AccueilKurdistanBakurTURQUIE. Un prisonnier kurde menacé de mort non libéré bien qu'il ait...

TURQUIE. Un prisonnier kurde menacé de mort non libéré bien qu’il ait purgé sa peine

TURQUIE / KURDISTAN DU NORD – Le prisonnier politique kurde, Rojhat Bat avait été menacé de mort par le gardien en chef de la prison de Diyarbakır (Amed) avant son transfert forcé à la prison de Maraş-Türkoğlu. Depuis 26 août, date de fin de sa peine, il se voit interdit de quitter la prison. Sa non libération crée l’inquiétude car en 8 mois, des dizaines de prisonniers kurdes ont perdu la vie de manière suspecte.
 
La répression contre les prisonniers politiques kurdes en Turquie se poursuit et les détenus qui ont purgé leur peine ne sont pas libérés, conformément à la tristement célèbre mesure du ministère de la Justice de faire suspendre la libération des prisonniers politiques. Il y a de nombreuses personnes dans les prisons turques dont la peine de prison ordinaire a expiré depuis longtemps et qui ne sont toujours pas libérées en raison de leurs opinions politiques.
 
Ces dernières années, le Conseil d’administration et d’observation a décidé de libérer ou non des prisonniers. Le prisonnier Rojhat Bat, qui a été emprisonné après son arrestation en 2017, n’est pas libéré même s’il a déjà purgé sa peine de prison.
 
Non libéré depuis 26 août
 
Bat a été condamné à 7 ans et 6 mois de prison en janvier 2017 pour « appartenance à une organisation terroriste [PKK] » .Il est détenu en prison alors qu’il devait être libéré le 26 août. Le prisonnier politique a été transféré de la prison de type D de Diyarbakır à la prison de type L n° 2 de Maraş/Türkoğlu le 18 mai 2022.
 
Tenu en otage
 
Le prisonnier politique a déclaré à sa famille que la plainte de son avocat concernant l’obstruction à sa libération n’avait donné aucun résultat. « La requête de mon avocat au juge d’exécution de Maraş a été rejetée. Une autre requête soumise au Conseil d’administration et d’observation a également été rejetée au motif que j’avais participé à des activités qui ne posaient en réalité aucun problème à l’administration pénitentiaire. Ces activités comprenaient généralement l’emprunt de livres à la bibliothèque, la participation à des activités sportives, sociales, culturelles et artistiques et l’obtention de certificats d’ateliers. Ma libération est empêchée au motif que j’ai participé à ces activités », a-t-il déclaré.
 
Bat a appelé l’administration pénitentiaire à mettre fin à la répression des prisonniers et à libérer au plus vite les prisonniers qui ont déjà purgé leur peine.
 
Menacé de mort en 2021
 
Le prisonnier Bat a été menacé de mort par le gardien en chef de la prison en avril 2021 alors qu’il était détenu à la prison de type D de Diyarbakır.
 
La sœur aînée de Bat, Ronda Bat, a transmis les propos de son frère lors d’un appel téléphonique le 29 avril 2021 : « Lorsque j’ai quitté le parloir la veille et que je suis allé dans le service, il y a eu une dispute entre mon codétenu et un gardien. Je suis intervenu en parole. Ensuite, les gardes m’ont attrapé et ont essayé de couvrir ma bouche avec leurs mains pour me faire taire. Peu de temps après, le garde en chef de la prison s’est présenté et m’a dit : « Je sais que tu es Rojhat Bat et que tu es un provocateur. Tu vas mourir ici » . Il m’a menacé de mort en disant : « Je te tuerai ; tu ne sortirais pas d’ici vivant. »
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici