TURQUIE. 160 manifestants arrêtés lors du défilé du 1er mai à Istanbul

0
329
TURQUIE – La police turque a arrêté au moins 164 manifestants et deux journalistes kurdes à Istanbul le 1er mai.
 
Les arrestations ont été faites en partie avec violence et étaient dirigées contre des militants de structures de gauche. La plupart des arrestations ont eu lieu dans le district de Şişli. Des membres du Parti révolutionnaire (Devrimci Partisi) se sont réunis à la station de métro Osmanbey pour marcher jusqu’à la symbolique place de Taksim avec des banderoles et des slogans turcs et kurdes. Le groupe a été encerclé par des policiers et près de dix personnes ont été arrêtées par la force et emmenées menottées dans le dos.
 
Deux journalistes kurdes ont également été arrêtés alors qu’ils couvraient la manifestation. Doğan Kaynak, correspondant de l’agence Mezopotamya (MA), et Rozerin Gültekin de l’agence de presse féminine JinNews ont été embarqués dans un fourgon de police et leurs téléphones ont été confisqués. Par la suite, ils ont été relâchés.
 
 
À Şişli / Harbiye, plusieurs dizaines de membres de l’alliance des Forces combattantes unies (Birleşik Mücadele Güçleri, BMG) ont été interceptés par la police alors qu’ils tentaient de marcher vers Taksim. De même, des étudiants se rendant de Beşiktaş à Taksim et des membres du Parti de la liberté sociale (TÖP) ont été arrêtés par la police. Plusieurs personnes ont été placées en garde à vue, dont la porte-parole du TÖP, Perihan Koca.
 
Place bouclée par la police
 
Alors que les forces de l’Etat à Istanbul avaient précédemment bouclé l’accès à la place Taksim comme elles le font chaque année, une manifestation autorisée à l’occasion de la Journée internationale des travailleurs se déroule à Maltepe. Depuis les manifestations anti-gouvernementales de Gezi en 2013, les dirigeants turcs n’ont autorisé aucune manifestation du 1er mai sur la place Taksim. Les autorités n’autorisaient que les délégués syndicaux à y déposer une gerbe. Les manifestations de 2013 avaient initialement été dirigées contre le développement du parc Gezi à Taksim. Ils se sont étendus à des manifestations à l’échelle nationale contre les politiques autoritaires du Premier ministre de l’époque et aujourd’hui président Recep Tayyip Erdogan. Le gouvernement a brutalement réprimé les manifestations.
La place Taksim a une signification symbolique
 
La place Taksim au centre d’Istanbul a une signification symbolique. Un massacre y a eu lieu le 1er mai 1977, lorsque plus de 500 000 personnes de diverses provinces du pays ont pris part à une manifestation de la fête du Travail. Beaucoup d’entre eux n’étaient même pas entrés sur la place lorsque les premiers coups de feu ont été tirés. Les forces de sécurité ont ensuite attaqué avec des véhicules blindés, tirant des grenades à gaz et utilisant des canons à eau. Le nombre de victimes est toujours une question controversée; selon les chiffres officiels, 37 personnes ont été tuées et environ 200 blessées. Certaines personnes sont restées sur place, d’autres se sont enfuies, ont été entassées dans les coins et écrasées par les véhicules blindés. Plus de 500 personnes ont été arrêtées.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici