FRANCE. A Nantes, Lorient et Hennebont, les Kurdes manifestent contre le complot international

0
623
PARIS – Comme chaque année en février, les Kurdes d’Europe organisent une longue marche pour exiger la résolution pacifique de la question kurde et la libération d’Abdullah Ocalan, le chef historique du Parti des Travailleurs du Kurdistan détenu sur l’île prison d’Imrali, en Turquie, depuis son arrestation par un complot international en février 1999.
 
M. Öcalan, bientôt 73 ans, est maintenu en isolement absolu depuis plusieurs années, malgré les violations constatées dans les rapports du Comité pour la Prévention de la Torture du Conseil de l’Europe (CPT).
 
Les Kurdes de France organisent plusieurs événements à l’occasion du 23e anniversaire du complot international qui a permis à la Turquie de capturer Ocalan et de le condamné à la prison aggravée à vie.

Deux de ces événements auront lieu à Hennebont et Lorient (le 5 février) et à Nantes (le 12 février):
 
Pour la longue marche qui partira de Hennebont (56700) jusqu’à Lorient (56100): rdv le samedi 5 février, à 12 heures, 13 place Maréchal Foch. (Il y aura un meeting sur la place place Aristide-Briand, à Lorient à 16 heures.)

Pour le rassemblement de Nantes (44032): rdv le samedi 12 février, à 14 heures, devant la FNAC, Place du Commerce

Les organisateurs de ces marches appellent les Français à être solidaires du peuple kurde et à marcher avec eux contre l’isolement et le fascisme au Kurdistan.
Voici leur appel:

Mettons fin à l’isolement et au fascisme ! Le temps de la liberté est venu!
 
Il y a vingt-trois ans, le 15 février 1999, le monde était choqué par l’enlèvement du dirigeant kurde Abdullah Öcalan à Nairobi, au Kenya, dans le cadre d’une action conjointe de plusieurs agences occidentales de renseignement. Alors que les Kurdes du monde entier se soulevaient en signe de protestation, Öcalan a été remis à la Turquie, soumis à un simulacre de procès et condamné à mort. Depuis lors, il a été maintenu en isolement par un régime qui veut l’anéantir physiquement et psychologiquement. Aujourd’hui, à la veille du vingtième anniversaire de ces événements, nous regardons en arrière, mais aussi vers l’avenir.
 
Au cours de l’été 1998, Abdullah Öcalan, chef du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), a intensifié ses efforts pour trouver une solution politique à la question kurde en Turquie. Il a déclaré un cessez-le-feu unilatéral et souligné que le mouvement était prêt à un règlement pacifique. La Turquie a réagi en aggravant la situation. Avec le soutien des Etats-Unis, la Turquie a menacé d’envahir la Syrie où Öcalan résidait à l’époque. Le dirigeant kurde a décidé de se rendre en Europe pour obtenir un soutien international en faveur d’une solution politique.
 
Cela ne s’est pas produit. Les États membres de l’OTAN et même la Russie d’Eltsine étaient indivisibles sur le front – pour la paix et une solution politique. Aucun Etat européen n’était disposé à faciliter des pourparlers politiques, ni même à envisager l’asile politique pour Öcalan.
 
Vingt-trois ans plus tard, nous sommes tous plus sages. La Turquie a en effet envahi la Syrie. Ce qui restait de l’ordre politique moyen-oriental est en lambeaux. L’acte scandaleux d’enlèvement d’Öcalan en violation du droit international n’était pas une faveur à la Turquie, mais plutôt le début d’une nouvelle série d’interventions. La Turquie n’a résolu aucun de ses problèmes, mais a plutôt été transformée en une dictature agressive, employant une violence énorme au niveau national et international.
 
L’Initiative internationale « Liberté pour Abdullah Öcalan-Paix au Kurdistan », fondée quelques semaines seulement après son enlèvement, souligne depuis le début que la liberté d’Öcalan est absolument cruciale pour un règlement pacifique et politique de la question kurde. L’évolution nous a donné raison : plus longtemps l’isolement total d’Öcalan est imposé – il est à l’isolement, privé de visiteurs et totalement coupé du reste du monde depuis quatre ans maintenant – plus les politiques militaristes de l’Etat turc se dégradent. Plus il est capable de s’exprimer, plus les tensions diminuent, plus les cessez-le-feu sont inscrits à l’ordre du jour et plus la situation générale en Turquie s’améliore pour tous.
 
Depuis l’enlèvement d’Öcalan, le monde est confronté à la soi-disant « guerre contre la terreur ». Cette guerre est « globale » mais indéniablement centrée sur le Moyen-Orient. Plutôt que d’instaurer un Moyen-Orient plus sûr et plus pacifique, la guerre contre le terrorisme a entraîné la prolifération de la violence, les hommes, les femmes et les enfants de nombreux peuples et de nombreux endroits étant victimes du terrorisme d’État, du terrorisme religieux et du terrorisme nationaliste – souvent un seul et même phénomène. Au milieu de tout cela se trouvent le peuple kurde et ses voisins.
 
Öcalan, révolutionnaire et homme politique clairvoyant pendant trois décennies avant son enlèvement, avait prévu beaucoup de ces développements. En prison, il a beaucoup écrit sur la nécessité de développer un nouveau paradigme basé sur la démocratie, la liberté des femmes et l’auto-organisation autonome pour sortir de l’impasse dans laquelle l’accent étroit mis sur l’État, le pouvoir et la violence a conduit de nombreux mouvements de libération.
 
Grâce à ces idées et à de nouveaux concepts comme le confédéralisme démocratique, le mouvement de libération kurde et ses amis et alliés ont refusé de redevenir des victimes. Au lieu de cela, ils ont émergé avec leurs propres idées progressistes et leurs propres formes organisationnelles, devenant une lueur d’espoir dans une région par ailleurs très troublée. Öcalan, malgré tous les efforts déployés pour limiter son influence, est devenu non seulement l’homme politique kurde le plus influent, mais aussi un symbole d’espoir pour tous les peuples opprimés et pour les femmes de la région. Comme l’écrivait récemment le célèbre théoricien politique Antonio Negri, « Öcalan est un prisonnier qui devient mythique, comme Mandela au XXe siècle, donc lui au XXIe siècle. Il exprime une série de concepts qui, au XXIe siècle, deviennent de plus en plus les pierres angulaires de la construction politique d’un monde nouveau. »
 
Le bilan après 23 ans est mitigé. D’une part, Öcalan est plus influent que jamais, reconnu comme une voix de paix et le porte-parole légitime de son peuple. D’autre part, nous n’avons pas encore réussi à mener à bien la lutte pour sa liberté. Pire encore, à l’occasion du 23e anniversaire de la conspiration internationale visant à l’enlever et à le livrer à la Turquie, son isolement est plus intense qu’il y a seulement cinq ans.
 
Nelson Mandela a été libéré de prison après 27 ans de captivité, à 72 ans. A l’occasion du 23ème anniversaire de l’enlèvement d’Öcalan et à l’approche de son 73ème anniversaire, nous sommes déterminés à ne pas attendre si longtemps. Rejoignez-nous dans notre lutte pour la paix et la liberté pour Öcalan. Abdullah Öcalan doit être libéré immédiatement.
 
Mettons fin à l’isolement, au fascisme et à l’occupation et battons-nous pour la liberté d’Öcalan ! Le temps de la liberté est venu!

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici