AccueilDroits de l'HommeLa Grande-Bretagne ne doit pas criminaliser la lutte kurde

La Grande-Bretagne ne doit pas criminaliser la lutte kurde

LONDRES – Le défenseur des droits humains, Mark Campbell est un ami du peuple kurde de longue date. Il a été de toutes les actions de soutien au peuple kurde organisées à Londres depuis le début de la révolution du Rojava. Il a également participé aux manifestations anti-Erdogan et dénoncé la collaboration entre les gouvernements britanniques successifs et la Turquie, dans le domaine de l’armement notamment. Il vient d’être convoqué par la justice britannique pour « terrorisme ».

Mark Campbell explique pourquoi la Grande-Bretagne ne doit pas criminaliser le symbole kurde de l’identité nationale et de la lutte.

Le 27 octobre 2022, j’ai reçu une lettre m’informant que je suis accusé en vertu de l’article 13 (1) et (3) du Terrorism Act 2000 du Royaume-Uni.

La lettre disait: «Le 23 avril 2022, dans un lieu public, à savoir Whitehall Londres, a affiché un objet, à savoir un drapeau, de telle manière ou dans de telles circonstances qu’il suscite des soupçons raisonnables que vous étiez membre ou partisan d’une organisation interdite, à savoir le PKK. »

Le jour du crime présumé, des dizaines de policiers ont bloqué la route devant notre manifestation pacifique alors qu’elle arrivait à Whitehall et des officiers supérieurs ont envoyé des « escouades » dans la foule lors d’une opération pré-planifiée pour cibler et saisir de manière agressive les personnes qui ils avaient identifié comme portant un drapeau.

J’ai été véritablement horrifié par le niveau disproportionné de violence et d’agression dont la police métropolitaine a fait preuve envers des manifestants pacifiques simplement à cause d’un drapeau qui contrarie le gouvernement turc.

Le drapeau, avec une étoile rouge, dans un cercle jaune entouré de vert sur fond rouge, connu sous le nom de Kesk û Sor û Zer (vert rouge jaune), a été adopté par le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) comme drapeau en 2005 en raison de sa grande popularité parmi le peuple kurde, qui considérait le drapeau comme un symbole de la lutte nationale kurde pour son identité. A partir de 1985, avant d’être adopté par le PKK, il était le drapeau du Front de libération nationale kurde (ERNK), il a donc toujours été associé à la lutte identitaire du peuple kurde en Turquie.

Et donc, dans une réaction émotionnelle et spontanée, j’ai brandi un très grand drapeau, qui est considéré par des millions de Kurdes comme un symbole national de lutte, pour faire une très grande déclaration politique contre la criminalisation continue par le gouvernement britannique des Kurdes communauté et du mouvement kurde au sens large en Turquie et au Moyen-Orient.

Ces politiques de criminalisation continuent de considérer le conflit entre l’État turc et le PKK simplement comme une question de sécurité. Mais dans le verdict de la désormais célèbre affaire du PKK, les tribunaux belges ont statué que le PKK n’était pas une organisation « terroriste », mais plutôt une partie à un conflit bilatéral régi par des lois internationales telles que la Convention de Genève, que les deux parties au conflit ont toutes deux signé.

Des dizaines de milliers de militants politiques kurdes, dont des dizaines de maires élus, de députés, de journalistes, de chanteurs et de défenseurs des droits de l’homme, continuent de languir dans les prisons turques, certains étant incarcérés depuis des décennies, beaucoup emprisonnés sans procès dans une stratégie étatique d’internement de masse rappelant la politique du Royaume-Uni contre les Irlandais dans les années 1970. Des dizaines d’autres sont continuellement emprisonnés chaque semaine, toujours avec le même mensonge délibérément fabriqué et fallacieux et l’étiquette de partisan du « terrorisme ».

La même accusation que je fais maintenant face en tant que militante des droits pro-kurdes au Royaume-Uni.

Le Royaume-Uni a clairement politisé la législation britannique en faveur de l’un des pires auteurs de violations des droits de l’homme au monde, la Turquie, qui est désormais considérée comme l’un des régimes les plus répressifs au monde.

La Turquie est classée 103e sur 167 pays dans la dernière édition de l’indice de démocratie (DI) de The Economist Intelligence Unit, et est décrite par l’indice comme un «régime hybride», ce qui signifie qu’elle n’a pas réussi à faire la transition d’un régime autoritaire à un régime démocratique, en grande partie à cause de son incapacité à résoudre la question kurde.

La question kurde en Turquie reste non résolue près de 100 ans après la signature du traité de Lausanne, établissant les frontières de la Turquie moderne.

Les Kurdes ont historiquement constitué environ un tiers de la population vivant à l’intérieur des frontières de la Turquie moderne et appellent une région couvrant environ un tiers de sa géographie leur patrie.

Le Premier ministre turc İsmet İnönü annonçait le 4 mai 1925 : « Le nationalisme est notre seul facteur de cohésion. (…) A tout prix, nous devons turquifier les habitants de notre pays, et nous anéantirons ceux qui s’opposent aux Turcs ou au ‘turquisme’. »

La langue, la culture et l’histoire des Kurdes ont été interdites en tant que politique déclarée du nouveau gouvernement turc. Une politique raciste officielle d’assimilation forcée et d’anéantissement a commencé.

Les Kurdes qui ont refusé d’abandonner leur identité, leur langue et leur culture ont été qualifiés de «terroristes» et une campagne brutale et bien documentée de répression militaire turque a commencé contre eux, y compris des massacres, des incendies de villages, des déplacements massifs, l’emprisonnement, la torture et l’extra-exécutions judiciaires.

Dans les années 1980, les Kurdes [en Turquie] luttaient pour survivre en tant que peuple, leur identité, leur langue et leurs traditions étant interdites, et vivant sous un constant « état d’urgence » brutal et de répression militaire.

L’assimilation totale semblait de plus en plus probable.

Cependant, dans les années 1970, un groupe d’étudiants kurdes et turcs, dont un jeune étudiant appelé Abdullah Öcalan, qui avait été emprisonné en 1972 pour avoir dirigé une grève étudiante à l’Université d’Ankara, discutaient avec passion de la situation désastreuse et de la menace existentielle auxquelles sont confrontés les Kurdes en Turquie. Les idées qu’ils ont commencé à développer dans les années 1970 finiront par se cristalliser et formeront la base d’une organisation qui mènera la lutte pour la renaissance de l’identité kurde.

Abdullah Öcalan et ses amis ont quitté la Turquie après avoir officiellement fondé le PKK, les 26 et 27 novembre 1978 dans un village appelé Fis, près de Diyarbakir. Prévoyant les dangers du coup d’État militaire imminent de 1980, ils ont traversé la frontière vers la ville kurde de Kobane en Syrie où ils ont rencontré des militants kurdes locaux et ont commencé à construire le mouvement de libération du peuple kurde, Partiya Karkerên Kurdistan (PKK).

Les graines d’une intense lutte organisationnelle pour la survie des Kurdes ont été semées à cette époque et depuis 40 ans, le PKK, qui est rapidement devenu une organisation de libération nationale, a défendu les droits du peuple kurde en Turquie.

Ces dernières années, le PKK a également été à l’avant-garde des batailles pour défendre les Kurdes contre l’Etat islamique en Syrie et aussi pour défendre les Yézidis contre les attaques génocidaires de l’Etat islamique en Irak. En effet, les cris des femmes kurdes « Jin, Jîyan, Azadî », qui ont d’abord résonné sur les lignes de front de la lutte contre l’EI en Syrie et en Irak, puis à nouveau dans les rues d’Iran, proviennent directement du mouvement de libération des femmes kurdes au sein de le PKK.

Il est donc ironique qu’alors que les idéologies et les idées du PKK soient à l’origine des luttes de première ligne pour la démocratie en Turquie, en Iran, en Syrie et en Irak, le gouvernement britannique les ait ajoutées à la liste des organisations interdites en échange de contrats d’armement lucratifs avec le régime antidémocratique et misogyne du dictateur turc Recep Tayyip Erdoğan, qui mène une politique génocidaire envers les Kurdes et détruit la démocratie en Turquie.

Et pendant ce temps, les forces de l’ordre britanniques gaspillent des dizaines de milliers de livres de l’argent des contribuables britanniques dans la criminalisation de la communauté kurde du pays avec un harcèlement continu et des procès-spectacles politiques en faveur de la Turquie.

Ni moi ni les Kurdes ne sommes coupables. Le drapeau que nous tenions, qui « a éveillé les soupçons » et nous a valu d’être accusés d’être partisans ou membres d’une organisation apparemment « terroriste », est considéré par des dizaines de millions de Kurdes comme un symbole de survie et d’autodéfense nationale kurde.

Il est temps de renverser la situation sur le gouvernement britannique, qui est coupable de complicité dans le fait que la Turquie qualifie de « terrorisme » la lutte légitime des Kurdes pour la justice et les droits.

Il est temps pour le gouvernement britannique d’arrêter de criminaliser les Kurdes et leurs partisans, de retirer le PKK de la liste des organisations « terroristes » interdites et de persuader la Turquie qu’elle doit rechercher une solution pacifique et politique à ce conflit qui a tant causé la misère et la douleur.

Le drapeau que je tenais est connu sous le nom de Kesk, Sor u Zer, et est considéré par des millions de Kurdes comme un symbole de survie nationale et d’autodéfense contre les politiques d’assimilation forcée et de discrimination.

La loi britannique ne devrait pas être politisée en faveur de la Turquie, l’un des régimes les plus répressifs au monde.

Nous plaiderons « non coupable » avec fierté et soulignerons les abus du gouvernement britannique envers la communauté kurde au Royaume-Uni et la répression continue de la Turquie contre le peuple kurde en Turquie, en Irak et en Syrie.

Soyez solidaires avec nous pour notre première audience : 9h00 le 18 novembre 2022, Westminster Magistrates Court, 181 Marylebone Rd, Londres NW1 5BR.
(Métros les plus proches, Marylebone, Edgware Road et Baker Street)

Medya News : Britain must not criminalise Kurdish symbol of national identity and struggle

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici