FRANCE. Une place de Lyon portera le nom de la politicienne kurde Hevrin Khalaf

0
650
LYON – Le Conseil municipal de Lyon a décidé de donner le nom d’Hevrin Khalaf, politicienne kurde du Rojava assassinée par des gangs de la Turquie en 2019 – à une place de la ville de Lyon [infectée par ailleurs par des Loups Gris turcs qui s’en prennent à des Arméniens et des Kurdes de la région]. C’est la première fois qu’un conseil municipal en France décide de donner le nom de Khalaf à un lieu public.

Délibéré du conseil municipal de la Ville de Lyon le 8 juillet 2021 : à l’initiative de la municipalité, de Madame Sonia Sdorovdzoff, Adjointe aux Relations, à la coopération et à la solidarité internationales et de Madame la Maire du 7ème arrondissement de Lyon, Mme Fanny Dubot, une place portera le nom d’Hevrin Khalaf, militante politique et féministe kurde du Rojava, violée et assassinée sous la torture par des mercenaires islamistes sous commandement turc le 12 octobre 2019 près de Tall Abyad. Khalaf était membre de la direction du Conseil démocratique syrien et secrétaire générale du parti Avenir de la Syrie.

Le nom d’Hevrîn Xelef sera donné à une place du quartier de la Guillotière, dans la rue Salomon Reinach, situé sur la rive gauche du Rhône, dans le 7ᵉ arrondissement de Lyon. L’inauguration de la place aura lieue le 21 septembre 2021, à 18 heures, en présence du Maire de Lyon, Monsieur Gregory Doucet.

L’association Amitiés Kurdes de Lyon était représentée par son président Thierry Lamberthod lors de ce vote à l’unanimité.

Dans son communiqué publié après le délibéré du Conseil municipal de Lyon, Amitiés Kurdes Lyon et Rhône-Alpes annonce qu’il y aura également une exposition autour d’Hevrin Khalaf et des Kurdes, ainsi que de la situation au Kurdistan en générale et au Rojava en particulier.
« A l’invitation de Madame la Maire, Fanny Dubot, se tiendra une exposition dans le hall de la mairie du 7ème arrondissement de Lyon. Cette exposition présentera Hevrin Khalaf et ses combats ainsi que le projet de centre médical construit par les associations humanitaires kurdes dont Roja Sor France. Il sera inauguré à l’automne prochain à Qamislho, capitale du Rojava. Cette exposition parlera aussi du Kurdistan et du confédéralisme démocratique au Rojava. »
 
Le communiqué d’achève par cette phrase: « Une voix kurde pour les femmes et la paix au Moyen Orient s’est éteinte mais ici et là-bas nous poursuivons son chemin. »

 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici