TURQUIE. Révolte des paysans kurdes à Malatya et Adiyaman

0
536
TURQUIE / BAKUR – Dans les provinces kurdes de Semsûr (Adiyaman) et Meletî (Malatya), des paysans kurdes travaillant dans la culture du tabac sont en grève depuis plusieurs jours car ils sont écrasés par la puissante industrie du tabac qui les exploite à outrance.
 
Lors d’un des premiers jours de grève, un paysan kurde a crié « Tırşıkçı* kapitalistlere hayır! » (Non aux capitalistes véreux) qui a été repris pour d’autres revendications (par ex: « Non au recteur véreux de l’Université de Bosphore ») dans toute la Turquie.

 

Mehmet Efe Dindar, devenu le symbole de la résistance au tabac en disant « Non aux capitalistes Tirsikci » lors des actions de protestation initiées par les paysans cultivant du tabac contre la loi qui interdit le commerce du tabac sans « certificat d’autorisation » du ministère de l’Agriculture et des Forêts, a répondu au question de l’Agence Mezopotamya.

Affirmant que le slogan qu’il a scandé ce jour-là était une explosion momentanée d’un prolétaire opprimé, Dindar a déclaré : « En tant que peuple, nous résisterons jusqu’à ce que la loi soit retirée. Encore une fois, non aux tyrans capitalistes », a-t-il déclaré.

Dindar, qui vit dans le district de Sürgün du district de Doğanşehir à Malatya, a déclaré que 85 % des citoyens vivant dans le quartier vivent de la culture du tabac. Dindar a déclaré qu’ils seraient passibles d’une peine d’emprisonnement de 3 à 6 ans avec la loi introduite et a déclaré : « Nous avons dépensé de l’argent dans nos champs. Qu’allons-nous faire de tout ce tabac ? (…) Si le tabac nous est pris, nous devrons tous migrer vers d’autres provinces en tant que travailleurs. Nos enfants ne pourront pas aller à l’école. Donc notre gagne-pain aura disparu. (…) », a-t-il déclaré.

Rappelant le dicton d’Atatürk, « Le paysan est le maître de la nation », Dindar a ajouté: « Nous n’avons pas de maître en ce moment. Nous sommes devenus la cinquième roue de la carrosse. Il n’y a pas d’institution ou d’organisation qui nous prenne en considération. Nous n’arrivons pas trouver une autorité pour transmettre nos demandes justifiées. (…) Cependant, nous n’avons pas d’autre choix que d’agir. Les politiciens qui nous ont amenés à cette situation devraient se demander « Pourquoi ces gens se sont-ils révoltés ? »  Les endroits où se trouvent tous ces points de fermeture de routes sont les endroits où l’AKP a reçu 90% des voix. Un parti politique qui a recueilli 90% des voix déclare désormais « le tabac est interdit » à l’improviste. Eh bien, pourquoi ne disent-ils pas cela au moment des élections? L’AKP obtient 80% des voix à Çelikhan. Ces personnes sont sur la route depuis 4 jours, essayant d’expliquer leurs problèmes sous le soleil. (…) », a-t-il déclaré.

En disant que le slogan « Non aux capitalistes tirsikci » est sorti spontanément de sa bouche, Dindar a poursuivi : « Il est sorti de ma bouche comme un prolétaire écrasé. Tout le monde est monté sur notre dos [Tout le monde nous a exploités]. Nous sommes devenus comme des bêtes de somme, frappés par tous. C’était un slogan créé par des émotions accumulées. « Tirşikçi » est utilisé ici dans le sens de dégoût. Les gens qui n’ont pas la capacité de gérer essaient de nous gouverner. C’est un endroit où une telle incompétence touche le fond. Si vous donnez un avion [à une personne qui n’est pas pilot], l’avion finit par s’écraser au sol. (…) Le mot « capitalistes tirsikci » les désigne. Il y en a beaucoup dans notre géographie. (…)

Affirmant que de nombreuse personnes vivent du tabac qu’il a planté sur 300 mètres carrés, Dindar a déclaré : « Le tabac est peut-être mauvais pour la santé, mais le tabac est aussi le gagne-pain de cette région. C’est une question d’offre et de demande. Nous cultivons du tabac depuis 100 ans. Il y avait un monopole avant, on y vendait notre tabac. Ils l’ont aussi vendu. Cette fois, les gens ont commencé à le vendre entre eux. Le tabac représente le gagne-pain de 500 000 personnes ici. Lorsque vous regarderez l’ensemble de la Turquie, il atteindra 15 millions. Notre demande est que cette loi soit retirée. En tant que peuple, nous résisterons jusqu’à ce que cette loi soit retirée. (…) »

Arti Gerçek

(Tırşıkçı* vient du mot Tırşık qui est le nom d’un plat kurde. On utilise le mot Tırşıkçı quand on veut dire que telle personne est une pique-assiette, elle est une sorte de parasite qui vit sur le dos des autres. En ce sens, Tırşıkçı est lourd de sens pour ces paysans exploités.)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici