TURQUIE. Un auteur de féminicide bénéficie d’une réduction de peine car « il n’a pas brûlé la victime avec une impulsion monstrueuse, mais pour se débarrasser du corps »

0
393

TURQUIE – Un tribunal turc a réduit la peine du tueur de Pinar Gultekin, une femme kurde de 27 ans étranglée, brûlée et coulée dans du béton en juillet 2020, expliquant que le tueur n’avait pas brûlé la victime avec une pulsion monstrueuse mais pour se débarrasser du corps. Les avocats et les défenseurs des femmes ont condamné la décision motivée de la remise de provocation injuste accordée à l’assassin Cemal Metin Avcı.

Un tribunal turc a récemment rendu sa décision motivée expliquant les raisons pour lesquelles il a réduit la peine du meurtrier de Pınar Gültekin.

La peine de prison de l’homme reconnu coupable du meurtre brutal de l’étudiante de 27 ans, Pınar Gültekin, a été réduite de la réclusion à perpétuité à 23 ans de prison, ce qui, selon des experts juridiques, signifiait qu’il bénéficierait d’une libération conditionnelle après 14 ans.

Le tribunal a déclaré dans sa décision motivée que Cemal Metin Avcı, un homme marié de 32 ans, a brûlé le corps de Gültekin, « non pas avec des impulsions monstrueuses ou pour la tourmenter davantage, mais pour se débarrasser du cadavre. »

Les juges ont également déclaré :

« Tenant compte du fait que Pınar Gültekin avait menacé Cemal Metin Avcı, disant qu’elle parlerait à sa femme et à ses amis de leur liaison extraconjugale, qu’elle lui avait également extorqué de l’argent et qu’en conséquence Avcı avait commis ce crime alors qu’il était en colère contre elle, les conditions d’application des règles de la provocation injuste étaient remplies. »

Cemal Metin Avcı, qui avait avoué avoir tué Pınar Gültekin, l’a étranglée, incinéré le corps avant de le couler dans du béton et de tenter de le faire disparaître en forêt.

Aucune de ses affirmations, y compris qu’il avait eu une liaison avec Gültekin, ou qu’elle l’avait agressé avec un couteau et qu’il l’avait tuée en légitime défense, n’était étayée par aucune preuve médico-légale ou autre. (Medya News)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici