Appel à l’action contre l’invasion imminente du Rojava

0
199
Plusieurs médias turcs affirment que l’armée turque a fini les préparatifs militaires contre les Kurdes du Rojava et que l’offensive sera lancée en début de la semaine prochaine. Les Kurdes et leurs ami.e.s seront dans la rue demain contre l’invasion du Rojava et du Kurdistan irakien où la Turquie attaque la guérilla kurde depuis mi-avril.
 
Face à une éventuelle attaque de la Turquie contre les zones autonomes du Rojava/Nord et Est de la Syrie, l’initiative internationale RiseUp4Rojava (R4R) mobilise la solidarité internationale dans le cadre de la journée d’action mondiale pour le Kurdistan et la révolution du Rojava de ce samedi 11 juin : « Nous appelons tout le monde à se préparer pour une éventuelle attaque afin de faire pression sur les partisans du fascisme turc au cas où il y aura une nouvelle attaque de la Turquie. De plus, nous soutenons l’appel des organisations et collectifs latino-américains et européens pour une journée internationale d’action contre les attaques visant le Kurdistan. »
 
Concernant une éventuelle attaque de la Turquie et appelant à l’action, RiseUp4Rojava appelle chacun.e à sensibiliser à la cause des habitants de la région afin de prévenir une catastrophe humanitaire et de défendre le projet démocratique, écologique et féministe du Rojava.
 
Le collectif RiseUp4Rojava a publié le communiqué suivant appelant à l’action contre l’invasion du Rojava et du Kurdistan irakien.
 

Après l’attaque d’Afrin (2018) et de Serekaniye (2019), Erdogan a annoncé il y a 10 jours une nouvelle offensive militaire contre les territoires auto-administrés du nord et de l’est de la Syrie (Rojava). L’objectif est d’étendre la « zone de sécurité » de 30 km de profondeur au sud de la frontière de l’État turc. Avant-hier, ces plans d’attaque ont été précisés : la zone autonome de Sehba, directement adjacente à Afrin et au nord d’Alep, avec la ville de Tel Rifaat et la grande ville multiethnique à majorité arabe de Minbic, à l’est de Kobanê, ont été désignés comme cibles. Tel Rifaat abrite des dizaines de milliers de personnes déplacées d’Afrin. Une autre attaque turque signifie une catastrophe humanitaire majeure pour la région et de graves souffrances pour la population. Elle implique un net nettoyage ethnique et une consolidation de la politique de colonisation turque. Ces deux zones ont déjà été massivement bombardées par l’artillerie ces dernières semaines. Rien qu’avant-hier, plus de 300 obus d’artillerie ont été tirés sur la région de Shehba. À Tel Rifaat, il y a eu un total de 7 attaques de drones cette année. [Récemment], une clinique de gynécologie a été touchée, et au total, il y a déjà eu plus de 30 attaques de drones de combat sur les zones auto-administrées du nord de la Syrie cette année.

Évaluation géostratégique

Les deux zones susmentionnées sont contrôlées exclusivement par les forces russes, la Russie doit donc accepter ces attaques. Sans accord avec la Russie, il n’y aurait pas de nouvelle grande offensive terrestre avec le soutien de l’aviation turque. Pour la Turquie, ces zones revêtent une importance stratégique pour relier les zones déjà occupées en 2018 (Afrin) et 2019 (Serekaniye) et les fusionner en une zone contrôlée contiguë. L’atout d’Erdogan dans un éventuel accord avec la Russie est le VETO contre l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’OTAN. Cela pourrait être la contrepartie d’un feu vert de la Russie à une offensive turque. On ne s’attend pas à ce que la Russie cède immédiatement tous ses territoires à la Turquie, c’est pourquoi Erdogan ne parle plus d’une zone générale de 30 km de profondeur, mais nomme deux zones spécifiques. Si la Russie abandonnait également Kobané, dont elle est aussi la puissance protectrice, ils auraient peu de pouvoir de négociation en main pour semer la dissidence au sein de l’OTAN plus tard. La question, cependant, n’est pas de savoir si, mais quand commencera la nouvelle offensive majeure de l’armée turque. A terme, Erdogan veut occuper toute la bande frontalière avec la Turquie dans le nord de la Syrie. Il reste à voir comment les États-Unis, en tant qu’autre puissance protectrice du Rojava (régions orientales), vont se comporter. Hier, l’ambassadeur américain en Turquie et le secrétaire d’État américain Blinken ont fait savoir de manière exceptionnellement claire qu’ils rejetaient une nouvelle offensive turque dans le nord de la Syrie. Cela montre qu’ils craignent un accord entre la Turquie et la Russie et s’inquiètent des avantages pour la Russie. Peut-être se positionneront-ils pour offrir à Erdogan des parties des zones qu’ils contrôlent à l’est de Til Temir comme force de protection pour empêcher un accord avec la Russie avec la Turquie. La Turquie représente de plus en plus et avec confiance ses propres intérêts en tant que puissance majeure au Moyen-Orient. Les succès militaires en Libye, en Syrie, en Irak et au Karabakh ont fait d’Erdogan un facteur à part entière dans la région et au-delà. La Turquie est devenue une puissance de drones. Le drone TB2 de fabrication turque a été un contributeur clé au cours difficile de la guerre du point de vue de la Russie en Ukraine. Et Erdogan a besoin de cette guerre renouvelée à des fins de politique intérieure :

L’inflation reste élevée, la livre est faible, l’économie est en crise profonde. Les élections approchent en Turquie. Avec une nouvelle offensive sur le nord de la Syrie et la mobilisation nationaliste qui l’accompagne, Erdogan tente d’unifier la Turquie et de se rallier à lui. Guerre pour les votes, sécurisation du pouvoir par la répression brutale et l’occupation de terres étrangères. Depuis avril 2022, l’armée turque attaque les zones de guérilla kurde, les zones de défense de Medya [QG du PKK], dans le nord de l’Irak et le sud du Kurdistan avec des avions, des drones, des hélicoptères, des obusiers et larguer des troupes au sol en violation du droit international. Malgré le déploiement massif de forces et l’utilisation d’armes chimiques interdites, l’armée turque progresse lentement contre la guérilla, bien préparée avec des positions de montagne, et il y a des victimes du côté de l’armée turque.

Les contradictions entre les superpuissances impériales que sont la Russie et les USA (OTAN) sont aussi une opportunité pour le Rojava de gagner une marge de manœuvre diplomatique. Le gouvernement autonome du Rojava s’est maintenant adressé au public mondial avec ses propres propositions, qui ont jusqu’à présent rencontré peu de réactions dans les médias. Le gouvernement autonome a proposé un compromis sécuritaire et le déploiement de forces de maintien de la paix dans le nord de la Syrie.

Évaluation militaire

Les préparatifs turcs pour la guerre sont très probablement terminés. Ce sera la première offensive turque qui ne prend pas son origine sur le sol turc. Ni Sehba ni Minbic ne bordent directement le territoire turc. A Shehba, les FDS se préparent à la guerre depuis des années ; il doit être bien préparé. La région est très vallonnée. Minbic est une grande ville avec de nombreux immeubles de grande hauteur et les FDS sont endurcis au combat de maison en maison à Manbij, à travers la bataille urbaine contre l’EI en 2016. La Turquie n’a jamais attaqué une si grande ville du Rojava. Les FDS seront certainement prêt à défendre héroïquement le Rojava contre une autre attaque à grande échelle.

JOUR J : L’invasion turque devrait bientôt commencer

Au cours des deux derniers jours, les ministres turcs des Affaires étrangères et de la Défense ont rencontré leurs homologues russes. Entre autres sujets, les plans de la Turquie d’envahir d’autres territoires de l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie ont été discutés. Le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov a déclaré que la Russie est « bien consciente des préoccupations de nos amis (la Turquie) concernant les menaces posées à leurs frontières par des forces extérieures, notamment en alimentant des sentiments séparatistes sur les unités américaines illégalement contrôlées en Syrie », indiquant que la Russie pourrait feu vert aux plans de la Turquie de prendre de nouvelles mesures pour occuper une zone de 30 kilomètres de profondeur dans le nord et l’est de la Syrie. La Turquie a récemment annoncé qu’elle avait achevé les préparatifs pour envahir les zones tenues par les FDS de Shehba et Tel Rifaat ainsi que la ville de Minbic.

En outre, des responsables turcs ont déclaré que la Turquie avait mis en place des conseils militaires responsables de l’invasion à venir, composés de membres de haut rang de leurs mercenaires islamistes familiers avec les régions. Dans les prochains jours, de nouvelles rencontres entre responsables turcs et russes devraient avoir lieu. À l’heure actuelle, les informations disponibles indiquent qu’une attaque turque pourrait être lancée à tout moment.

Nous, en tant que campagne RiseUp4Rojava, condamnons l’agression du fascisme turc qui est une menace pour tous les peuples de la région. Nous condamnons les jeux géopolitiques joués par l’OTAN impérialiste ainsi que l’impérialisme russe.

Nous appelons tous les démocrates, antifascistes, féministes, le mouvement écologiste et les militants anti-guerre à se préparer pour le jour J ; le jour d’une invasion par la Turquie du Rojava et de l’Administration autonome du nord et de l’est de la Syrie. En cas d’attaque, nous donnerons le signal pour commencer à agir. Pour donner une réponse appropriée à une attaque, nous devons nous préparer maintenant et être prêts à bloquer, déranger et occuper les partisans du fascisme turc et à défendre les acquis de la Révolution !

À propos de la campagne « RiseUp4Rojava – Smash Turkish Fascism »

Depuis 2019, nous organisons une solidarité internationale avec le peuple du Rojava/Nord et Est de la Syrie.

Avec cette campagne, nous visons à surmonter les divisions politiques et à ouvrir un deuxième front contre le régime AKP-MHP dans les pays occidentaux qui soutiennent ce régime avec des armes, de l’argent et de la diplomatie. Sans ce soutien, l’État turc ne serait pas en mesure d’occuper le territoire du Rojava, de réprimer l’opposition civile en Turquie et au Kurdistan du Nord et ne pourrait pas non plus mener la guerre contre le mouvement de libération kurde dans les montagnes du Kurdistan.

Nous, en tant qu’internationalistes, considérons le soutien à la Révolution et au mouvement de libération kurde comme notre responsabilité et pour empêcher les pays occidentaux de soutenir le régime fasciste d’Erdogan.

Avec la campagne, nous appelons à la poursuite des actions de désobéissance civile contre ces entreprises d’armement, institutions financières et lieux de la relation politique des pays avec le régime AKP-MHP.

Au cours des 3 dernières années, des personnes et des collectifs du monde entier, de l’Afrique du Sud à l’Allemagne, du Brésil à la Suède, de la Catalogne au Royaume-Uni, nous ont rejoints et ont formé un réseau de plongeurs capables de faire pression sur les partisans du fascisme turc. Au cours des dernières années, plusieurs pays ont même cessé de fournir des armes à la Turquie après l’apparition de manifestations à grande échelle. Cela prouve une fois de plus que la solidarité est une arme puissante. »

 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici