TURQUIE. La province kurde de Şırnak perd 7% de sa forêt en sept mois

0
196
TURQUIE / KURDISTAN DU NORD – Les gardes villageois de la province kurde de Şırnak abattent les forêts de la région depuis 2020, sous les ordres de l’armée turque. Le bois est vendu via des appels d’offres menés par les autorités turques. L’ONG internationale Greenpeace contactée par des écologistes kurdes est restée silencieuse face à cet écocide qui a lieu au Kurdistan…
 
Les gardes de village de la province de Şırnak (Şirnex) abattent ses forêts depuis 2020 sous les ordres des forces de sécurité citant les efforts antiterroristes de la Turquie.
 
En 2021, quelque 450 000 tonnes d’arbres ont été abattus à proximité du mont Cudi à Şırnak. Cette année, des gardes de village ont été engagés pour défricher des forêts dans le nord de l’Irak alors que la Turquie poursuivait ses opérations militaires sur le terrain.
 
La province a perdu 7% de sa couverture arborée au cours des sept premiers mois de 2022, a rapporté l’agence Mezopotamya citant la Direction des forêts de la province voisine de Şanlıurfa.
 
L’association du barreau de Şırnak a porté plainte auprès du bureau du procureur général, a déclaré le porte-parole de la commission de l’environnement de l’association, Fadıl Tay, à Mezopotamya.
 
« Le déboisement est désormais un métier, et l’État a largement profité de la désertification de la région » , a déclaré Tay. Selon l’avocat, en moyenne 15 camions chargés d’arbres sont abattus chaque jour.
 
La plainte des avocats a été rejetée, suite à quoi ils ont porté l’affaire devant les tribunaux. Cet appel a également été rejeté, a déclaré Tay. L’association du barreau est en train de déposer une plainte auprès de l’institution de l’organisme public de surveillance. « Cet organe n’est pas contraignant, mais il rendra une décision consultative. »
 
Les zones de déboisement sont déclarées zones de sécurité spéciales et mises en adjudication par le bureau du gouverneur de Şırnak et la Direction provinciale des forêts, a déclaré Tay.
 
Les avocats ont également fait appel à des ONG internationales telles que Greenpeace, mais elles n’ont reçu aucune réponse, a-t-il poursuivi. « Ces institutions restent également en dehors de cela à cause de l’étiquette de « sécurité » . Mais il y a un grand massacre en cours. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici