ALLEMAGNE. Un journaliste turc en exil tabassé à son domicile à Berlin

0
649
BERLIN – Journaliste turc en exil, Erk Acarer a été tabassé par des hommes armés la nuit dernière à son domicile à Berlin. Ce n’est pas la première fois que des opposants turcs ou des Kurdes sont pris pour cible par sbires du régime turc sur le sol européen censé protéger ces réfugiés politiques turcs et kurdes…
 
Le journaliste Erk Acarer, qui vit à Berlin après avoir été contraint de quitter la Turquie, a été agressé et blessé dans son appartement. Il a rapporté sur Twitter :  » J’ai été attaqué par des gens avec des couteaux et battu dans ma maison à Berlin. Nous allons à l’hôpital maintenant. Je sais qui sont les coupables. Je ne me rendrai jamais au fascisme. Personne ne devrait en douter ; ces jours passeront. Acarer a raconté à Tele1 comment les auteurs l’avaient attaqué et a crié « Tu vas arrêter d’écrire ». À cause du bruit, les voisins sont sortis. Les agresseurs ont alors pris la fuite. » Acarer rapporte qu’il est maintenant sous protection policière.
 
Acarer a déclaré : « Trois hommes sont venus chez moi avec des pistolets et des couteaux, m’ont donné des coups de pied et m’ont frappé. Ils ont commencé à me battre avant même que je sache ce qui se passait. Ils menaçaient de faire pire si je continuais à écrire sur la famille et les valeurs de la nation. En ce moment je suis à l’hôpital. La police est ici pour recueillir mon témoignage. Je le leur ai dit aussi. J’ai une grosse bosse sur le côté droit de la tête. Je sais qui sont les agresseurs. Ils sont troublés par ce que j’écris. »
 
Menaces par téléphone
 
Acarer a déclaré qu’il avait déjà été menacé par téléphone pendant des semaines. Les appelants avec des suffixes britanniques et français ont fait des menaces telles que « Nous sommes plus proches de vous que vous ne le pensez ». Acarer avait déjà informé la police des menaces et déposé une plainte.
 
Insulté par le ministre de l’Intérieur Soylu
 
Acarer a ajouté : « Pour comprendre qui est derrière les attaques, il suffit de regarder ce que j’ai écrit au cours des 15 derniers jours. » Acarer écrivait sur le scandale mafieux en avril et le ministre turc de l’Intérieur Süleyman Soylu l’a insulté en disant ouvertement qu’il était « un clown et un idiot » dans un tweet. Acarer a dénoncé les liens du gouvernement turc avec le crime organisé revenu au devant de la scène avec les vidéos du mafieux Sedat Peker.
 
« Vous ne me ferez pas taire »
 
Le journaliste a déclaré que « si ces gens pensent me faire taire comme ça, alors ils se trompent complètement. Je continuerai à écrire la vérité. »
 
Exilé de Turquie en 2017
 
Erk Acarer s’est enfui à Berlin avec sa femme et sa fille en avril 2017. Il avait rapporté dans divers journaux turcs, plus récemment dans le journal critique du régime BirGün, sur les liens entre la Turquie et l’Etat islamique, et a été ciblé par le régime AKP-MHP. En 2016, il a reçu le prix Göktepe pour un article critique sur la légitimation des abus sexuels par l’autorité religieuse Diyanet. L’autorité religieuse avait déclaré, à la demande d’un croyant, qu’il n’y avait pas de problème au mariage « si le père embrasse sa fille avec convoitise ». Ce n’est pas non plus un péché si un père « regarde sa fille et ressent du plaisir ». Diyanet a ressenti le besoin d’ajouter que la jeune fille doit avoir « plus de neuf ans » comme si cette clarification l’épargnerait d’une manière ou d’une autre de l’accusation d’avoir effectivement accepté des abus sexuels.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici