AccueilKurdistanRojavaSYRIE. Les forces kurdes ont arrêté 226 jihadistes de l'EI dans le...

SYRIE. Les forces kurdes ont arrêté 226 jihadistes de l’EI dans le camp Al-Hol

SYRIE / ROJAVA – Depuis 25 août, les forces arabo-kurdes passent au peigne fin le camp al-Hol abritant les familles de DAECH suite à la recrudescence de meurtres commis par DAECH dans le camps. Ils ont arrêté 226 jihadistes, dont 36 femmes, découvert des tunnels, centres de torture, une « école du jihad » pour endoctriner les enfants, des armes, dont des mitrailleuses, des téléphones portables, des outils de torture, des femmes enchaînées, des Yézidies captives…
 
L’opération contre les cellules de l’EI dans le camp d’al-Hol, dans le nord de la Syrie, a pris fin. Les forces de sécurité de l’Administration autonome ont annoncé le bilan de l’opération sécuritaire lancée fin août et appelé la communauté internationale à prendre ses responsabilités.
 
Le 17 septembre, le commandement général des forces de sécurité intérieure de la Syrie du Nord et de l’Est a annoncé la fin de la campagne «Sécurité et Humanité», appelant les forces internationales qui ont des ressortissants dans le camp d’al-Hol à les rapatrier et à participer à l’élimination des mercenaires jihadistes présents dans les zones occupées par la Turquie dans le nord de la Syrie.
 
L’opération de sécurité au Camp Hol est terminée. Cela a été annoncé par le commandement des forces de sécurité du nord et de l’est de la Syrie (Asayîş) lors d’une conférence de presse au centre d’accueil et de détention près de Hesekê. Cependant, le danger que représentent les cellules de l’organisation terroriste « Etat islamique » (EI) n’a pas encore été écarté, soulignent les forces de sécurité et pointent du doigt les liens étroits entre l’EI et la Turquie. Les cellules de l’EI sont soutenues et guidées depuis la zone d’occupation turque dans le nord de la Syrie, selon le commandement Asayîş, qui appelle les puissances internationales à assumer leurs responsabilités face à la menace de l’EI.
 
Les commandants des Forces démocratiques syriennes (FDS) et des YPJ et YPG ont également assisté à la conférence de presse. L’opération à Camp Hol, qui a débuté le 25 août, était la deuxième phase de l’opération « Sécurité et Humanité » qui a été lancée au printemps de l’année dernière sous l’impression d’attaques terroristes contre les habitants, les organisations d’aide humanitaire et les forces de sécurité.
 
Commémoration des combattants des FDS tombés au combat
 
Au nom des forces de sécurité, Sozdar Xelîl a lu une déclaration dans laquelle elle a d’abord commémoré les combattants des FDS Cesûr Xebat et Udey Cinêdiye, morts lors de l’opération à Camp Hol dans une escarmouche avec des membres de l’EI. Sozdar Xelîl a également expliqué que le camp avait été fouillé pendant 24 jours pour traquer les cellules de l’EI et arrêter de nouvelles activités islamistes. L’opération a été reportée à plusieurs reprises en raison des attaques de la Turquie contre la région autonome du nord-est de la Syrie, dont l’EI a bénéficié.
 
Pourquoi l’opération était nécessaire
 
« L’opération a été lancée après que les cellules de l’Etat islamique aient commis des crimes croissants en tuant et en torturant des résidents du camp qui refusaient de rejoindre ou de soutenir l’organisation » , ont indiqué les forces de sécurité dans un communiqué. Des dissidents ont été condamnés à mort ou torturés, et 44 personnes ont été assassinées au Camp Hol cette année seulement. « Les cellules de l’Etat islamique ont qualifié de nombreuses femmes et leurs enfants d’apostats, les ont mis sur la liste des exécutions, les ont fait pression et les ont fait chanter et les ont forcés à prêter allégeance à l’Etat islamique. »
 
Arrestation de 226 terroristes, dont 36 femmes
 
Au cours de l’opération, 226 partisans de l’EI ont été arrêtés, dont 36 femmes. Les accusés sont accusés d’être responsables des crimes commis au Camp Hol et d’avoir communiqué avec des responsables de l’EI à l’extérieur du camp. L’Etat islamique comptait principalement sur les femmes « pour entretenir l’idéologie extrémiste de l’Etat islamique et la répandre dans le camp. Pour cette raison, les femmes de l’Etat islamique ont organisé des séminaires et des cours pour endoctriner les femmes et les enfants avec l’idéologie de l’Etat islamique », indique le communiqué. Les enfants étaient préparés à des attentats-suicides. Avec l’opération, la structure de la charia « Hisba » a été brisée. De nombreux appareils de communication et documents ont été trouvés les contacts avec les dirigeants de l’EI dans la zone d’occupation turque et les plans de préparation aux attaques terroristes et aux tentatives d’évasion. Les noms et adresses de trois personnes chargées des transferts d’argent ont également été découverts en parallèle de l’opération à Camp Hol dans la petite ville du même nom et à Hassaké.
 
Armes confisquées
 
De nombreuses armes ont été confisquées au cours de l’opération, dont « des bombes, des armes moyennes, des silencieux et des pistolets utilisés par les cellules de l’EI dans leurs attaques terroristes. En outre, de nombreux tunnels et tranchées inachevés ont été découverts et détruits, que les cellules de l’Etat islamique utilisaient pour se cacher ainsi que leurs armes et se préparer à s’échapper du camp. Selon l’enquête, les armes saisies provenaient de trois sources : premièrement, certains travailleurs humanitaires, notamment l’organisation Bahar, étaient impliqués dans l’importation d’armes et d’argent, et dans le trafic d’éléments de l’EI et de femmes. Deuxièmement, certaines armes et bombes individuelles ont été introduites par des femmes et des enfants de l’EI se cachant sous leurs vêtements et dans leurs bagages alors qu’ils étaient transportés depuis Bagouz. À cette époque, il était impossible de découvrir ces armes en raison du grand nombre de femmes et d’enfants, du manque de technologie de sécurité et des conditions logistiques et de sécurité difficiles. Troisièmement, l’organisation terroriste a utilisé le matériel fourni pour fabriquer des armes blanches telles que des poignards, des couteaux, des baïonnettes et des instruments de torture cruels pour intimider les habitants et les forcer à se rendre.
 
Six femmes libérées de captivité
 
Au cours de l’opération, les YPJ ont pu libérer deux femmes yézidies de la violence des partisans de l’EI et les mettre en sécurité. Les forces de sécurité ont déclaré : « Au cours des quatre dernières années, plus de 200 femmes et enfants yézidis ont été secourus du camp par les YPJ. Les YPJ ont rencontré de nombreux obstacles, il n’est pas facile d’atteindre et de libérer ces femmes. Le plus important d’entre eux est la peur des femmes de révéler leur identité yézidie. Elles se font passer pour des étrangères et s’adaptent au mode de vie des femmes de l’EI afin de protéger leur vie. » Retrouver les femmes yézidies enlevées à l’intérieur et à l’extérieur du camp est considéré comme une mission fondamentale et stratégique et les opérations de recherche se poursuivront jusqu’à ce que tout le monde soit secouru.
 
Dans ce contexte, les YPJ ont également libéré quatre femmes non yézidies qui avaient été enchaînées et brutalement torturées par des partisans de l’EI. Selon les forces de sécurité, les enquêtes sur les antécédents et les responsables sont toujours en cours.
 
Le volet humanitaire
 
Nos forces, qui ont été confrontées à des dangers réels de la part de cellules terroristes lors de l’opération de recherche et d’évacuation, ont tenu compte de la sensibilité des aspects humanitaires au sein du camp et ont donné des garanties pratiques que les résidents du camp continueraient à recevoir une aide humanitaire à au même taux qu’auparavant, et ils ont distribué une aide supplémentaire prélevée sur les quotas de leurs membres à certaines familles dans le besoin.
 
Malgré les provocations des cellules de l’Etat islamique et en particulier des femmes de l’Etat islamique qui ont tenté de détourner nos forces et de perturber l’opération avec des problèmes secondaires pour aider les cellules terroristes à se cacher et à s’échapper, l’opération s’est déroulée sans accroc, à l’exception de quelques-uns liés au manque de technologie de sécurité adéquate. Les cellules terroristes se cachaient en portant des vêtements féminins , mais cela n’a pas empêché nos forces de les traquer, paralysant leur capacité de mouvement et les empêchant de nuire aux habitants.
 
Tâches internationales
 
Au cours de l’opération, de nombreux dangers ont été éliminés, mais Camp Hol présente toujours un risque sécuritaire élevé, soulignent les forces de sécurité : « Il est donc nécessaire de rappeler à la communauté internationale ses obligations, surtout après avoir pris conscience récemment de la gravité de menaces dans sous-estimé le camp. À cet égard, nous réitérons notre appel aux pays dont les ressortissants sont dans le camp pour qu’ils les reprennent et ne les abandonnent pas à l’exploitation et au recrutement de l’EI.
 
Nous appelons également les parties internationales concernées à prendre note des liens organiques entre les services secrets turcs et les cellules de l’EI à l’intérieur et à l’extérieur du camp, et nous les appelons à surveiller les mouvements des dirigeants de l’EI dans les territoires occupés par la Turquie pour entraver, en particulier les responsables de la direction et de l’incitation des cellules du camp. Les enquêtes sur les terroristes arrêtés ont confirmé la relation étroite entre l’occupation turque et ces cellules, notamment en ce qui concerne la perpétration d’attentats terroristes ou les tentatives d’introduire clandestinement les terroristes et leurs familles dans les zones sous contrôle turc, de les réhabiliter et de les aider contre d’éventuelles invasions turques contre nos territoires (…).
 
Nous mettons également en garde contre le fait d’ignorer le risque que des femmes de l’EI, sous couvert de « soutien social », se voient imprudemment donner accès à des fonds et des ressources par le personnel incompétent de certaines organisations opérant dans le camp et utilisent ces fonds à des fins de propagande et de recrutement. »
 
Bilan de l’opération
 
Enfin, les forces de sécurité déclarent que la lutte contre les structures de l’EI se poursuit. Quant aux résultats, les forces de sécurité indiquent que 226 personnes ont été arrêtées, dont 36 femmes extrémistes impliquées dans des crimes de meurtre et de terrorisme. 25 tunnels et tranchées ont été découverts et les armes suivantes ont été sécurisées :
 
Trois mitrailleuses AK-47, un bazooka avec deux grenades, deux pistolets, 25 grenades à main, 25 kg de TNT, onze silencieux, 388 cartouches AK-47, dix chargeurs AK-47, neuf gilets pare-balles, un uniforme militaire turc, des couteaux , poignards , baïonnettes et instruments de torture, ainsi que de nombreux appareils de communication.
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici