Prioriser le bien-être des femmes pour freiner les féminicides au Kurdistan du Sud?

0
135
IRAK / KURDISTAN – La journaliste kurde, Rouwayda Mustafah déclare que donner la priorité au bien-être des femmes pourrait freiner le fléau des féminicides et violences faites aux femmes au Kurdistan irakien.
 
Donner la priorité au bien-être des femmes pourrait freiner les féminicides dans la région du Kurdistan
 
La semaine dernière, un homme a été arrêté pour avoir tranché la gorge de sa femme dans la capitale de la région du Kurdistan. Kwestan Pirot Khidr, dont le corps a été jeté à l’extérieur de l’hôpital d’urgence d’Erbil, était une mère de quatre enfants âgée de 35 ans. Un mois auparavant, un influenceur des médias sociaux de 20 ans avait été tué. Elle s’appelait Eman Sami Maghdid. Ce ne sont là que deux des meurtres tragiques visant des femmes dans la région.
 
Lorsqu’une femme ou une fille est tuée dans la région du Kurdistan, la première question que les gens se posent est « qu’a-t-elle fait ? suggérant qu’il existe une forme de conduite qui justifie ou justifie le meurtre de femmes. Cette mentalité omniprésente existe chez les hommes et les femmes dans la société kurde, ce qui la rend beaucoup plus difficile à contester.
 
Sans aucun doute, la région du Kurdistan n’est pas le seul endroit où la violence contre les femmes est en augmentation. Partout dans le monde, nous assistons à une augmentation de la violence, des soi-disant crimes d’honneur et du viol des femmes. Pourquoi cela se produit-il et que peut-on faire pour réduire ou contenir l’ampleur de la violence ?
 
La nature de la violence contre les femmes dans la région du Kurdistan est déformée par un système de croyances répandu qui place la conduite des femmes dans une relation de subordination à l’honneur, à l’estime de soi et à la position sociale des hommes. Cela inclut les femmes perçues comme modestes et celles qui défient les structures familiales qui leur sont destinées.
 
La région a mis en place une loi sur la violence domestique qui criminalise la violence à l’égard des femmes et rend obligatoire son enquête. En revanche, l’Irak n’a pas encore adopté son projet de loi sur la violence domestique. Il existe des maisons d’accueil et une ligne d’assistance téléphonique pour les victimes de violence, mais malgré cela, les services restent mal communiqués aux personnes les plus vulnérables, en particulier les femmes en dehors des centres-villes.
 
Les cas dont nous entendons parler dans les médias concernent des femmes qui sont à la toute fin d’un cycle de violence. D’autres femmes qui continuent à supporter la violence domestique – verbale et physique – ne sont pas entraînées dans l’équation ici. La recherche montre que les femmes survivantes de la violence ont des ramifications à long terme telles que des problèmes de santé mentale, des tentatives de suicide et l’itinérance.
 
Les femmes de la région du Kurdistan sont confrontées à une bataille difficile contre une société largement conservatrice qui traverse actuellement une phase de transition. Cette société a du mal à accepter les plus grandes libertés et opportunités auxquelles les femmes sont de plus en plus exposées. Le simple fait de prononcer des mots comme « ça suffit » n’a que peu de poids dans la lutte contre la violence à l’égard des femmes et des filles.
 
Au moins 11 femmes ont été tuées dans la Région au cours des deux premiers mois de cette année. Quarante-cinq femmes ont été tuées dans la région du Kurdistan en 2021, contre 25 l’année précédente, a rapporté l’AFP en mars.
 
Sans indignation publique contre le meurtre de filles et de femmes, très peu de choses seront accomplies. Et ceci pour deux raisons : la région du Kurdistan est enclavée et fait face à des menaces constantes pour sa sécurité. Il connaît de multiples crises, de son exportation de pétrole jugée inconstitutionnelle par le plus haut tribunal irakien, à la désunion politique interne qui semble atteindre un point de rupture. Lorsque tous ces facteurs sont pris en compte, les femmes ne sont tout simplement pas considérées comme une priorité, et peu d’efforts ont été faits au niveau national pour changer cela.
 
Tant que le bien-être des femmes ne deviendra pas une priorité, la violence à l’égard des femmes et des filles continuera d’augmenter.
 
Sans un plan en place pour réduire l’ampleur de la violence à l’égard des femmes – des lois plus sévères pour les auteurs et des services efficaces en place pour permettre aux femmes d’échapper à des relations abusives, nous ne verrons pas de changement de sitôt.
 
Ruwayda Mustafah est journaliste et une défenseure des droits des femmes
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici