TURQUIE. Femmes kurdes interdites de se rendre à leurs villages: Ces terres sont à nous

0
145

TURQUIE / BAKUR – Des paysannes kurdes, dont l’accès à leurs villages au pied du mont Cudi est interdit par les forces armées turques, ont déclaré que ces terres leur appartiennent et exigé la levée des interdictions en disant que l’armée turque a brûlé leurs villages dans les années 1990 et qu’aujourd’hui, la même armée leur interdit l’accès à leurs villages.

La Turquie, dont les plans pour les régions de Zap, Metîna et Avaşîn, au Kurdistan d’Irak, tenues par le PKK, ont été interrompus après que 8 soldats ont perdu la vie dans le conflit du 30 avril sur le mont Cudi, a commencé les préparatifs d’une opération contre les régions de Cudi, Gabar et Besta. Avec l’opération, dont les préparatifs ont commencé par l’abattage d’arbres dans la région, l’entrée et la sortie des villages d’Avgamasiya, Serêdehlê et Şilerit, à Şırnak, situés au pied du mont Cudi, ont été interdites le 8 mai.
Les vignes et les jardins se sont asséchés
Les habitants dont les villages sont interdits d’accès demandent que les opérations cessent. Les villageois ont exigé la levée des interdictions, déclarant que les terres leur appartenaient.
Rahime Akıl du village de Şîlerît a réagi au fait qu’elle ait été empêchée de se rendre dans son village en raison de l’opération : « Notre village est interdit d’accès depuis 12 jours. Comme nous ne pouvions pas nous rendre au village à cause de l’opération, nos vignes et nos jardins se sont asséchés. Nous ne pouvons pas prendre soin de nos jardins et de nos animaux. Nous pouvons aller au village quand ils le permettent. Dans les années 90, nos villages ont été incendiés, détruits, pillés et nos enfants tués. Maintenant, nous ne sommes pas autorisés à aller au village à cause des opérations. Les oppressions et la persécution n’ont jamais cessé. Qu’ils finissent ces opérations pour qu’on retourne dans notre village. Notre village est toujours interdit. Ce n’est pas la première fois. « Ils [nous] interdisent nos propres terres et montagnes » , a-t-elle déclaré.
« Cessez les opérations »
Ayşe Taşar, qui a déclaré avoir été empêchée à se rendre à son village Avgamasya par de nouvelles interdictions, qui a été incendié en 1994, a déclaré : « Notre village et nos montagnes sont interdits. A cause de ces opérations, nous ne pouvons même pas aller dans les montagnes de notre village pour ramasser les betteraves. Sans agriculture et sans élevage, nous ne pouvons pas gagner notre vie. Nous ne pouvons rien faire d’autre que notre travail au village. Nous voulons aller librement dans notre village. Chaque année notre village est interdit. Nos arbres sont abattus et nos forêts brûlées. Que cessent les opérations [pour que nous] retournons dans notre village » , a-t-elle dit.
« Nous voulons aller dans notre village »
Ayastan Akıl, du village de Shelerît, a également appelé à ce que les opérations cessent au plus vite et a déclaré : « Tous les arbres fruitiers et légumes que nous avons plantés se sont asséchés. Nous voulons obtenir des forces armées la permission d’aller dans notre village. C’est notre village. Les villageois avec des animaux ne peuvent pas se déplacer. Lorsque nous demandons la permission, certaines personnes sont autorisées et d’autres non. Finissons cette opération, allons dans notre village. Nous vivons de l’élevage et de l’agriculture. Nous voulons aller dans notre village. Ils l’ont détruit dans les années 90, maintenant ils l’interdisent » , a-t-elle dit.
« Le village est notre gagne-pain »
Zeynep Akıl du village d’Avgamasya a réagi aux opérations et a déclaré : « Notre gagne-pain, ce sont nos villages. Nous traversons une période très difficile. Tout empire. Depuis que notre village est interdit, nous ne pouvons pas nous occuper de nos jardins et de nos animaux. Nos conditions de vie sont déjà difficiles, et elles rendent encore plus difficiles ces opérations. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici