TURQUIE. La loi de la “désinformation” : un pas de plus pour la criminalisation du journalisme critique

0
139

TURQUIE – Alors que près de 20 journalistes kurdes ont été arrêtés récemment lors de raids menés à Amed (Diyarbakir), un nouveau projet de loi prévoit la criminalisation de l’information qui ne plairait pas au régime turc.

Hier, des journalistes ont protesté à travers le pays contre la nouvelle “désinformation” qui n’est d’autre que la légalisation de la censure. A Istanbul, le syndicat des médias Basın-İş, le syndicat des journalistes TGS et la communauté des journalistes de Turquie (TGC) ainsi que de nombreux autres professionnels des médias ont pris part à la manifestation devant le monument de la paix à Şişhane.

Le contexte de la manifestation est le projet de loi présenté par la coalition gouvernementale turque de l’AKP et du MHP le 27 mai, qui, entre autres, autorise une peine de prison pouvant aller jusqu’à trois ans pour la diffusion délibérée de « désinformation et de fausses nouvelles » .

Özge Yurttaş a expliqué au nom du syndicat Basın-İş que la loi envisagée est dirigée contre tous les médias qui ne suivent pas la ligne du gouvernement. « C’est l’une des lois les plus sombres de l’histoire de la république et menace non seulement les médias numériques mais aussi les citoyens ordinaires » , a déclaré la syndicaliste.

Les arguments « intérêt public » et « sécurité nationale » sont utilisés pour condamner les utilisateurs des médias numériques et réduire au silence ceux qui ne soutiennent pas le gouvernement.

Le président du TGS, Gökhan Durmuş, a rappelé l’arrestation de 16 journalistes à Amed la semaine dernière et a souligné que les caméras et les articles des personnes arrêtées figuraient sur la liste des preuves d’une infraction terroriste présumée. « Avant même que le nouveau projet de loi ne soit adopté, le journalisme sera empêché dans la pratique. Nous exigeons l’abrogation de ce projet de loi », a déclaré Durmuş.

« La désinformation est propagée par le gouvernement lui-même »

Uğur Güç s’est exprimé au nom du TGC et a condamné le projet comme une loi de censure grave. « Vous ne pouvez pas l’appeler autrement. De toute façon, la désinformation est diffusée par le gouvernement lui-même. Si nous disons qu’il y a de l’inflation et que les prix de l’essence augmentent, nous serons jetés en prison. Nous n’avons pas peur de la prison, nous sommes constamment arrêtés et jugés de toute façon. Néanmoins, nous continuerons à écrire la vérité. »

Le projet de loi de 40 articles définit vaguement les termes « désinformation » et « fausses nouvelles » et peut être utilisé par le gouvernement pour poursuivre la publication d’informations indésirables à sa discrétion.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici