AccueilFemmesDeuxième Conférence internationale des femmes à Berlin

Deuxième Conférence internationale des femmes à Berlin

BERLIN – Depuis hier, plus de 700 femmes assistent à la deuxième conférence internationale des femmes organisée par « Women weaving the future », réseau international de solidarité féminine initié par les femmes kurdes.

« Notre révolution: construire une vie libre »

La deuxième conférence internationale des femmes organisée par Women Weaving the Future Network s’intitule « Notre révolution : construire une vie libre » et se tient à Berlin ces 5 et 6 novembre.

La 2e Conférence mondiale internationale sur les femmes a débuté hier à Berlin. Environ 700 femmes venues des quatre coins du monde participent à ce rassemblement organisé par des organisation féministes.

La conférence a commencé par un examen approfondi de la Troisième Guerre mondiale ainsi que de la résistance contre celle-ci. Plus précisément, il s’agissait de la lutte contre le patriarcat capitaliste hautement armé. Meghan Bodette, membre du Kurdish Peace Institute a animé et posé les questions suivantes à la première session : Que peut faire la lutte révolutionnaire de libération des femmes et des autres genres opprimés en cette ère de pandémies, de guerres, d’accaparements violents de terres et de crises écologiques ? Le patriarcat capitaliste oppressif continue sa guerre contre les femmes et tous les autres genres opprimés, développant des méthodes et des stratégies toujours nouvelles pour briser la résistance des femmes et essayant de cacher toutes les contradictions du système.

Dans la première partie de la table ronde, Nilüfer Koç, membre du Congrès national du Kurdistan (KNK), et Mariam Rawi de l’Association révolutionnaire des femmes d’Afghanistan (RAWA) ont évoqué la violence de l’État contre la société ainsi que les femmes et les moyens d’oppression – masculinité dominante.

« C’est le bon moment pour façonner l’avenir »

Koç a souligné que « c’était exactement le bon moment pour parler de la façon dont nous, les femmes, devrions façonner l’avenir. « Après tout, ce qui se passe autour de nous en ce moment n’est rien de moins que la Troisième Guerre mondiale – même les États-Unis, l’OTAN, etc. sont d’accord là-dessus. Mais en tant que femmes, nous ne devons pas commettre l’erreur de ne penser à la guerre qu’en termes militaires. Il y a une guerre qui ne se nomme pas comme telle : depuis le début du patriarcat, le féminicide est une guerre et une partie inhérente du capitalisme. Les guerres militaires ne sont que des masques pour masquer les relations et les origines des problèmes. C’est pourquoi il est si nécessaire de trouver des alternatives dans ce siècle. En tant que femmes, nous avons besoin de notre propre idéologie – celle de la libération des femmes », a déclaré Koç et a appelé à un engagement avec les mouvements de femmes qui luttent activement pour la paix.

Koç a ensuite évoqué les crises actuelles, les revendications hégémoniques des États et les guerres et la concurrence qui en résultent. Elle a mentionné la collaboration à ce stade pour détruire les alternatives, comme dans la lutte contre le mouvement de libération kurde et les attaques contre le Kurdistan. « En ce moment, les opprimés ont la possibilité de contredire et de résister. En Iran, cela est actuellement visible à nouveau. Derrière le slogan « Jin, Jiyan, Azadî » (Femme, Vie, Liberté) se cache une lutte de plusieurs décennies qui montre : si nous sommes organisés, nous pouvons gagner des batailles. Au Kurdistan, on montre que c’est possible. Il est temps que nous, en tant que sœurs, assumions la responsabilité de l’avenir. Femme, Vie, Liberté ! C’est comme ça qu’on va gagner. »

« Les femmes prouvent qu’elles écrivent l’histoire de la révolution »

Mariam Rawi a ensuite parlé de l’Afghanistan comme d’un endroit où règnent actuellement les fascistes religieux les plus brutaux. Elle a décrit de manière impressionnante la tragédie qui se déroule sous cette mentalité fondamentaliste islamiste. « C’est une force dirigée contre les femmes. Les atrocités et la souffrance des femmes sont à l’ordre du jour sous ce régime. Les femmes ne sont pas reconnues comme des êtres humains, mais sont réduites à des machines à procréer » , a-t-elle déclaré.

Cependant, Rawi a également souligné que les Talibans n’étaient pas seuls, mais liés aux institutions des États capitalistes, comme la CIA. Elle a donné un bref aperçu de l’historique de cette coopération en déclarant que : « Par exemple, les « droits des femmes » ont été utilisés pour légitimer l’intervention après 2001, mais même si aujourd’hui on parle de son échec, en fait tout s’est déroulé selon le plan impérialiste. Aujourd’hui, le pays est au bord de l’effondrement, pourtant les gouvernements occidentaux entretiennent des relations avec les talibans : les intérêts stratégiques sont bien plus importants que le sort des femmes et des hommes afghans.

Mais, les gens ont aussi appris. Les valeurs ne peuvent être défendues que par les opprimés eux-mêmes – et alors elles ne seront plus enlevées. Elle a détaillé le travail de RAWA : depuis plus de 40 ans, ils sensibilisent aux injustices et organisent clandestinement les femmes. Pour leur travail, l’organisation a récemment reçu le prix Sakine Cansiz. « Nous en étions très heureuses. »

Rawi a conclu en disant : « Nous espérons que le réseau de solidarité deviendra de plus en plus fort. Nous jurons par le sang des femmes qui luttent de poursuivre leur chemin. Les femmes prouvent qu’elles écrivent l’histoire de la révolution. »

Ecocide : vaincre la domination, la dépossession, l’oppression

La deuxième partie de la matinée était consacrée à la destruction de la nature et s’intitulait « Écocide : vaincre la domination, la dépossession, l’oppression : la subordination et la colonisation de la nature et l’appropriation et l’exploitation impitoyables des ressources ». Ici, Lolita Chavez de Feministas Abya Yala du Guatemala et Ariel Salleh, sociologue et écoféministe australienne ont pris la parole.

D’Abya Yala au Kurdistan

Chavez a commencé son discours en allumant un feu et a prononcé des mots de gratitude pour la terre, le cosmos : « C’est notre feu, notre feu féministe, d’Abya Yala au Kurdistan. » Elle s’est positionnée contre la guerre au Kurdistan et l’utilisation d’armes chimiques, déclarant qu’elles étaient des défenseures de la vie.

Elle a raconté l’occupation des territoires indigènes, l’exploitation et la violence des réseaux criminels et des structures terrorisantes. Elle a souligné que ceux-ci étaient également financés par l’Europe et ses institutions : « Nous sommes là, vous disant dans vos yeux : vous en faites partie. » Elle a parlé de la guerre que leur faisaient les entreprises extractivistes parce qu’elles tenaient contre elles leurs mondes, des alternatives possibles sur leurs territoires.

« Arrêtez les sociétés transnationales là où elles sont nées »

Chavez a également dénoncé le féminicide et appelé à la justice. En tant que féministes d’Abya Yala, a-t-elle dit, elles travailleraient ensemble, tissant autonomie et autodétermination, mais partageant également leur sagesse. « Nous n’avons pas honte quand ils disent que nous sommes des sorcières. Nous soutenons notre spiritualité. Nous sommes contre l’idéologie parce que dans nos territoires, nous décidons. »

Chavez a terminé son discours par deux appels. La première, est qu’il n’y a plus de temps pour retarder ce projet important : « Formons ces réseaux féministes et tissons le féminisme par en bas ! Arrêtez les sociétés transnationales là où elles sont nées ! Les sociétés extractivistes sont la mauvaise réponse au réchauffement climatique. Et nous les arrêterons ! »

Surmonter la pensée dualiste

Ariel Salleh a commencé sa présentation en abordant la révolution du Rojava, la qualifiant d’écoféministe. Elle a souligné que le féminisme et l’écologie dénotent une lutte commune et sont étroitement liés. Elle a appelé à lutter contre la perpétuation des dualismes construits et des liens dissociatifs associés. « La pensée dualiste créée, par exemple entre les êtres humains et la nature et liée à celle de l’homme et de la femme, non seulement limite nos possibilités, mais entraîne également des conséquences négatives, par exemple en décrivant un côté comme inférieur ou en ouvrant les portes au colonialisme. L’humanité, la raison, la production sont diamétralement opposées à la nature, le chaos, la reproduction et les dominent. Cette hiérarchie est institutionnalisée dans le patriarcat. Il faut beaucoup d’énergie pour maintenir la domination masculine, ce qui signifie l’aliénation de la vie elle-même. »

« Rendre visible le travail invisible »

Concluant la première session, la troisième partie s’est concentrée sur « Rendre visible le travail invisible : la survie du système repose sur le travail mauvais et non rémunéré des femmes ». Cela a abordé la question : comment pouvons-nous fonder notre lutte de classe sur le principe de la libération des femmes pour combattre les fondements de l’exploitation capitaliste ? Les femmes dans les luttes de classe ont développé une vision selon laquelle la hiérarchie de classe et l’État sont construits sur l’exploitation du corps et des services des femmes. Dans les conditions capitalistes actuelles, le travail des femmes est encore plus exploité et rendu encore plus invisible. »

Abolir le système, pas l’être humain

Geneviève Vaughan, une militante italo-américaine pour la paix, féministe et philanthrope, a clairement indiqué dans sa conférence que l’économie capitaliste des derniers siècles doit être fondamentalement abolie. Vaughan a déclaré que : « Pour pousser à un changement radical du système économique, il faudrait comprendre le travail non rémunéré comme la norme du système et le travail rémunéré comme sa déviation. Ce n’est qu’alors que nous pourrons voir comment le corps des femmes est exploité dans le patriarcat capitaliste. Les humains sont la seule espèce qui ne peut pas subvenir à ses besoins, mais ne reste en vie qu’en prenant soin les uns des autres. Le don maternel, dit-elle, est invisible dans l’économie capitaliste. Ce don comprend la création de la vie et des soins.

La misogynie a historiquement tenu les femmes à l’écart de la science et cela a jeté les bases pour toujours développer des modèles qui auraient des vides dans leur analyse. Nous devons réaliser que nous ne voulons pas que le système survive, nous voulons que notre espèce humaine survive. Et notre espèce est composée d’humains, qui ne sont ni Homo Economicus, c’est-à-dire orientés vers le profit, ni Homo Sapiens, c’est-à-dire savants, car nous ne savons pas qui nous sommes. L’être humain est un homo Donando, un être humain qui donne. »

La vraie sécurité ne vient pas du patriarcat capitaliste

Azadî signifie liberté dans de nombreuses langues. Avec ces mots, Kavita Krishnan, militante féministe de All India Progressive Women’s Association, a commencé sa contribution. Elle a précisé que dans le patriarcat, le mot sécurité est utilisé comme un code pour le contrôle et l’exploitation des femmes. Pour illustrer cette situation dans le système, Krishnan a donné divers exemples de l’Inde et de la Chine pour illustrer ce changement de termes en tant que stratégie pour opprimer les femmes. Dans un exemple, elle a évoqué la situation des jeunes femmes qui sont recrutées pour travailler dans les usines des entreprises multinationales. Les gérants promettent aux familles que leurs filles travailleront en toute sécurité, alors que leur salaire n’est payé qu’au bout de trois ans. Même leurs téléphones portables leur sont en partie confisqués. Krishnan a demandé quel type de sécurité est réellement en jeu: « La sécurité qui devrait être en jeu, est celle qui devrait offrir une protection contre les employeurs. L’employeur devient cependant un allié de la famille en restreignant de facto la liberté des femmes et en les empêchant de nouer des relations avec des hommes en dehors de leur caste, de s’organiser, etc. »

Krishnan a souligné combien il est important que la solidarité féministe critique les régimes prétendument anti-impérialistes, ajoutant que « Nous ne devons pas fermer les yeux simplement parce que des régimes prétendent être anti-américains. Les mêmes régimes comprennent les luttes LGBT et le féminisme comme des valeurs occidentales contre lesquelles il faut lutter. »

La première session s’est achevée par une session de questions-réponses suivie d’un concert de la musicienne Yalda Abbasi.

Voici le programme de la deuxième journée de la Conférence internationale des femmes:

 

Devenir—La vie désirée ne viendra pas par des miracles mais par la révolution

  1. Surmonter la fragmentation créée par la mentalité patriarcale : classe, nationalisme, religionisme
  2. Le féminisme – la rébellion de la plus ancienne colonie et ce qu’il y a au-delà
  3. Sociologie de la Liberté et Jineolojî

Notre vision : Construire une vie libre

  1. Comment vivre, quoi faire et par où commencer
  2. Organiser!
  3. Défendre la vie : non à la guerre, oui à l’autodéfense

Trouver notre chemin

Jin, Jîyan, Azadî : Pourquoi une organisation féminine supranationale ? Quelle est la proposition pour un confédéralisme démocratique mondial de la femme ?

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici