AccueilEuropeAllemagneALLEMAGNE. Plainte contre la police allemande qui a interdit à une délégation...

ALLEMAGNE. Plainte contre la police allemande qui a interdit à une délégation de paix de partir au Kurdistan

En juin 2021, la police allemande a interdit une délégation de Paix de quitter le pays pour le Kurdistan irakien alors que la Turquie menait une opération militaire contre la guérilla kurde. Deux femmes qui faisaient partie de la délégation viennent de porter plainte contre la police allemande qui les a empêchées de se rendre au Kurdistan car « avec l’interdiction de sortie, l’engagement pour la paix et la transparence dans la région est criminalisé et soulève en même temps des questions sur l’implication de l’État allemand dans les activités belligérantes de la Turquie. »
 
Deux femmes de Hambourg ont déposé une plainte contre la police fédérale devant le tribunal administratif de Cologne. La police leur avait interdit, ainsi qu’à 15 autres personnes, de participer à une délégation pour la paix en juin 2021.
 

Le 1er juin 2022, deux femmes de Hambourg ont déposé une plainte contre la police fédérale allemande devant le tribunal administratif de Cologne. En juin 2021, la police leur a interdit, ainsi qu’à 15 autres personnes, de quitter le pays pour la région autonome du Kurdistan, dans le nord de l’Irak. La police avait ainsi empêché leur participation à une délégation de paix à l’occasion de la guerre d’agression militaire turque sur le territoire kurde, qui se poursuit à ce jour, selon le communiqué. Avec l’interdiction de sortie, l’engagement pour la paix et la transparence dans la région est criminalisé et soulève en même temps des questions sur l’implication de l’État allemand dans les activités belligérantes de la Turquie.

Ordre de sortie illégal

Le procès a été présenté aujourd’hui lors d’une conférence de presse de l’initiative internationale « Défend Kurdistan » au Curio Haus à Hambourg. L’avocate Cornelia Ganten-Lange, qui représente les plaignants, a rendu compte des aspects juridiques.

L’avocate a déclaré que l’interdiction de départ était justifiée selon la loi sur les passeports, selon laquelle il était en principe possible d’empêcher le départ si la sécurité intérieure ou extérieure de la République fédérale d’Allemagne (RFA) était menacée. Cependant, cela n’a pas été mentionné dans la justification, mais la raison pour laquelle « d’autres intérêts considérables » de la RFA ont été affectés. Elle a fait remarquer que principalement des affirmations et des spéculations ont été présentées à cet égard, sur une prétendue « action de bouclier humain » . Les avocats et les plaignantes considèrent cette injonction comme illégale, car rien dans l’injonction ne justifie l’interdiction.

« Nous avons été traités comme des criminels »

Ronja H., l’une des deux plaignantes, a commencé par dire que malgré la difficulté de comparer les guerres, elle se sentait impuissante face à l’attention différente dont bénéficiaient les guerres en Ukraine et au Kurdistan. Dès 2021, la guerre de la Turquie au Kurdistan était peu couverte. Elle a déclaré avoir spontanément décidé de se joindre à la délégation pour soutenir les efforts de paix sur le terrain. Pendant longtemps, dit-elle, elle s’est inspirée des mouvements de démocratisation qui s’opposent à la fois à la terreur islamiste et aux régimes autocratiques.

Faisant un rapport sur la procédure à Düsseldorf, elle a déclaré : «Après le contrôle des passeports, moi et environ 20 autres personnes avons été arrêtées. Les officiers ont commencé à m’interroger seulement après que le vol ait déjà été raté. Nous avons été détenus pendant plusieurs heures, le couloir n’était pas ventilé et il faisait très chaud. Ce n’est qu’au bout d’une heure et demie que nous avons eu de l’eau, ce que nous avions demandé plusieurs fois à ce moment-là. Nous avons été traités comme des criminels. Nous n’étions autorisés à aller aux toilettes qu’avec une escorte policière. Vers midi, j’ai été libérée avec un mois d’interdiction de quitter le pays. L’inspection des dossiers, demandée par la suite, n’a eu que peu d’importance. La liberté de voyager prise sur la base d’une allégation insoutenable est une atteinte aux droits fondamentaux. » Elle a ajouté qu’elle poursuivait maintenant pour savoir pourquoi l’engagement pour la paix était interdit.

« J’ai été privée d’une partie de mon droit d’avoir mon mot à dire »

« Pourquoi une délégation de paix qui se positionne contre des attaques qui violent le droit international devrait-elle nuire aux relations diplomatiques – et qu’est-ce que cela dit à propos de ces relations ? Ce qui devrait tendre les relations avec la Turquie, c’est que l’armée turque viole les droits de l’homme, pas rarement avec le équipements de combat des compagnies d’armement allemandes. En m’interdisant de quitter le pays, la police fédérale m’a empêché de travailler pour la paix. Ce faisant, ils m’ont également retiré une partie de mon droit d’avoir mon mot à dire sur l’avenir et le présent de notre société mondiale. Je ne peux pas et je ne veux pas accepter cela » , a déclaré Ronja H.

« L’identité kurde est assimilée de force »

Theda Ohling, la deuxième plaignante, a expliqué sa motivation à participer à la délégation pour la paix. Elle a déclaré qu’en tant qu’enseignante, elle avait été en contact avec des élèves kurdes pendant de nombreuses années et avait eu une idée des problèmes de la situation culturelle et politique des familles qui arrivaient là-bas et de leurs raisons de fuir. « Les tentatives de l’Etat turc d’assimiler la langue kurde et toute l’identité kurde par la force font partie de la politique contre laquelle le peuple kurde se rebelle. »

Les structures autonomes comme cible des attaques turques

Dans le sud du Kurdistan, il existe des structures autonomes qui promeuvent le kurde comme langue maternelle, poursuit Theda Ohling : « Dans le même temps, ces structures sont (…) la cible d’attaques turques. Par exemple, le camp de réfugiés de Maxmur a été attaqué par des drones pendant l’offensive militaire en 2021. La préoccupation de la délégation de paix, ainsi que de me donner une idée de la situation humanitaire due à la guerre d’agression turque contre la société civile et de soutenir leurs préoccupations pour une paix stable dans la région, étaient une raison de participer au voyage. »

« Continuera à défendre les causes démocratiques »

« Personnellement, j’ai ressenti l’arrestation à Düsseldorf comme une intimidation et une privation de liberté. Néanmoins, je continuerai à défendre les causes démocratiques, que ce soit ici ou au Kurdistan. Jusqu’à présent, on ne sait pas qui a donné l’ordre de cette mesure illégale, et pour le savoir, j’ai décidé d’agir en tant que plaignante. »

Ohling a fait remarquer que la tentative de faire la paix par des pourparlers et la diplomatie et d’empêcher l’expansionnisme de l’État turc avait été torpillée par le gouvernement allemand, qui fournit des armes à Erdogan et en tire de gros bénéfices. « Il est à soupçonner que le gouvernement de la région autonome kurde dans le nord de l’Irak a agi en étroite coopération avec les départements turcs et allemands pour des activités politiques indésirables afin d’empêcher la délégation de paix de Hambourg d’entrer. »

« Les femmes ont une importance exceptionnelle dans les processus de paix »

Enfin, le Dr Mechthild Exo a rendu compte du séjour de la délégation au Kurdistan du Sud. Elle a déclaré que le nombre de participants de douze pays avait été réduit de 150 à environ la moitié en raison des obstructions des autorités. La délégation a rencontré des membres des principaux partis politiques et de nombreuses organisations sociales, des proches des victimes de la guerre ainsi que des représentants des mouvements écologistes et des femmes. « La rencontre avec les mères de la paix, qui ont perdu leurs enfants pendant la guerre et qui travaillent pour la paix, m’a particulièrement impressionnée. Ces femmes ont une analyse claire de la guerre et de la politique turque d’anéantissement. D’après les analyses féministes des conflits, l’importance de la participation des femmes aux processus de paix est bien connue. La paix a besoin d’une participation démocratique à tout moment du processus. »

Le PDK est du côté de l’occupation contre le droit international

Le PDK a tenté d’empêcher les activités de la délégation pour la paix sur le terrain, en plus des interdictions d’entrée. Les participants ont été détenus à l’hôtel et empêchés de tenir une conférence de presse devant le bâtiment de l’ONU à Hewlêr (Erbil).

Mechthild Exo a poursuivi: « Le PDK, qui est contrôlé par la famille Barzani, s’est longtemps comporté comme un ennemi de son propre peuple ainsi que comme un ennemi de tous les peuples qui luttent pour la liberté et l’autodétermination. Pour son propre enrichissement et maintien de pouvoir, il livre le peuple à l’impérialisme et à la haine du gouvernement turc, pille les ressources du pays, vend du pétrole à la Turquie pour son propre profit et place désormais ses propres forces de sécurité aux côtés de l’armée turque dans une guerre d’occupation qui viole la droit. »

Mettre fin aux bonnes relations avec la Turquie

Mechtild Exo a poursuivi: « Il y a déjà un an, la délégation était un obstacle à la poursuite de l’escalade de la guerre. Aujourd’hui aussi, une telle délégation de paix est nécessaire compte tenu des attaques continues de la Turquie. Actuellement, une utilisation dramatique d’armes chimiques, des bombardements, la destruction de la nature et des meurtres par drones ont de nouveau lieu. L’État turc menace d’envahir et d’occuper davantage des zones du nord de la Syrie. Dans l’ombre de la guerre en Ukraine, les pays de l’OTAN, dont l’Allemagne en tant que principal partenaire de la Turquie, permettent à ces crimes contre le droit international et les droits de l’homme de se poursuivre sans protester. Nous ne devons pas accepter les demandes turques pour plus de répression contre les structures politiques et sociales kurdes, y compris en Finlande et en Suède, mais aussi en Allemagne. Au lieu de cela, nous devons utiliser tous les moyens à notre disposition pour faire pression pour que les crimes de l’État turc soient jugés. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici