camp d’Al-Hol, qui détient plus de 50 000 proches de combattants de l’Etat islamique. Heureusement, seules quelques familles se sont échappées et ont ensuite été reprises par les forces de sécurité.

Le président Recep Tayyip Erdogan a annoncé des plans pour une invasion terrestre du nord de la Syrie. Lors des invasions de la Turquie en 2018 et 2019, plusieurs organisations ont documenté d’horribles atrocités, les forces turques et soutenues par la Turquie ciblant des minorités religieuses et ethniques, notamment des Yézidis, des chrétiens et des Kurdes, en particulier des femmes. Genocide Watch a déclaré : « La Turquie a commis des crimes de guerre et des crimes contre l’humanité dans le nord de la Syrie. Dans les zones sous contrôle turc, des civils ont été victimes d’horribles crimes contre l’humanité commis par les forces turques et les milices soutenues par la Turquie. Amy Austin Holmes, alors membre du Wilson Center, a témoignéque des membres de minorités religieuses « ont été tués, disparus, kidnappés, violés, détenus, soumis à une conversion religieuse forcée et détenus contre rançon jusqu’à ce que leurs familles paient des sommes exorbitantes pour obtenir leur libération. Leurs lieux de culte ont été détruits, dégradés et pillés. Même leurs cimetières ont été démolis et vandalisés.

Ces crimes de guerre se sont poursuivis même après la fin de l’invasion, avec des atrocités perpétrées dans des zones gouvernées par des milices islamistes soutenues par la Turquie. Les enquêteurs des Nations Unies sur les crimes de guerre ont averti que « la Turquie doit contenir les rebelles syriens qu’elle soutient dans le nord de la Syrie qui pourraient avoir commis des enlèvements, des tortures et des pillages de biens civils. »

Pourquoi les États-Unis devraient-ils se soucier suffisamment du nord-est de la Syrie pour arrêter les attaques turques en cours et une autre invasion ? Pour commencer, les FDS ont été le principal partenaire des États-Unis dans la lutte contre l’EI. Les unités kurdes de protection du peuple (YPG) et les unités de protection des femmes (YPJ) se sont associées pour la première fois aux États-Unis lors de la bataille de Kobani, qui s’est terminée en janvier 2015 et a renversé la vapeur en tant que première victoire contre l’EI. Avec un soutien aérien et des armes américains continus, ils ont courageusement repris Manbij, Raqqa et d’autres régions de l’Etat islamique, culminant avec la bataille finale de Baghuz en février 2019. À ce stade, ils étaient devenus les Forces démocratiques syriennes (FDS) à majorité arabe, [incluant] des unités chrétiennes syriaques-assyriennes.

Alors que la Turquie a insisté sur le fait qu’elle était un partenaire plus efficace dans la lutte contre l’Etat islamique, il est clair qu’Ankara a été complice de la croissance du groupe. En fait, Brett McGurk, le coordinateur de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient, a déclaré en 2019 que les 40 000 combattants étrangers qui ont rejoint l’Etat islamique « sont tous passés par la Turquie ». De plus, l’Etat islamique a été presque éliminé avant l’invasion de la Turquie en 2019, et les attaques continues d’Ankara depuis ont permis à l’Etat islamique de se reconstruire.

Alors que les FDS libéraient des zones du califat de l’EI, elles donnaient également aux citoyens locaux les moyens de construire un système d’auto-gouvernance, désormais appelé Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie (AANES) . Organisant chaque quartier en communes, comptant généralement une centaine de familles (pas plus de 300), les habitants ont élu des coprésidents et des vice-coprésidents masculins et féminins et ont créé dix comités ouverts à tous les habitants pour gérer leurs propres affaires. Plusieurs communes sont regroupées pour former un sous-district, et plusieurs sous-districts forment ensemble un district, suivi d’un canton, d’une région et enfin du niveau AANES. Le gouvernement régional et les niveaux de l’AANES ont trois branches de gouvernement dirigées par des dirigeants élus : le Conseil exécutif, le Conseil législatif et le Conseil de justice.

Des membres de toutes les ethnies et religions sont soigneusement inclus dans la direction de l’AANES, avec des coprésidents et des vice-coprésidents représentant toute la diversité de leurs propres communautés, y compris les musulmans kurdes et arabes, les chrétiens syriaques-assyriens, les chrétiens arméniens, les Yézidis, les alaouites, Circassiens, Turkmènes et autres, la moitié de tous les dirigeants étant des femmes. En 2020, en collaboration avec Freedom Research Foundation, j’ai passé un mois dans le nord-est de la Syrie à faire des recherches sur le gouvernement dans quatre des sept régions, en rendant visite aux membres du comité et aux coprésidents à tous les niveaux de gouvernement. Nous avons constaté que l’AANES avait en fait un sur-représentation des minorités religieuses et ethniques dans les postes officiels, ce qui a créé une société où tous étaient les bienvenus, sans distinction d’ethnie, de religion ou de sexe. En effet, l’AANES a trois langues officielles : le kurde, l’arabe et le syriaque.

L’AANES n’est pas un gouvernement mis sur pied à la hâte, mais une démocratie soigneusement planifiée qui comble les vides de gouvernance et de sécurité qui se développent normalement lorsque les mauvais acteurs sont éliminés. Imaginez si les vides en matière de sécurité et de gouvernance dans les plaines de Ninive et le Sinjar avaient été comblés par les habitants, y compris les diverses communautés religieuses et ethniques minoritaires qui y vivent, plutôt que par les milices iraniennes qui ont pris le relais. L’AANES nous a montré que la gouvernance est le moyen de pérenniser les acquis acquis lors de l’action militaire. C’est ainsi que l’on peut arrêter une « guerre éternelle ».

Liberté Religieuse Remarquable

J’ai d’abord entendu parler de cette société remarquable et des conditions incroyables de la liberté religieuse auprès de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale (USCIRF), où j’ai servi pendant quatre ans, y compris en tant que présidente pendant ma dernière année. A l’USCIRF, nous avons mis en lumière les conditions dans l’AANES avec deux auditions. Dans les deux audiences et dans de nombreux rapports, l’USCIRF a opposé les conditions positives de l’AANES et le rôle de la région en tant que refuge pour les minorités religieuses aux zones problématiques sous le régime d’Assad, l’occupation turque et Hay-at Tahir al-Sham, un groupe djihadiste.

Lors d’un voyage dans le nord-est de la Syrie en mai dernier, j’ai visité une église nouvellement construite composée principalement de chrétiens convertis. J’ai été stupéfaite de voir des fleurs envoyées avec une note de félicitations d’une organisation islamique d’imams. (Où cela se passe-t-il d’autre ?) Plus tard dans la semaine, à Raqqa, j’ai rencontré des membres de la communauté musulmane venant de l’ouverture d’une église chrétienne arménienne dans le centre-ville. Il est difficile de croire que certaines de ces zones faisaient partie du califat de l’EI il y a à peine cinq ans.

Justifier une invasion

Avec l’effondrement de l’économie turque, Erdogan est désormais profondément impopulaire chez lui. Il utilise la fausse menace de « terrorisme » émanant de la frontière sud de la Turquie pour rallier le soutien avant les élections de l’année prochaine, même s’il n’y a pas eu d’ attaques frontalières non provoquées depuis la Syrie. Le terrible attentat d’Istanbul du 13 novembre a fourni à Erdogan le prétexte parfait pour porter des accusations contre le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et, par extension, le peuple du nord-est de la Syrie (qui n’est pas le PKK). Le suspect ne semble pas être kurde, et il existe de nombreuses affirmations contradictoires qui ne s’additionnent pas. Erdogan est connu pour avoir faussement accusé les opposants kurdes d’être membres du PKK, donc ce n’est pas nouveau.

Les États-Unis ne doivent pas permettre que le mensonge d’Erdogan soit utilisé comme excuse pour une invasion du nord-est de la Syrie. Alors que de nombreux habitants du nord-est de la Syrie étaient affiliés au PKK dans le passé, l’AANES et les FDS ne font pas partie du PKK. Les habitants du nord-est de la Syrie ont construit leur gouvernement pour offrir un avenir à leurs familles, pas pour cibler la Turquie. Ils sont autant une menace pour la Turquie que Taïwan l’est pour la Chine. C’est la Turquie qui est une menace pour la liberté, la paix et la sécurité en Syrie. Il appartient aux États-Unis et à la communauté internationale de rendre les conséquences de l’invasion de la Syrie trop lourdes pour la Turquie.

Nadine Maenza est présidente du Secrétariat de la liberté religieuse internationale (IRF) et ancienne présidente de la Commission américaine sur la liberté religieuse internationale. Elle siège au conseil d’administration de Freedom Research Foundation, son partenaire sur le terrain en Syrie.

Article à lire en anglais ici: Can America Stop Turkey’s Assault on Northern Syria?

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici