SYRIE. Les Kurdes du Rojava « ouvrent la porte aux négociations si Damas est prêt »

0
271
SYRIE / ROJAVA – Suite aux déclarations du président syrien Bashar Hafez al-Assad concernant la décentralisation, la coprésidente du Conseil exécutif de l’AANES, Îlham Ehmed, a déclaré « si Damas est prêt, nous (…) ouvrons la porte aux négociations ».
 
Après le retrait des États-Unis et d’autres forces de l’OTAN d’Afghanistan et la prise par les talibans de villes à travers le pays en très peu de temps, la situation en Asie centrale a changé. Ce changement devrait également affecter particulièrement les pays du Moyen-Orient, où il existe des organisations qui ont une mentalité similaire aux talibans.
 
La Syrie, où la guerre dure depuis dix ans, mais aussi l’Irak sont des pays qui seront touchés. La Turquie a intensifié ses frappes aériennes dans le nord et l’est de la Syrie ces derniers jours et, pour de nombreux analystes politiques, la Turquie a profité des «développements» en Afghanistan, où l’attention du public s’est concentrée ces derniers jours.
 
En raison de l’augmentation des attaques, l’ambassade des États-Unis en Syrie a déclaré que les frappes aériennes turques dans le nord et l’est de la Syrie sont alarmantes, et elle a exhorté la Turquie à respecter la décision de cessez-le-feu.
 
« Les États-Unis sont profondément préoccupés par l’intensification des frappes aériennes et des bombardements dans le nord de la Syrie ces derniers mois, qui ont fait des dizaines de victimes civiles et de déplacements. Nous appelons toutes les parties à respecter le cessez-le-feu, à protéger les populations civiles et à œuvrer à une résolution politique du conflit, comme indiqué par la résolution 2254 de l’ONU », a-t-il déclaré.
 
Alors que les attaques se poursuivent – ​​malgré le cessez-le-feu – les déclarations du gouvernement syrien concernant la décentralisation ont également pris une importance accrue.
 
« La décentralisation permet un développement équilibré entre les différentes régions syriennes », a déclaré Bachar al-Assad le 14 août, lors d’une réunion avec le nouveau cabinet syrien. Il a ajouté qu’ « il y a maintenant une opportunité de passer de la centralisation à la décentralisation ». Une délégation américaine de haut rang aurait également participé récemment à des réunions dans le nord de la Syrie.
 
Figure clé de la région, la coprésidente du Conseil exécutif de l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES), Îlham Ehmed, s’est entretenue avec l’ agence de presse Mezopotamya (MA) sur les récentes attaques de la Turquie, le rôle des États et la Russie, les déclarations d’Assad et d’autres développements dans la région.
 
« Il pourrait y avoir des attaques plus larges dans les prochains jours » de la part de la Turquie, a-t-elle déclaré, notant que « la stabilité dans la région est visée par la Turquie ».
 
Ehmed a déclaré que non seulement la Turquie mais aussi la Russie et les États-Unis sont également responsables des attaques car ils sont restés silencieux, malgré l’accord conclu entre ces pays.
 
« Cependant, la Turquie dit que, ‘Bien que j’aie passé un accord avec vous, je vais attaquer à nouveau.’ Dans l’accord avec les États-Unis et la Russie, la Turquie ne doit pas oser commettre ces attaques. Mais la Turquie invente des excuses pour les attaques. Des forces telles que les États-Unis et la Russie peuvent parfois utiliser la position agressive de la Turquie pour forcer l’Administration autonome et les forces du QSD à faire ce qu’elles veulent. C’est pourquoi nous ne considérons pas ces pays comme éloignés de ces attaques. La Russie, en particulier, en est responsable », a-t-elle déclaré.
 
Ehmed a noté que la situation actuelle en Syrie est basée sur un cessez-le-feu « mais cela ne signifie pas que la guerre ne recommencera pas ».
 
« Les affrontements ont repris à Deraa. De tels affrontements peuvent également avoir lieu à Idlib. Il peut également y avoir des manifestations à grande échelle sur les problèmes économiques dans les zones contrôlées par le régime syrien. Il peut y avoir des attaques dans notre région comme les attaques de la Turquie », a-t-elle déclaré, mais tous ces affrontements ne provoqueront pas une « grande guerre » dans le pays comme cela s’est produit dans le passé.
 
« Ils veulent que la Syrie reste dans une guerre froide. De cette façon, l’État syrien s’affaiblit progressivement. Il se désagrège de l’intérieur : au bout d’un certain temps, l’objectif d’établir une nouvelle administration en Syrie peut être renforcé. Cela pourrait passer par un accord général à Damas. Cette possibilité se démarque. Après toutes ces guerres, plus personne ne souhaite une grande guerre. »
 
Commentant la déclaration du président syrien Bachar al-Assad concernant la « décentralisation », Ehmed a souligné que la décision de renforcer la population locale et d’aller vers un système décentralisé avait en fait été prise en 2012 mais n’avait pas été réalisée.
 
« Si Damas veut des négociations, nous, en tant que Conseil démocratique syrien (MSD), ouvrons la porte aux négociations. C’est notre appel. La Syrie est en crise générale. Cela nous inclut, mais le régime syrien traverse le plus profond. Le régime en a besoin. Ce qu’ils font maintenant, c’est d’essayer de créer des tensions entre la gouvernance autonome et la société, et cela ne servira pas le régime. La meilleure façon pour le régime syrien est d’accepter cette réalité. L’existence des Kurdes est désormais indéniable. »
 
Ehmed a également abordé le débat sur le statut de la Syrie du Nord et de l’Est. « C’est aussi une question de constitution syrienne. Il doit être résolu avec la Syrie. L’ONU doit être directement impliquée. S’ils déclarent que l’AANES doit jouer un rôle dans la résolution de la crise syrienne, il n’y aura plus d’obstacles », a-t-elle déclaré.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici