Un des journalistes kurdes emprisonnés en Turquie, « Nous allons sortir et écrire de nouveau »

0
147
TURQUIE / KURDISTAN DU NORD – Aziz Oruç est un des 16 journalistes kurdes jetés en prison par le régime turc depuis deux mois. Il a envoyé une lettre à l’agence Bianet, disant que « Nous sommes journalistes, nous avons raison, nous allons sortir et écrire de nouveaux » .
 
Aziz Oruç est l’un des 16 journalistes placés en détention provisoire le 8 juin à la suite de perquisitions à l’aube à Diyarbakir (Amed) et accusés de « propagande terroriste » à cause de leurs publications dans le cadre de leur travail journalistique.
 
Voici sa lettre:
 
La crise économique en Turquie s’aggrave, le pouvoir d’achat de la population baisse et le chômage augmente de jour en jour. La pauvreté est endémique, l’incertitude fait boule de neige, des élections se profilent à l’horizon et les partis politiques montent en scène. Mais il est important de noter que nous pouvons déterminer notre propre destin et ne pas tout laisser aux politiciens. Pour ce faire, nous devons faire plus d’efforts, lutter davantage. Nous devons croire au pouvoir de nos propres mots. Sinon, il faut savoir que ça ne fera qu’empirer. Il faut donc se renforcer.
 
Les politiciens qui se dirigent vers les élections voient le problème fondamental du pays comme une « crise économique » et agissent en conséquence, mais nous ne devons pas oublier que les problèmes fondamentaux du pays sont en fait le manque de démocratisation, la restriction des libertés et les problèmes des droits humains. Il n’est pas possible que le facteur bien-être s’améliore ou qu’il soit mis fin à la crise économique dans un climat dominé par l’oppression et la restriction des libertés.
 
L’un des fondements fondamentaux de la démocratie est la liberté de la presse. Un environnement dans lequel les journalistes peuvent écrire et rapporter librement sans être arrêtés doit être créé et la liberté d’expression et de pensée doit être garantie par la Constitution pour que cela se produise dans ce pays. Mais malheureusement et avec tristesse, je dois dire qu’il est très difficile de parler de la liberté de la presse en Turquie. Il a été discuté et débattu pendant des années, mais les journalistes continuent d’être emprisonnés, menacés et censurés. Ceci est un résumé de la position dans laquelle nous nous trouvons.
 
L’affirmation selon laquelle « il n’y a pas de journalistes en prison en Turquie » est en contradiction avec les faits depuis des années. Si seulement l’affirmation était vraie et qu’aucun de nos collègues n’était en prison. Si seulement je n’étais pas moi-même en train d’écrire ces lignes depuis la prison. Mais seize journalistes, dont je fais partie, ont été placés en garde à vue le 16 juin. Nous avons été injustement emprisonnés pendant deux mois. Il y a une ordonnance de secret sur les procédures judiciaires.
 
Et comme notre procureur a été promu après nous avoir mis en détention provisoire, il n’y a même pas de procureur pour dresser notre réquisitoire.
 
La détention de 16 journalistes ne résoudra rien d’autre que de démontrer le véritable état de la liberté de la presse dans ce pays.
 
La tradition de la liberté de la presse est une tradition de plusieurs années, acquise au prix fort. Ils ne pourront pas mettre fin à cette tradition ni supprimer les faits par notre arrestation. Nous ne pensons pas que nos collègues restants déposeront leur plume.
 
Où que nous soyons, nous ne ferons jamais de compromis et nous ne reculerons pas.
 
Alors que j’écris ces lignes en regardant mon petit bout de ciel grillagé et barré de fer à travers le cadre de la fenêtre, une nouvelle est arrivée sur la télé du rez-de-chaussée. Des nouvelles comme celle-ci nous excitent en prison, avec des chaînes de télévision limitées. Il disait : « La Société des journalistes de Turquie a décerné son prix annuel aux 16 journalistes détenus à la prison de Diyarbakır ». J’ai couru regarder le reportage. J’étais heureux et fier. Mais je tiens à préciser que nous sommes des journalistes et que nous n’avons à faire nos preuves à personne. Nous défendrons notre profession avec la même détermination et la même conviction.
 
Avec l’arrestation de 16 journalistes, nous voyons une fois de plus l’importance de la solidarité. Une solidarité déterminée contre ceux qui essaient de présenter le journalisme comme un crime est inestimable. Nous devons construire et renforcer le réseau de solidarité à l’intérieur et à l’extérieur des prisons. Nous pouvons y parvenir et surmonter les difficultés tous ensemble.
 
Nous adressons nos sincères remerciements à tous ceux qui sont solidaires avec nous. Nous devons rester forts dans notre solidarité ensemble.
 
Malgré tout ce que nous avons traversé, nous allons bien, nous sommes forts et, surtout, nous avons raison. Nous attendons le jour où cette injustice prendra fin et nous écrirons à nouveau. Nous sommes journalistes, nous avons raison, nous gagnerons notre liberté et nous écrirons à nouveau.
 
Avec le souhait de vous rencontrer aux jours de liberté. »
 
Aziz Oruç est rédacteur à l’agence Mezopotamya, avec de nombreuses années d’expérience dans le domaine. Il a déjà été arrêté et détenu pour des articles qu’il a écrits et des publications sur les réseaux sociaux.
 
Medya News

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici