AccueilKurdistan"Coopérer avec Erdogan signifie vendre l'humanité"

« Coopérer avec Erdogan signifie vendre l’humanité »

Devriş Çimen, le responsable européen du Parti démocratique des peuples (HDP) a réagi aux accords suédo-turco-finlandais criminalisant les Kurdes lors du dernier sommet de l’OTAN. « Coopérer avec Erdogan signifie vendre l’humanité » , a déclaré Çimen dans son analyse publiée par le journal suédois Dagens ETC.
 
Le journal suédois Dagens ETC a publié l’article « Coopérer avec Erdogan, c’est vendre l’humanité » écrit par Devriş Çimen, le représentant européen du Parti démocratique des peuples (HDP). L’article traite de l’accord signé entre la Suède, la Finlande et la Turquie d’Erdogan sur l’adhésion à l’OTAN et ses implications pour les Kurdes. Çimen tente d’expliquer le contexte des préoccupations légitimes de sécurité, des valeurs universelles et des montagnes kurdes d’un point de vue kurde dans le contexte de l’accord suédo-finno-turc. Le journal ETC est publié depuis 2014 pour ses lecteurs avec une vision du monde de gauche et verte.
 

L’article original est publié ici

« Je voudrais vous rappeler que si la Suède et la Finlande ne prennent pas de mesures pour remplir nos conditions, nous gèlerons le processus. » C’est ce qu’a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdoğan à Ankara le 18 juillet, fixant ainsi à lui seul les règles du jeu pour la candidature de la Finlande et de la Suède à l’adhésion à l’OTAN. Mais les responsables gouvernementaux suédois et finlandais peuvent-ils expliquer au public quelles sont les « conditions » d’Erdoğan et ce qu’ils feront pour éviter que leur adhésion à l’OTAN ne soit « gelée » ?

Vous ne pouvez pas et ne devez pas percevoir Erdoğan comme quelqu’un avec qui traiter. C’est un autocrate, qui n’hésite pas à utiliser les populations suédoise et finlandaise comme des jouets dans ses jeux de pouvoir ; qui est antidémocratique; qui mène des guerres contre les Kurdes en violation du droit international ; et qui criminalise ceux qui s’opposent à lui. Travailler avec lui, c’est vendre l’humanité. Si vous acceptez malgré tout cela, un problème moral se pose que vous ne pouvez pas expliquer, ni à votre société civile ni à nous.

Nous, le peuple kurde, n’imposons pas nos propres conditions. Mais je voudrais parler un peu des « conditions » d’Erdoğan qui affecteront notre avenir. Avec cet accord, nous avons une fois de plus vu des négociations sur, mais pas avec, les Kurdes. Il est donc d’autant plus nécessaire de regarder les discussions actuelles autour du pacte proposé par Erdoğan d’un point de vue kurde. Au lieu d’écouter les voix des Kurdes, une place a été donnée aux menaces d’Erdoğan et à sa tentative de chantage.

En kurde, il y a un proverbe : « Les Kurdes n’ont d’amis que les montagnes », ou « dostên Kurdan bi tenê çiya ne ». L’expression fait référence à l’état de menace, aux préoccupations sécuritaires perpétuelles, à l’abandon et à l’isolement que les Kurdes continuent d’endurer. Chaque fois que les Kurdes ont été persécutés, ils se sont retirés dans les montagnes pour survivre. Dans leur patrie, dans des conditions d’exploitation et de discrimination, où ils sont exclus des droits culturels, politiques, démocratiques et donc universels, les Kurdes doivent résister. Non seulement dans leur pays d’origine, mais aussi au niveau international, ils doivent résister aux pratiques discriminatoires.

En tant que représentant européen du Parti démocratique des peuples (HDP) favorable aux droits des minorités de Turquie, qui a obtenu plus de six millions de voix lors des dernières élections turques – plus que la population finlandaise – et dans lequel les Kurdes jouent un rôle important, je voudrais contribuer à cet important débat. Il est également important de savoir qu’il y a actuellement une procédure devant la Cour constitutionnelle visant à interdire le HDP. Il y a un grand danger que le gouvernement d’Erdoğan utilise le pouvoir judiciaire, qui est entièrement sous son contrôle, pour interdire le HDP avant les élections présidentielles et législatives prévues en juin 2023. Par conséquent, je considère comme l’une de mes tâches d’écrire des articles et représentent les objections de toutes les personnes qui soutiennent le HDP. Bien sûr, nous parlons non seulement des voix de millions de Kurdes en Turquie, mais aussi des relations culturelles, sociales et politiques de ces personnes avec les Kurdes en Syrie, en Irak et en Iran. Cela élargit une fois de plus considérablement le champ de notre responsabilité. Le terme « Kurdistan » doit être décolonisé et les revendications de liberté et de démocratie des Kurdes décriminalisées. Tout ce qu’Erdoğan dit à propos ou prétendument au nom des Kurdes découle de politiques racistes et anti-kurdes et ne bénéficie d’aucune reconnaissance de la part de la communauté kurde. revendications de liberté et de démocratie dépénalisées. 

Accord d’Erdoğan et « problèmes de sécurité »

L’accord, salué comme une percée lors du sommet de l’OTAN à Madrid fin juin, ne fera qu’encourager Erdoğan à mener de nouveaux actes de chantage contre l’Occident et des guerres d’agression contre les Kurdes. Erdoğan a maintenant écrit qu’il peut exiger un soutien dans la lutte contre la population kurde et l’opposition démocratique. Ses politiques anti-kurdes hostiles sont donc également imposées à la Suède et à la Finlande contre leur volonté.

Les deux pays rejoindront l’alliance militaire de l’OTAN dans un proche avenir. Peu de temps après l’accord au sommet, il a également été annoncé que les États-Unis aideraient à moderniser la flotte turque d’avions de chasse F16. Une chose est claire : le mémorandum convenu à Madrid ne contribuera pas à la littérature turque et les avions de chasse ne décoreront pas les musées turcs, mais seront bien sûr utilisés pour la guerre contre les Kurdes.

Ce n’est pas une accusation sauvage. Au contraire, l’accord sur l’adhésion des deux pays à l’OTAN n’est intervenu que lorsque la Turquie d’Erdoğan a renoncé à son veto – et après la signature d’un accord par lequel les intérêts kurdes et la vie des Kurdes seraient à nouveau sacrifiés.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a déclaré avant le sommet de Madrid que les « préoccupations sécuritaires » soulevées par la Turquie d’Erdoğan en opposant son veto aux demandes d’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN étaient « légitimes ». La Première ministre suédoise Magdalena Andersson a également semblé approuver les propos d’Erdoğan, déclarant : « Nous prenons très au sérieux les préoccupations turques, notamment les préoccupations de sécurité dans le contexte de la lutte contre le terrorisme ».

Mais les déclarations de Stoltenberg et d’Andersson sont illégitimes et erronées parce qu’elles ont été faites sur de fausses bases. Ils ont tort car ils donnent carte blanche à Erdoğan pour poursuivre la répression et mener des guerres contraires au droit international. Rien dans cet accord n’est correct.

Il ne faut pas oublier qu’historiquement, l’existence de l’État turc est fondée sur les génocides des Arméniens et des Assyriens et sur le déni des droits fondamentaux des autres peuples, notamment des Kurdes. Par conséquent, depuis la fondation de l’État, tous ceux qui remettent en question la culture politique dominante de la Turquie se sont heurtés à une opposition violente.

Les Kurdes de Turquie ont un problème existentiel

C’est pourquoi les Kurdes de Turquie sont confrontés à un tel problème existentiel. La doctrine politique dominante exige essentiellement l’anéantissement de tout ce qui ne peut être défini ou défini comme turc. Ainsi, le problème centenaire de l’identité kurde et le conflit vieux de 40 ans entre le mouvement kurde et l’État turc sont tous deux le résultat direct de l’idéologie d’État turque. Le problème n’est pas les Kurdes, mais les méthodes totalitaires de l’idéologie d’Etat turque. Cela a un caractère anti-kurde, qui se reflète également dans la constitution, qui oblige officiellement tous ceux qui vivent en Turquie à subir une « turquification ». Cela comprend l’imposition d’une certaine religion, d’une certaine langue, d’un certain mode de vie et de certaines normes de genre.

L’ancien ministre suédois du Développement, Pierre Schori, a déclaré que le mémorandum de l’OTAN était un grand succès pour Erdoğan, une honte pour la Suède et une trahison des Kurdes. Il a ajouté qu’il croyait que « le texte a été écrit par les Turcs ». Ce n’est donc pas un accord équitable entre plusieurs pays, mais l’accord a été forcé par Erdoğan. Cela aura des conséquences dévastatrices pour les Kurdes et en même temps pour les valeurs démocratiques en Suède et en Finlande s’il n’est pas annulé après tout.

Les Kurdes ne font partie d’aucun organe décisionnel ayant le pouvoir de se demander si l’OTAN doit être élargie, réduite ou même dissoute. Mais ils ont le droit d’exiger un engagement clair envers le droit international, la démocratie et la liberté, qui devrait également s’appliquer à la population kurde.

Aucune entité n’a le droit d’abuser des droits de l’homme universels pour son propre bénéfice et profit – ni la Turquie, ni l’OTAN, ni les pays candidats à une nouvelle adhésion à l’alliance.

Responsabilité de défendre les valeurs démocratiques universelles

Le film ‘Shame’ d’Ingmar Bergman de 1968 livre une leçon historique et politique qui éclaire la discussion actuelle. Le film enseigne efficacement au spectateur comment l’histoire façonne la responsabilité éthique personnelle et collective en situation de guerre. Dans le film, un duo d’artistes veut fuir une guerre civile. Mais le tumulte de la guerre s’étend sur leur île, et la pression de l’actualité fait irruption dans leur quotidien à tous les niveaux. Le cynique Bergman illustre impitoyablement la destruction des relations humaines et l’impossibilité de se replier dans l’isolement.

Le film se concentre sur les individus et les communautés, et sur le bien comme sur le mal en eux. Il s’agit de valeurs individuelles, éthiques, de perspectives différentes, de choix – et donc d’agir ou de ne pas agir.

Lorsque la Turquie a attaqué des parties des régions autonomes dirigées par les Kurdes du nord et de l’est de la Syrie en octobre 2019 sous prétexte de « préoccupations légitimes en matière de sécurité », de nombreuses personnes dans le monde ont manifesté leur solidarité avec les habitants touchés par la guerre dans les villes de Serekanîyê (ou Ras al-Ayn) et Gire Spî (ou Tel Abyad). Ils se sont opposés à la guerre, qui constituait une menace massive pour la sécurité des Kurdes.

A cette époque, la Suède et la Finlande ont décidé d’imposer un embargo sur les armes à la Turquie. D’autres pays ont symboliquement restreint leurs exportations d’armes vers la Turquie. De cette manière, la guerre de la Turquie, contraire au droit international, a été dénoncée. Ce n’était pas une faveur aux Kurdes, mais un acte nécessaire – la prise de responsabilité dans la défense des valeurs démocratiques universelles.

Le mémorandum signé avec Erdoğan, qui condamne et criminalise la prise de responsabilité des pays nordiques dans la suspension des ventes d’armes à la Turquie, constitue donc un déni de l’histoire et un manquement éthique. Si une nouvelle attaque contre le nord et l’est de la Syrie est effectivement sur le point de commencer, le gouvernement turc n’a peut-être pas obtenu le soutien de la Suède et de la Finlande, mais a au moins obtenu leur silence.

Mais comment accepter une telle position face aux violations des droits internationaux et humains par la Turquie ? En ce sens, le film de Bergman attire l’attention sur une question importante qui devrait nous faire tous repenser notre position. Le film fait voir des parallèles entre ses protagonistes artistes et le destin de personnes au Kurdistan ou en Turquie qui ont connu les extrémités de la guerre. Des millions de Kurdes sont confrontés chaque jour à des choix éthiques extrêmement difficiles : résister ou se rendre ? Partir ou rester ? Protéger des êtres humains menacés ou détourner le regard ? Faut-il risquer sa propre vie pour sauver les autres ? Jusqu’où aller pour défendre les valeurs proclamées en temps de paix ? Ou simplement essayer de profiter de la situation?

Avec l’aide du philosophe allemand Theodor Adorno, nous pouvons nous demander : pouvons-nous vivre une vie correcte au milieu d’une mauvaise ?

Discrimination systématique et oppression des Kurdes

L’accord du sommet de l’OTAN promet beaucoup – contre les Kurdes et pour la Turquie. Ce n’est que l’exemple le plus récent de la façon dont la politique anti-kurde de l’État turc discrimine et opprime systématiquement les Kurdes. Les politiques anti-kurdes ont un long précédent historique dans la politique de l’État turc.

Dès 1934, le Parlement turc a adopté la « loi sur l’évacuation forcée » (İskân Kanunu), qui a créé le cadre juridique de la déportation des Kurdes alévis du Dersim en 1935. Seulement deux ans plus tard, le cabinet turc a décidé en session secrète le 4 mai 1937 : « Cette fois, la population de la zone insoumise sera regroupée et transférée dans d’autres zones. […] Si l’on se contente d’une simple action offensive, les foyers de résistance persisteront. C’est pourquoi , il est jugé nécessaire de neutraliser définitivement ceux qui ont utilisé et utilisent des armes sur le terrain, de détruire complètement leurs villages et d’éloigner leurs familles. »

« Châtiment et déportation » (tedip ve tenkil) était l’expression utilisée pour justifier les massacres et les attaques. Quelque chose de similaire se produit aujourd’hui dans la soi-disant «zone de sécurité», Erdoğan demande qu’il soit autorisé à établir le nord de la Syrie, financé par l’argent de l’UE. Après la décision du gouvernement turc en 1937, la politique a été mise en œuvre dans le sang. Les Kurdes ont résisté. Mais les forces terrestres turques ont incendié des centaines de villages et des milliers de civils ont été assassinés, dont des femmes et des enfants. L’armée de l’air turque a bombardé Dersim, en utilisant des bombes incendiaires et des gaz toxiques. Environ 70 000 Kurdes de la confession minoritaire alévie ont été victimes des attaques et environ 50 000 personnes ont été expulsées.

En 1938, le soulèvement du Dersim avait été réprimé. Les attaques de l’armée turque, décrites par certains comme une « purge », se sont terminées par le changement de nom de Dersim en « Tunceli », ou Main de Bronze’. A partir de là, les montagnes du Dersim ont été ornées du slogan : « Je suis fier d’être Turc ». Aucun village de la région n’a été épargné par les ravages de l’armée turque.

Les montagnes du Kurdistan et « Nous sommes les montagnes des Kurdes »

Seyit Ali Yüce, l’un des témoins oculaires qui s’est réfugié dans les montagnes pendant sept ans après l’action de « nettoyage » au Dersim, m’a raconté ces atrocités alors qu’il vivait en exil, avant sa mort en 2009. Il m’a expliqué comment avant même la fondation de la République turque en 1923, la province de Dersim, principale zone d’implantation des Alévis kurdes dans l’est de la Turquie, avait été attaquée par les Ottomans et avait connu des massacres. Dans cette région montagneuse, difficile d’accès à l’époque, les alévis kurdes ont pu vivre selon leur culture traditionnelle presque sans encombre.

Mais lorsque le génocide dans la région a commencé, l’appel à l’aide des Kurdes n’a été entendu par personne. Comme on le disait à l’époque, « les seules qui nous protégeaient des attaques étaient les montagnes ». Avant et après, les montagnes étaient les endroits où les Kurdes recevaient une protection. Fait intéressant, Seyit Ali Yüce nous a dit qu’il y avait aussi une résistance continue contre l’oppression de l’État. Il a ajouté qu’un de ses fils, Xalid, est mort en 1986 dans les montagnes du Dersim lors d’une bataille avec l’armée turque en tant que membre de la guérilla du PKK. Il en va de même pour d’autres parties du Kurdistan, en particulier pour les Kurdes d’Irak, qui ont été victimes de massacres systématiques pendant des décennies sous le régime baathiste. Seules les montagnes leur offraient une protection.

Mais maintenant, en plus des montagnes du Kurdistan, il y a des « montagnes » partout dans le monde qui se tiennent aux côtés des Kurdes – nos amis, alliés et partisans.

En effet, la métaphore de la « montagne » a une signification pour les Kurdes qui va au-delà des amis. Au point historique que la lutte des Kurdes a atteint aujourd’hui, de nombreuses personnes à travers le monde ont fait la déclaration « nous sommes les montagnes des Kurdes » pour déclarer qu’ils sont solidaires avec les Kurdes. Après la lutte victorieuse des Kurdes contre l’Etat islamique et la construction du projet autonome dans le nord de la Syrie, des citoyens et des politiciens suédois ont également fait des déclarations de solidarité similaires. C’était très important et une position forte à prendre à l’époque. Mais pour être une « montagne », il faut pouvoir résister à une tempête.

Pour le peuple kurde, de telles déclarations sont aussi importantes que des traités officiels. Puisque les Kurdes sont exclus du droit international officiel, ils n’ont pas de chefs d’État qui pourraient conclure des traités formels pour garantir leur protection. Pour cette raison, les Kurdes accordent une grande valeur aux paroles et aux positions morales. C’est le résultat de leur tradition que les Kurdes font confiance aux mots lorsqu’ils sont prononcés, et exigent une attitude de décence de tous les acteurs politiques.

L’exigence des Kurdes que la Suède et la Finlande prennent position contre les menaces d’Erdoğan est basée sur cette tradition de confiance et de responsabilité morale. Nous saurons dans les prochains jours si les valeurs démocratiques et humanistes des deux pays permettent de vraiment les considérer comme des « montagnes ».

L’accord de l’OTAN créera une « légitimité » pour les actes illégitimes

La Turquie est le pays qui a été le plus souvent condamné dans l’histoire de la Cour européenne des droits de l’homme pour violation des droits humains universels – prisons, arrestations, prisonniers politiques, torture, meurtres non résolus, mauvais traitements, violations des droits, etc.

Erdoğan piétine les valeurs démocratiques en Turquie, muselle les journalistes et les critiques, et déclare tous les opposants politiques légitimes – en particulier les Kurdes – terroristes afin de pouvoir les emprisonner. Selon les données du ministère turc de la Justice en novembre 2021, les 383 prisons du pays sont pleines à plus de 110 % de leur capacité, tandis que la Turquie a le taux d’incarcération le plus élevé de tous les pays du Conseil de l’Europe à l’exception de la Russie. Cela a de graves conséquences pour les détenus.

Parmi les personnes emprisonnées figurent des dizaines de milliers de prisonniers politiques, dont au moins 4 000 membres du parti HDP, tels que les anciens coprésidents Figen Yüksekdağ et Selahattin Demirtaş, ainsi que de nombreux députés et maires. Le gouvernement d’Erdoğan veut d’ailleurs créer plus de 100 000 nouvelles places derrière les barreaux dans les cinq prochaines années en construisant de nombreuses nouvelles prisons. Tout cela se passe sous le prétexte des préoccupations sécuritaires turques.

Au lieu de céder maintenant au chantage d’Erdoğan, il serait plus juste que les puissances occidentales formulent la contre-exigence : « Créez des conditions démocratiques dans votre pays où le peuple et l’opposition ne sont pas systématiquement persécutés et arbitrairement punis. »

Par leur lutte politique, les Kurdes ont créé l’espoir et la croyance en un modèle pluraliste, libre, démocratique, écologique, basé sur la libération des femmes et où qu’elles vivent. Leur lutte pour une vie de liberté et de dignité n’est pas une menace pour la Turquie ou pour qui que ce soit d’autre. Au contraire, la menace vient des autocrates et de ceux qui mettent en danger nos valeurs universelles communes afin de conserver ou d’étendre leur pouvoir. Parmi ces personnalités, on trouve Poutine, Modi et Bolsonaro, et une autre est Erdoğan, qui nous impose à tous une vision du monde nationaliste, islamiste, anti-démocratique et anti-kurde.

Les affirmations des acteurs internationaux selon lesquelles la Turquie a « des préoccupations légitimes en matière de sécurité et le droit de lutter contre le terrorisme » sont manipulatrices, un instrument arbitrairement utilisé par la Turquie d’Erdogan pour saper les droits légitimes des Kurdes et d’autres peuples cherchant à vivre en paix et en liberté. Cet accord de l’OTAN créera une « légitimité » pour des actions illégitimes.

Les oppresseurs ne peuvent soulever des préoccupations légitimes en matière de sécurité contre ceux qu’ils oppriment. Au contraire, nous, les peuples opprimés, avons des préoccupations de sécurité qui devraient être moralement, politiquement et légalement soutenues par tous les autres. C’est le déni des droits kurdes et les politiques d’assimilation menées par les États dominants de la région, en particulier l’État turc, qui conduisent à une répression illégitime et hostile. Les attaques et l’occupation par la Turquie des régions à majorité kurde du nord de la Syrie et du nord de l’Irak sont une expression directe de cette politique.

Dans les cercles littéraires turcs, les gens se réfèrent souvent aux lignes suivantes du film de Bergman. A la question « Ça va mal, comment sauver le monde ? » , on entend la réponse suivante : « La honte. Seule la honte peut sauver le monde. » C’est la responsabilité morale et politique de la société en Suède et en Finlande, mais aussi de toute la communauté occidentale, de ne pas laisser Erdoğan nous faire plus de chantage. »

 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici