AccueilKurdistanBashurLes doubles standards de l'OIAC quand il s'agit des Kurdes

Les doubles standards de l’OIAC quand il s’agit des Kurdes

Le militant kurde, Adem Uzun a déclaré que malgré les appels répétés de la communauté internationale, l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) n’a pris aucune mesure pour enquêter sur les armes chimiques utilisées par la Turquie au Kurdistan du Sud.

La communauté internationale continue de garder le silence envers l’État turc, qui utilise des armes chimiques, des bombes nucléaires tactiques et des gaz interdits lors de ses attaques d’invasion en cours contre les régions de Zap, Avaşîn et Metina – QG du PKK – au Kurdistan d’Irak, depuis le 14 avril 2022. Alors que l’OIAC brille par son indifférence face à ces crimes, les efforts diplomatiques des Kurdes et de leurs amis en réponse ont pris de l’ampleur.

Adem Uzun, membre du Congrès national du Kurdistan (KNK), a parlé à l’ANF du silence de l’OIAC, des preuves de l’utilisation d’armes chimiques par la Turquie contre la guérilla kurde au Kurdistan du Sud et des rapports officiels présentés à cet égard.

Uzun a noté que l’OIAC et d’autres instituts qui surveillent l’utilisation des armes interdites n’ont pas répondu aux rapports préparés par les organisations régionales et internationales, en particulier par le Comité contre l’utilisation des armes chimiques au Kurdistan du Sud. Il a souligné que non seulement les guérilleros kurdes, mais aussi la population civile sont attaqués par des agents chimiques.

L’UTILISATION D’ARMES CHIMIQUES A AUGMENTÉ CETTE ANNÉE

L’homme politique kurde a souligné que contrairement à l’année précédente, l’État turc a considérablement augmenté ses attaques chimiques au Kurdistan en 2022. « La presse internationale a couvert à plusieurs reprises l’utilisation d’armes chimiques, mais malheureusement, aucun résultat n’a pu être obtenu car les institutions compétentes mener des recherches. »

Uzun a fait remarquer que les familles des guérilleros tués par des armes chimiques ont envoyé des dizaines de lettres aux institutions autorisées, tandis que les institutions internationales kurdes ont soumis des rapports aux autorités compétentes, à divers États et instituts. Donnant des informations sur les activités diplomatiques, il a déclaré : « Jusqu’à présent, certains États nous ont répondu. Par exemple, les autorités allemandes ont déclaré que « nous sommes au courant des allégations d’attaque chimique, mais l’OIAC n’a obtenu aucune preuve ». La Grande-Bretagne a également répondu que « nous sommes au courant de ce qui se passe, mais l’OIAC s’en occupera une fois qu’elle aura des preuves » . »

L’OIAC DEVRAIT ENVOYER UNE DÉLÉGATION DANS LA RÉGION

Uzun a souligné que l’OIAC n’acceptait pas les preuves présentées par certaines institutions et individus indépendants. «Ils n’ont pas accepté les rapports et les preuves connexes, ni les données et les éléments apportés du terrain. De plus, ils n’envoient toujours pas de commissions et de groupes de travail dans la région pour mener des enquêtes », a-t-il déclaré.

Selon l’OIAC, la recherche à leurs côtés nécessite une demande au niveau de l’État, a déclaré l’homme politique kurde et a poursuivi : « Malgré des allégations très graves, des séquences vidéo, des manifestations internationales et les appels répétés du public international, l’OIAC n’intervient toujours pas. C’est du deux poids, deux mesures. Il s’agit d’une non-reconnaissance de ses propres lois et principes, ainsi que d’une tentative de manipulation de l’opinion publique internationale. »

L’OIAC ET LES ÉTATS MEMBRES VIOLENT LEURS PROPRES RÈGLES

Notant que l’OIAC et ses 193 pays membres travaillent ensemble, Uzun a poursuivi : « Les États membres ont des représentants à l’OIAC et l’OIAC a des représentants dans ces États. Ces États ont des commissions qui traitent des armes interdites, mais l’OIAC et les États membres ne prennent aucune mesure. Cela signifie que ces États et l’OIAC ne reconnaissent pas leurs propres règles.

Les rapports sur la question révèlent à quel point les populations locales vivant dans les zones ciblées par les armes chimiques sont affectées. La Turquie est membre de l’OTAN et utilise des armes nucléaires tactiques qui sont strictement interdites. Peut-être qu’ils n’utilisent pas des bombes aussi destructrices que celles utilisées à Nagasaki et Hiroshima, mais celles utilisées au Kurdistan sont du même type d’arme. Même si leur rendement explosif est faible, ils causent des dommages permanents à la nature, à l’environnement et aux habitants du Kurdistan. »

L’OTAN PROTÈGE SON MEMBRE CRIMINEL

Le politicien kurde, Uzun a fait remarquer que malgré toutes les preuves, il n’y a toujours aucune réaction d’aucun pays de l’OTAN concernant l’utilisation d’armes chimiques par l’État turc. « Par conséquent, nous devons dire qu’il s’agit d’une stratégie de l’OTAN qui protège ses membres des crimes de guerre qu’ils commettent en utilisant des armes chimiques et en violant les lois internationales. »

Uzun a également abordé les sales négociations au sein de l’OTAN en échange de l’approbation par la Turquie de l’adhésion de la Suède et de la Finlande : « L’OTAN a conclu un sale accord avec Erdogan sur les Kurdes, afin qu’il puisse procéder à un nettoyage ethnique et à un génocide contre eux. En fait, l’OTAN donne non seulement le feu vert à l’utilisation d’armes chimiques, mais permet également à Erdogan de violer le droit international, ce qui conduit à davantage de nettoyage ethnique et de troubles dans la région. »

ANF, Uzun on Turkish use of chemical weapons: OPCW should abandon double standards

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici