IRAK. 10 des 65 Kurdes arrêtés à Kirkouk restent en prison

0
212

IRAK / KURDISTAN – 65 résidents kurdes de Kirkouk ont été arrêtés par les forces irakiennes dans la soirée de 10 octobre lors des célébrations des résultats des élections générales. Ils ont été accusés de tir contre un convoi de l’armée irakienne. 10 d’entre eux sont toujours en prison tandis que les autres ont été libérés sous caution grâce à la mobilisation des avocats kurdes de Kirkouk.

Le 13 octobre, le service des médias de la police de Kirkouk a publié des photos des détenus au moment de leur libération lors d’une réunion avec le chef de la police.

L’armée et les forces de sécurité irakiennes ont arrêté 65 résidents kurdes de Kirkouk dans les quartiers kurdes de Rahimawa et Shorja pour avoir troublé la sécurité et la stabilité et entravé la circulation fluide dans certaines parties de la ville multiethnique, ont déclaré l’armée et la police irakiennes.

Les deux principaux partis kurdes, le Parti démocratique du Kurdistan (KDP) et l’Union patriotique du Kurdistan (UPK), ont déclaré que les détenus ont été libérés à la suite de leur intervention auprès du Premier ministre irakien Mustafa al-Kadhimi tandis qu’un groupe d’avocats volontaires kurdes à Kirkouk a déclaré que « la libération était conforme aux procédures légales et non selon les revendications politiques comme le prétendent l’UPK et le KDP. »

Un haut responsable de la sécurité de Kirkouk a déclaré anonymement à Kirkuk Now que « 10 personnes encore en prison sont des résidents de Rahimawa et accusés d’avoir tiré sur les forces de sécurité ».

Les avocats bénévoles ont déclaré hier lors d’une conférence de presse que certaines personnes parmi celles qui célébraient les célébrations du PDK à Rahimawa à Kirkouk pour avoir remporté deux sièges au parlement irakien avaient tiré sur un convoi irakien patrouillant dans les rues.

La plupart des détenus affirment avoir été arrêtés sans mandat d’arrêt du tribunal et n’avoir participé à aucune célébration car ils ont été arrêtés chez eux.

L’UPK a remporté trois sièges contre six en 2018, tandis que le KDP en a remporté deux, mais en 2018 a boycotté les élections à Kirkouk et la Nouvelle Génération a obtenu un siège pour la première fois. Le nouveau système électoral avancé de six mois à la demande des manifestants a divisé les 12 sièges parlementaires de Kirkouk en trois circonscriptions électorales.

Les Kurdes ont remporté six sièges tandis que les partis politiques arabes ont augmenté leur part de trois à quatre et les Turkmènes ont réduit leurs sièges de trois à deux seulement.

Située à 238 kilomètres au nord de Bagdad, Kirkouk est une province ethniquement mixte pour 1,6 million de Kurdes, d’Arabes et de Turkmènes, de musulmans, de chrétiens et de Kakaï. Elle a longtemps été au centre des différends entre Bagdad et Erbil (Hewler).

Les Kurdes contrôlaient a ville de Kirkouk jusqu’en 2017, lorsque les forces de sécurité irakiennes ont déclaré la victoire sur l’État islamique en Irak et en Syrie (DAECH / ISIS) et ont pris le pouvoir dans les territoires kurdes contestés, dont Kirkouk.

Actuellement, l’armée irakienne, la police locale et fédérale, la brigade 61 des forces spéciales ainsi que les paramilitaires chiites des Forces de mobilisation populaire PMF, sont sous le commandement des opérations conjointes de Kirkouk, un parapluie pour les forces de sécurité qui gèrent la sécurité de la province de Kirkouk. 

Hazhar Kaka’i, l’un des avocats bénévoles des détenus, a déclaré que ceux qui ont été libérés étaient obligés d’appliquer une caution de 3 millions de dinars irakiens (2 000 dollars).

L’article 222 du code pénal irakien stipule que « tout rassemblement conduit à un crime, un délit, entrave l’application de la loi ou les performances des autorités locales ou le public, les auteurs encourent une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans, une amende ou les deux ».

« La nuit où j’ai été arrêté, je regardais la télévision avec mes amis dans un mini stade. Je n’ai pas été à toutes les célébrations et n’a eu aucune idée de ce qui se passait et ont été soudainement entouré par la brigade spéciale 61 », a déclaré Sabah Jassim, l’une des personnes libérées sous caution le 13 octobre.

« Nous avons été gardés de 22 heures à 2 heures du matin dans un Humvee militaire puis ils nous ont remis à la police. Ils nous tiraient et nous poussaient. Nous avons été battus. »

Les deux principaux partis kurdes de la région, UPK et KDP disent avoir contacté le Premier ministre qui a promis de libérer tous les détenus.

« Nous avons pris en charge tous les cas. Cette nuit-là, nous sommes immédiatement allés voir la police et avons fait de notre mieux pour les libérer », a déclaré Kaka’i. « Toutes les procédures étaient légales, ils ont donc été légalement libérés sous caution et leurs dossiers n’ont pas encore été classés.

Ceux qui étaient en liberté sous caution n’ont pas fait partie du trouble, veuillez donc les interroger et les libérer sous caution. Aucun parti politique n’a joué de rôle dans leur libération et aucun d’entre eux n’a contacté la police locale. »

Un communiqué de la police de Kirkouk a déclaré mardi « nous sommes autorisés à suivre toutes les procédures légales contre ceux qui tentent de déstabiliser la stabilité à Kirkouk, car le devoir est de protester contre les personnes et leurs propriétés ».

« Les auteurs d’actes de sabotage ou ceux qui tentent de porter atteinte à la situation sécuritaire seront arrêtés. La stabilité actuellement restaurée est le résultat d’années de lutte et de service 24 heures sur 24, donc aucun acte de sabotage n’est autorisé et des procédures strictes seront suivies contre ces personnes dans l’intérêt de tous.

Chaque fois qu’il y a un problème, les partis politiques se taisent mais quand c’est réglé, ils prétendent qu’ils l’ont fait. Cette fois, ils ne peuvent certainement pas prétendre avoir réglé le problème », a ajouté Kaka’i.

Kirkuk Now 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici