Où était l’armée irakienne quand l’État islamique a attaqué les Yézidis?

0
178
SYRIE / ROJAVA – « Le gouvernement irakien qui prétend représenter les peuples d’Irak n’a pas encore reconnu les attaques génocidaires contre les Kurdes yézidis à Shengal. L’ONU, dont l’Irak est membre, n’a pas reconnu ces crimes et ces massacres. Au contraire, toutes les parties tentent de dissimuler les faits et les raisons qui ont conduit aux tentatives de génocide à Şengal. Aucun tribunal n’a jugé les responsables de ces crimes, aucune institution judiciaire n’a été impliquée jusqu’à présent. »

Depuis une semaine, l’armée irakienne a encerclé les Yézidis à Shengal, les pressant de se soumettre au gouvernement irakien et déposer leurs armes. Le co-président de la maison yézidie de la région de Cizire a déclaré que les actions récentes du gouvernement irakien sont contraires à la constitution fédérale irakienne. « Selon la constitution irakienne et son parlement, Şengal est autorisée à établir sa force militaire et à se gouverner. Au lieu de protéger les Yézidis, l’État irakien déploie ses forces dans les régions où l’EI a été vaincu. Alors, où était l’armée irakienne quand l’Etat islamique nous a attaqués ? »
 

Alors que l’armée turque d’invasion et le parti au pouvoir au Kurdistan du Sud, le KDP (Parti démocratique du Kurdistan), mènent des attaques contre les zones de défense de Medya dans le sud du Kurdistan (nord de l’Irak), l’armée irakienne a lancé une attaque à grande échelle contre Şengal plus tôt cette semaine.

Les activités de l’armée irakienne dans la région de Şengal se sont intensifiées après le début des travaux de construction d’un mur de 250 kilomètres entre la Syrie et l’Irak.

Alors que le gouvernement irakien a affirmé qu’il construisait un mur pour arrêter les attaques de l’EI, le Premier ministre irakien Fuad Hisên a officiellement réfuté cette affirmation dans une interview avec un média arabe, affirmant que le mur avait été construit pour couper la communication des combattants kurdes entre Rojava et Şengal.

Les aveux du Premier ministre irakien révèlent les intentions du gouvernement irakien contre Şengal et le projet démocratique des Kurdes yézidis.

Le co-président de la Maison Yazidi de la région de Cizire, Silêman Hemo, a évalué la récente escalade dans la patrie yézidi de Şengal et le soutien du PDK aux attaques irakiennes contre la région. S’adressant à l’ANHA, Hemo a fait remarquer que le PDK a peur de l’administration autonome de Şengal.

« L’auto-défense, c’est la liberté »

Hemo a noté que Şengal est un lieu saint pour tous les Yézidis dans le monde, déclarant: « Les Yézidis ont été soumis à de nombreux génocides et massacres à travers l’histoire. Les Ottomans ont poursuivi une politique systématique de génocide contre les Yézidis. Ces personnes ont été soumises à 74 massacres de masse, dont 60 aux mains des Ottomans. Leur but était de détruire complètement les Kurdes. Cette politique est toujours poursuivie par l’État turc aujourd’hui.

La création des Unités de résistance de Şengal (YBŞ) est très importante. Ces unités, ainsi que d’autres forces kurdes, ont réussi à libérer leur terre de l’Etat islamique et à protéger les Yézidis des attaques génocidaires. Par la suite, le peuple a établi une administration autonome. Ainsi, les Yézidis du monde entier ont fixé leurs yeux sur Şengal pour une vie libre. »

« OÙ ÉTAIT L’ARMÉE IRAKIENNE QUAND ISIS NOUS A ATTAQUÉS ? »

12 000 soldats du PDK se sont retirés de Şengal après que des centaines de gangs de l’Etat islamique ont attaqué Şengal et perpétré des massacres contre les Yézidis en août 2014.

Les Yézidis de Şengal ont ensuite établi le YBŞ, qui a vaincu l’Etat islamique et protégé la ville contre les attaques.

Hemo a déclaré que les actions récentes du gouvernement irakien sont contraires à la constitution fédérale irakienne. « Selon la constitution irakienne et son parlement, Şengal est autorisé à établir sa force militaire et à se gouverner. Au lieu de protéger les Yézidis, l’État irakien déploie ses forces dans les régions où l’EI a été vaincu. Alors, où était l’armée irakienne quand l’Etat islamique nous a attaqués ? »

« Le mur entre le Shengal et le Rojava cible le projet démocratique »

Selon Hemo, les récentes opérations de l’armée irakienne montrent clairement qu’elle a peur de l’expansion du projet d’administration autonome de Şengal dans les autres parties de l’Irak.

Hemo a déclaré que Şengal a prouvé la force de ses forces militaires et que son autonomie gouvernementale a prouvé son succès dans la défense des Kurdes yézidis.

« Le gouvernement irakien manifeste son intention avec la construction du mur le long de la frontière syro-irakienne. Le mur entre les deux pays vise l’existence des yézidis et menace leur projet démocratique. Ils coupent les liens entre les Kurdes du Rojava et les Kurdes du Şengal. C’est un acte hostile. Nous savons très bien que la construction de ce mur est un plan turc mis en œuvre par les forces irakiennes et affectera les relations futures entre les forces kurdes et le gouvernement irakien », a souligné Hemo.

«Aucune institution juridique s’accuppe du génocide des Yazidis»

« Le gouvernement irakien qui prétend représenter les peuples d’Irak n’a pas encore reconnu les attaques génocidaires contre les Kurdes yézidis à Şengal. L’ONU, dont l’Irak est membre, n’a pas reconnu ces crimes et ces massacres. Au contraire, toutes les parties tentent de dissimuler les faits et les raisons qui ont conduit aux tentatives de génocide à Şengal. Aucun tribunal n’a jugé les responsables de ces crimes, aucune institution judiciaire n’a été impliquée jusqu’à présent », a conclu Hemo.

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici