AccueilFemmesAngela Davis: Aysel Tuğluk est ma sœur

Angela Davis: Aysel Tuğluk est ma sœur

Des femmes du monde entier défendent la politicienne kurde Aysel Tuğluk, qui reste en prison malgré sa démence. L’activiste américaine Angela Davis a déclaré: « Aysel est ma sœur et je serai toujours aux côtés de mes sœurs. »

L’écrivaine, militante et professeure Angela Davis est devenue un symbole du mouvement Black Power et des luttes des prisonniers politiques aux États-Unis dans les années 1970. Dans un message vidéo publié par le collectif « 1000 femmes pour Aysel Tuğluk », la femme de 78 ans demande la libération de l’homme politique kurde emprisonné en Turquie depuis plus de cinq ans. La campagne internationale a été lancée plus tôt cette année par des femmes des États-Unis, d’Allemagne, de Finlande, d’Inde, du Liban et de Turquie. Aysel Tuğluk souffre de démence en prison et ne peut plus subvenir à ses besoins.

Angela Davis déclare dans son message vidéo : « Je voudrais exprimer mon soutien à mes sœurs en Turquie qui sont persécutées pour avoir lutté pour la justice pour les Kurdes et pour avoir exigé une solution pacifique au violent conflit dans la région.

Nous ne pouvons pas accepter que des centaines de femmes kurdes soient emprisonnées pour leurs actions politiques non violentes. Parmi elles figurent d’anciennes députées comme Aysel Tuğluk, qui a été jugée et condamnée pour une déclaration qu’elle a faite en tant que représentante élue de son peuple. Elle a été la première coprésidente de son parti et est une défenseure des droits de l’homme et une militante pour la paix. Désormais, elle est vouée à pourrir en prison car elle souffre d’une maladie irréversible qui lui ôtera rapidement la vie. Elle est détenue derrière les barreaux en raison de rapports médicaux falsifiés, alors qu’il est clair sur le plan humanitaire qu’elle devrait être libérée afin qu’elle puisse retourner chez elle, où elle fait ses adieux à ce monde dans son propre lit et sous la garde d’elle les proches peuvent prendre.

Cette punition cruelle et inhumaine lui est destinée parce qu’Aysel est une combattante de la paix non violente et qu’elle fait partie de la vague des nouvelles et courageuses dirigeantes kurdes. C’est ma sœur et je serai toujours aux côtés de mes sœurs. »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici