Les femmes ont pris la tête de la résistance de Kobanê

0
713

SYRIE / ROJAVA – En janvier 2015, malgré la suprématie militaire des gangs de DAECH / ISIS, les Kurdes de Kobanê ont vaincu le monstre islamiste qui faisait trembler l’humanité après plusieurs mois de résistance acharnée. On ne peut célébrer la victoire de Kobanê sans rendre hommage aux femmes armées de simples kalachnikovs qui se trouvaient en première ligne face aux terroristes sanguinaires lourdement armés.

En réponse à l’attaque de l’Etat islamique sur Kobanê qui a commencé en septembre 2014, les unités de défense du peuple (YPG) et les unités de défense des femmes (YPJ) ont libéré la ville en janvier 2015. La résistance de Kobanê a eu un impact dans de nombreuses régions du monde. Dans le monde entier, on a décrété le 1er novembre Journée mondiale de Kobanê pour rendre hommage aux héros et héroïnes de Kobanê.

Hîva Hiso (45 ans), mère de huit enfants, était l’une des femmes qui ont participé à la bataille de libération de Kobanê. Hiso s’est battue pour protéger son pays en participant à la bataille en première ligne contre les attaques de l’Etat islamique le 15 septembre 2014. Hiso, une participante au combat de libération de Kobanê, a parlé à JINNEWS de leur lutte et de leur guerre.

« Notre terre a plus de valeur que tout »

Décrivant sa participation à la guerre, Hiso a déclaré : « Lorsque la guerre s’est approchée du centre-ville, les habitants ont été contraints de fuir vers le nord du Kurdistan. En conséquence, j’ai emmené mon mari et mes enfants dans le nord. Il est difficile pour une mère d’être loin de ses enfants. Cependant, la terre est plus importante et précieuse. Je me suis engagé à ne pas abandonner les troupes. Au mieux de mes capacités, j’ai tenu ma promesse. Quand la guerre était à son paroxysme, j’étais en charge des vétérans et des blessés. Nous avons non seulement résisté aux gangs, mais aussi à la faim, au froid et à la soif. J’ai pris l’esprit de combat et de force de mes camarades quand je les ai regardés. Les femmes étaient l’avant-garde de la résistance de Kobanê. Pendant le combat, de nombreuses personnes ont été tuées. Ce qui a attiré mon attention et m’a le plus impressionné, c’est la rapidité avec laquelle les combattants blessés se sont traités. »

« Les ennemis ont été vaincus »

Hiso, qui a lutté au plus fort de la guerre, a poursuivi ainsi : « Les batailles les plus sanglantes ont eu lieu dans la rue près de la frontière (…). « Kobanê est sur le point de tomber », a déclaré Erdogan lors de la bataille au poste-frontalier. Cependant, la résistance des combattants de la liberté a entravé les aspirations d’Erdogan (…). Nous étions alors assiégés et une seule rue restait inoccupée. Personne ne pensait que Kobanê réussirait. La volonté et la foi des guerriers leur ont apporté la victoire. J’ai vu des gangs de l’Etat islamique traverser la frontière de mes propres yeux. Des groupes de l’Etat islamique s’entraînaient en Turquie et se préparaient à déménager à Kobanê. L’Etat islamique a été vaincu à la suite de la résistance des combattants de Kobanê. Nous avons repoussé des armes puissantes avec des fusils en raison d’un manque de ressources. Notre détermination était plus grande que l’ennemi’ s chars et canons. Des gangs de l’Etat islamique armés d’armes lourdes ont été déployés dans les mosquées, ainsi que sur la voie ferrée. Nous n’étions qu’à quelques pas d’eux. Nous nous sommes battus au corps à corps, en particulier dans les batailles urbaines. »

« Nous n’avions pas peur du tout »

Hiso a conclu ses propos comme suit : « Nous libérerons d’autres régions de la même manière que nous avons libéré Kobanê.

Pendant des jours, nous avons eu faim, soif et sans sommeil, mais nous n’avons jamais été terrifiés. Nous avons ramené les gangs de l’Etat islamique dans la ville de Baxoz, près de la frontière irakienne. Si l’Etat turc nous combat aujourd’hui, c’est parce qu’il est incapable d’accepter la défaite de l’Etat islamique. L’État turc a lancé une sale guerre et l’a perdue contre tous les habitants des zones qu’il a saisies. Elle mène désormais une politique de guerre particulière. Leur objectif est de changer la structure démographique de la région en sapant la paix et la stabilité et en expulsant les habitants. »

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici