Zehra Doğan parmi les 100 figures les plus influentes du monde de l’art

0
450
Le magazine britannique « Art Review » a sélectionné les 100 personnalités les plus influentes du monde de l’art. L’artiste et journaliste kurde Zehra Doğan est numéro 98 sur la liste.
 
Fondé en 1948, le magazine britannique Art Review est le premier magazine indépendant mondial sur l’art contemporain. Depuis 2002, ArtReview publie sa liste annuelle «Power 100», Un guide des figures les plus influentes de l’art contemporain d’aujourd’hui. La liste est compilée par un comité international de professionnels de l’art qui évaluent les capacités d’individus ou de mouvements à influencer le type d’art produit aujourd’hui. Les artistes doivent également avoir un rayonnement international et non exclusivement national.

Cependant, cette année, la première place des 100 personnalités les plus influentes du monde de l’art n’est pas occupée pas à un artiste mais par l’emblème codé du NFT sur la blockchain Ethereum, ERC-721, suivie d’Anna L. Tsing, qui a écrit le best-seller « Le champignon du bout du monde : À propos de la vie dans les ruines du capitalisme »En troisième position se trouve le collectif indonésien Ruangrupa, qui représente la diversité et reflète l’air du temps. Par ailleurs, le groupe prend en charge la direction artistique de la prochaine « Documenta » à Kassel.

La liste d’ ArtReview des 100 « personnes les plus puissantes du monde de l’art » comprend également une figure de la scène artistique kurde : Zehra Doğan qui est classée 98e sur la liste. Le guide du magazine raconte à propos du parcours de Dogan : « La journaliste, artiste et militante a eu plusieurs expositions personnelles en Italie à Padiglione d’Arte Contemporanea et à la galerie Prometeo, tous deux à Milan, [qui ont pour sujet la sensibilisation à la persécution du peuple kurde] en travaillant dans des expositions à la Cruce de Madrid ; dans le kiosque de Berlin ; dans le Bastion de la photo à Zurich, ainsi que dans une exposition de groupe à ‘Art and Construction Kriminalabteilung Stadtpolizei Mühleweg’. Plus tôt cette année, Doğan a déclaré à ArtReview : « Dans les discours sexistes, la terre est personnifiée comme un corps féminin et, comme le corps d’une femme, devient quelque chose à posséder. Je dessine et peins des femmes qui s’opposent à ce sort’. Sa résistance l’a amenée plusieurs fois en prison , et à la prison n°5, roman graphique qu’elle a publié en début d’année (et pour lequel elle a remporté le prix Le Soir en 2021), elle revient sur son expérience d’incarcération à la prison de Diyarbakır. Zehra. La fille qui peignait la guerre, un roman pour enfants d’Antonella De Biasi basé sur l’histoire de sa vie, a également été publié, avec des illustrations de Doğan. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici