Des soldats turcs empêchent les visites des tombes des combattants kurdes

0
238

TURQUIE / KURDISTAN DU NORD – A la veille de la fête musulmane, l’Aïd al-Adha, les visites traditionnelles sur les tombes des martyrs de la lutte de libération kurde ont lieu au Kurdistan. À Amed, l’armée turque a assiégé trois cimetières pour empêcher ces visites.

A partir de ce samedi, quelque 1,9 milliard de musulmans célèbrent la fête du sacrifice, l’Aïd al-Adha ou l’Aïd el-Kebir. Il s’agit de la fête musulmane la plus importante avec l’Aïd al-Fitr à la fin du mois de jeûne du Ramadan. La fête est destinée à commémorer la volonté de l’ancêtre Abraham de sacrifier l’un de ses fils pour prouver sa foi à Dieu. Traditionnellement, le premier matin, la prière du mosquée se termine par une promenade au cimetière pour commémorer les proches décédés. Au Kurdistan, la coutume a changé ces derniers décennies où les Kurdes se rendent la veille de l’Aïd al-Adha dans les cimetières pour rendre hommage aux dizaines de milliers de martyrs de libération.

A Amed (en turc: Diyarbakır), l’Association de solidarité avec les familles des martyrs (MEBYA-DER) a invité les familles à visiter vendredi les cimetières des quartiers de Lice et Dicle, où se trouvent les cimetières de Sîsê, Çemê Elîka et Pîrêjman. Mais l’armée turque a empêché les visites des tombes. Les entrées des cimetières étaient bloquées par des véhicules blindés. Des unités militaires ont effectué des patrouilles pour empêcher tout « accès non autorisé » .

« Ce sont des jours saints que nous vivons. La Fête du Sacrifice est le jour de fête le plus élevé de l’Islam. Dans des périodes comme celles-ci, les personnes qui ont dû faire face à de lourdes pertes ne veulent rien de plus que de pleurer et d’offrir des prières sur les tombes de leurs proches. Cela nous est refusé. C’est brutal et inhumain, mais pour les dirigeants de ce pays, c’est une évidence », a déclaré Meryem Soylu. La coprésidente du MEBYA-DER, âgée de presque 80 ans qui a été condamnée à la prison ferme en mars dernier pour « appartenance à une organisation terroriste armée [PKK] » en raison de son travail au sein de cette organisation légale. Tant que la peine n’est pas définitive, elle n’a pas à retourner en prison.

Soylu et son association de solidarité étaient accompagnés de membres locaux des partis HDP et DBP, de l’association de solidarité des prisonniers TUAY-DER ainsi que des mères et des pères qui ont perdu leurs enfants dans la lutte de libération kurde. Commentant l’interdiction de facto imposée par l’armée de se rendre au cimetière, le politicien Zeyyat Ceylan, coprésident du HDP Amed, a déclaré : «Nous sommes convaincus que bientôt la chaîne rouillée ne tiendra plus et ouvrira la voie à la paix. »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici