AccueilMoyen-OrientIranUnité dans la diversité: Surmonter l'effacement du Kurdistan et de Jina Amini

Unité dans la diversité: Surmonter l’effacement du Kurdistan et de Jina Amini

Les militantes kurdes Ala Riani et Rezan Labady écrivent que rappeler la diversité ethnico-religieuse en Iran ne signifie pas l’affaiblissement de la lutte anti-régime. Bien au contraire, la reconnaissance de toutes les luttes féministes, écologistes, ethniques, linguistiques… renforcera la résistance des peuples et des femmes d’Iran face à la dictature des mollahs, disent-elles.

« La réalité en Iran est telle qu’il existe plusieurs luttes parallèles menées par différents groupes ethniques et religieux. Ceux-ci doivent être alimentés en oxygène pour que les protestations continuent et ne s’éteignent pas. La seule façon dont la résistance contre la dictature de la République islamique peut durer est que toutes les luttes soient reconnues et représentées dans le récit de cette révolution en cours. Faire de la place aux autres n’équivaut pas à s’effacer. S’il n’y a pas de place pour tous, il n’y a de place pour personne. »

Voici l’article signé par Ala Riani et Rezan Labady:

Nous, les écrivains, sommes des enfants de la guerre. Nos perspectives et nos idées découlent du fait que nous sommes nés sous le règne de la République islamique. Moi, Ala, je suis née à la suite de l’émission de la toute première fatwa de l’ayatollah Khomeiny, une guerre contre le Kurdistan iranien. Ma mère de 22 ans m’a donné naissance dans le sous-sol d’un sombre hôpital abandonné, submergé par les bombardements alarmants des forces du régime iranien combattant les peshmergas kurdes dans ma ville natale de Mahabad. L’un de mes premiers souvenirs est d’avoir commencé la maternelle en étant obligée de parler farsi au lieu de ma langue maternelle, le kurde.

Et moi, Rezan, je suis née dans la tristement célèbre prison d’Evin à Téhéran, ma mère ayant été arrêtée alors qu’elle était enceinte de six mois. Elle n’avait que 23 ans et était déjà prisonnière d’opinion. Un mois après ma naissance, elle a été torturée, alors j’ai été séparée d’elle et envoyé chez mes grands-parents. La torture faisait partie de sa vie quotidienne – beaucoup de ses compagnons de cellule ne s’en sont pas sortis, donc le fait qu’elle ait survécu à son emprisonnement ne peut être considéré que comme de la chance.

C’est le monde dans lequel nous sommes entrées. À ce jour, nous luttons contre des générations de traumatismes : notre propre traumatisme, le traumatisme de nos parents et grands-parents, et le traumatisme que nous transmettrons inévitablement à nos enfants.

Nos destins ne sont que deux gouttes dans un océan rempli d’histoires de guerre, de familles brisées et de déplacements.

¤

L’Iran est en feu. Un incendie si massif que le monde peut le voir même de loin.

Qu’est-ce qui a allumé ce feu dont vous avez peut-être déjà entendu parler ? Le meurtre brutal d’une jeune femme kurde en visite à Téhéran qui a été détenue et tuée par la police des mœurs iranienne. Son infraction ? Montrant des mèches de cheveux sous son hijab.

Vous avez peut-être également entendu parler de la façon dont le régime a immédiatement tenté de dissimuler le crime et a exigé que sa famille soit enterrée la nuit sans la présence de personnes en deuil. Mais la mort de Jina Amini était un crime trop grave pour passer inaperçu dans sa petite ville kurde de Saqqez. Les funérailles se sont rapidement transformées en une manifestation de personnes en deuil enragées, les femmes retirant leur foulard et scandant le slogan kurde « Jin Jiyan Azadî » (Femmes, vie, liberté). La protestation est devenue des protestations car elle s’est propagée rapidement à toutes les villes kurdes avec une grève générale massive: une méthode de protestation silencieuse souvent utilisée dans les provinces kurdes.

Nous savons que le meurtre de Jina n’était qu’une des innombrables vies innocentes prises par le régime iranien depuis ses débuts. Et les protestations ont éclaté plus souvent que le reste du monde n’a pris la peine de s’en apercevoir au fil des ans. Cette fois, cependant, alors que les rues d’Iran se remplissaient de manifestants, tout le pays iranien s’est rallié au Kurdistan.

¤

Le monde regarde et applaudit les femmes iraniennes qui retirent leur hijab pour montrer leur défi à un régime qui, depuis plus de 40 ans, a battu quiconque est assez audacieux pour le critiquer ; sous ce régime, la subordination fait loi. La déshumanisation des femmes par l’État a été un apartheid de genre constant qui imprègne toutes les sphères de la société, tant privées que publiques. Les femmes sont considérées comme des menaces pour le fondement même de l’idéologie sur laquelle repose l’État, qui insiste pour qu’elles soient contraintes à l’obéissance plutôt que considérées comme des membres à part entière de la société.

Il est important de préciser que le défi contre le hijab dans ces manifestations représente les nombreuses couches de violations que les gens endurent sous ce régime. Par conséquent, ce n’est pas seulement une révolution du hijab. Le meurtre de Jina a été un catalyseur de changement et est devenu le symbole d’une aspiration collective à la liberté et un appel à l’abolition du régime. C’est un mouvement organique dirigé par le peuple, avec les femmes en tête.

Les peuples disparates d’Iran semblent avoir enfin trouvé un véritable point commun pour une fois : se libérer de la dictature de la République islamique d’Iran. Jamais pendant le règne du régime de grandes manifestations n’ont été menées simultanément dans tous les groupes ethniques et religieux du pays.

Alors que tous ceux qui vivent sous le régime de la République islamique sont opprimés, des minorités comme les Baloutches, les Arabes, les Bahá’ís, les Azéris et les Kurdes sont confrontées à une discrimination sévère et systématique en raison de leur appartenance ethnique et de leurs croyances. L’Iran a une longue histoire de suprématie persane contre ses minorités ethniques et religieuses, caractérisée par une approche coloniale avec des opinions profondément enracinées sur l’unité du pays. Le perso-centrisme a longtemps été l’idéologie dominante dans le pays.

Alors que les protestations se répandaient dans tout le pays, la question était : est -ce que cela pourrait être le moment que les groupes marginalisés d’Iran attendaient ?

Mais la réponse à laquelle nous avons dû faire face était que le mouvement iranien au sens large semblait réticent à mettre en lumière les antécédents de Jina. Le perso-centrisme s’est clairement manifesté en ce qui concerne le déni des racines kurdes de Jina. Malgré les appels de la communauté kurde à honorer Jina en prononçant son nom kurde interdit, qui signifie « vie », les Iraniens ont à bien des égards ignoré ce détail important et ont continué à l’appeler Mahsa. Ceci est particulièrement bouleversant car les Kurdes ne sont souvent pas autorisés à enregistrer leur nom mais doivent à la place avoir un nom approuvé par l’État – dans le cas de Jina, « Mahsa». Jina est devenu un jeton modifié et persanisé, moulé pour convenir à la majorité de cette révolution. Il s’agit d’un acte fondamental de diminution de son identité auquel la plupart des Iraniens n’auront jamais à faire face et dont ils ne comprennent peut-être donc pas la gravité.

Au lieu de cela, la réponse de la communauté iranienne en essayant d’élever une perspective kurde a été de blâmer les Kurdes pour avoir contribué à la division. Comment se fait-il que quelque chose d’aussi fondamental que la reconnaissance soit perçu comme une menace pour l’unité de l’Iran ?

¤

Trop souvent, force est de constater que la perception de soi iranienne ne laisse place à aucune autre identité car, à leurs yeux, nous sommes tous iraniens. Mais un groupe minoritaire comme les Kurdes ne peut pas et ne s’est pas identifié à ce concept car ils n’ont jamais été traités comme des citoyens égaux sous cette bannière. Il est donc logique que la majorité des Kurdes s’identifient à leur appartenance ethnique plutôt qu’à une nationalité qui leur a été imposée.

La division semble encore plus prononcée en dehors de l’Iran que parmi les manifestants en Iran. Sur les réseaux sociaux, la distance entre de nombreux Iraniens de la diaspora et les Kurdes iraniens reflète davantage les politiques que divers régimes iraniens ont adoptées à l’égard de la question kurde en général. Les Iraniens sceptiques trouvent provocateur que l’angle kurde soit souligné alors que l’ensemble de l’Iran est sous le feu, tandis que les Kurdes en colère voient une identité encore une fois minimisée et rendue invisible. Nous voyons une appropriation culturelle ainsi qu’un mépris flagrant du fait que la jeune femme dont le visage est devenu un symbole mondial de la révolution en Iran n’est même pas connue sous le nom de naissance que sa mère lui a donné. Ceci est également approuvé par des célébrités et des personnes influentes du monde entier qui ne remettent jamais en question leur reproduction de cet effacement. Tant d’Iraniens considèrent ces remarques comme un acte d’incitation à la séparation kurde et donc à l’effondrement de l’Iran. Et le fait que nous devions les rassurer sur le fait que revendiquer notre kurde ne constitue pas une menace contre leur idée d’un Iran où l’identité « iranienne » est la norme en dit long.

Il est vrai que la fragmentation est l’un des grands défis d’aujourd’hui, alors que l’unité est indispensable pendant les manifestations en cours, mais une solution facile, pour commencer, serait la reconnaissance du rôle des femmes kurdes dans une révolution que le monde entier regarde maintenant.

On ne saurait trop dire à quel point cela pourrait favoriser un sentiment d’unité au lieu d’encourager un air de privation dans un groupe déjà invisible au monde extérieur.

Il est maintenant temps de tirer une leçon des erreurs de ce régime et des régimes précédents, car les peuples d’Iran doivent être unis et former une forte résistance contre la brutalité de cette dictature. Cela signifie que ceux qui constituent la majorité doivent permettre et créer une atmosphère inclusive et accorder aux divers groupes ethniques et religieux d’Iran le choix d’assumer librement leur identité pendant ce soulèvement.

Cette responsabilité n’incombe pas exclusivement aux personnes mentionnées mais aussi aux médias internationaux et aux organes d’information qui reproduisent ces mécanismes, au lieu d’un reportage nuancé qui laisse la place aux voix qui se dissolvent dans les masses.

Cette question doit également être examinée comme une lacune de nombreuses époques, car l’oppression extensive des Kurdes dans le pays s’étend bien au-delà de la durée de ce régime. La société iranienne a des traditions bien établies d’aliénation du peuple kurde en perpétuant le récit selon lequel les Kurdes sont culturellement inférieurs et non civilisés, légitimant ainsi les méthodes violentes de l’État. Le fait que les Kurdes représentent près de la moitié des prisonniers politiques iraniens, même s’ils ne constituent que 10 % de la population, est révélateur, sans parler du nombre disproportionnellement élevé de Kurdes condamnés à mort dans ces prisons.

Et bien sûr, cela signifie que les femmes kurdes ont souffert de manière disproportionnée pendant plus d’un siècle sous des régimes oppressifs, à la fois la monarchie et la dictature islamique qui ont imposé des politiques d’assimilation, des déplacements forcés et des privations économiques. L’oppression s’est étendue à l’assassinat de dirigeants politiques kurdes en exil. Parallèlement, les horreurs du patriarcat ont profondément imprégné la vie des femmes kurdes ; il est bien connu que les régions en conflit et post-conflit ont des sociétés imprégnées de traumatismes et de persécutions, qui conduisent à des niveaux plus élevés de violence domestique et d’abus.

Les femmes kurdes se sont battues pendant des années pour se faire une place dans la sphère politique comme dans la sphère privée. Comme le slogan kurde « Jin Jiyan Azadî » a été répété pour la première fois par les manifestants, l’intention était de faire écho au slogan tel qu’il a été scandé dans les villes kurdes où les manifestations ont commencé. Ces trois mots simples sont devenus un symbole pour les femmes iraniennes alors qu’il provient en fait des mouvements de femmes kurdes en Turquie et en Syrie, ainsi qu’en Iran, contre les régimes colonisateurs qui ont occupé leurs terres et supprimé leur identité. Au fur et à mesure que l’attention du monde extérieur sur les événements augmentait, le slogan a été traduit de manière puissante et inspirante dans d’innombrables langues à travers le monde – tout cela, à la fin, a complètement perdu son origine et son histoire.

¤

Les jours et les semaines à venir sont cruciaux pour l’issue de ces manifestations. Nous devons tous nous rappeler que la véritable menace pour le droit du peuple à la liberté et à la vie est la République islamique d’Iran.

Fin septembre, lorsque le régime iranien a lancé des attaques de drones et de missiles contre des groupes d’opposition kurdes iraniens au Kurdistan irakien, l’un des objectifs était de semer la désunion parmi les manifestants. L’attaque était une punition contre les Kurdes iraniens car le régime les reconnaît clairement comme les instigateurs des manifestations. La grève générale qui a eu lieu lorsque Jina a été tuée a été encouragée par les partis kurdes iraniens. L’attaque visait à tuer tout espoir, et quoi de mieux que de cibler une minorité dont aucune entité internationale ne tiendra le régime responsable ? Il est crucial que l’ensemble de l’Iran et la communauté internationale voient clair dans ces tactiques ; c’est peut-être le seul moyen d’empêcher un massacre imminent, pire que ce que nous voyons maintenant, de ceux que le régime présente comme des boucs émissaires des troubles du pays.

Il s’agit d’un mouvement qui est fondamentalement diversifié – par conséquent, il pourrait être beaucoup plus inclusif et puissant s’il était ouvert à l’altérité. Et il y a parfois tellement de solidarité que cela coûte des vies. Qui pourrait oublier Hadis Najafi, 22 ans, une jeune femme suivie sur TikTok qui a rejoint une manifestation où elle a été tuée d’au moins six balles ? Sa mère a crié dans une interview que sa fille était morte pour « Mahsa ».

La réalité en Iran est telle qu’il existe plusieurs luttes parallèles menées par différents groupes ethniques et religieux. Ceux-ci doivent être alimentés en oxygène pour que les protestations continuent et ne s’éteignent pas. La seule façon dont la résistance contre la dictature de la République islamique peut durer est que toutes les luttes soient reconnues et représentées dans le récit de cette révolution en cours.

Faire de la place aux autres n’équivaut pas à s’effacer. S’il n’y a pas de place pour tous, il n’y a de place pour personne.

¤

A lire la version originale (en anglais) sur le site The Los Angeles Review of Books: Unity in Diversity: On Overcoming the Erasure of Kurdistan and Jina Amini

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici