Alors que l’État turc envahit le Kurdistan du Sud, le GRK sabote la délégation internationale pour la paix à Hewlêr

0
610

KURDISTAN DU SUD – La blocage de la délégation internationale partie Erbil prévenir une guerre inter-kurde provoquée par la Turquie a indigné le peuple kurde et leurs soutiens à travers le monde. Depuis plusieurs jours, la Délégation internationale pour la paix et la liberté au Kurdistan composée de centaines de Kurdes et d’Occidentaux est bloquée à Hewler par la milice du KDP dirigé par le clan Barzanî. La délégation dénonce l’attitude du KDP dans un long article écrit pour Medya News, dont on publie la version française ici: 

La région autonome du Kurdistan au nord de l’Irak est ancrée dans l’histoire des premières civilisations, dotée d’une biodiversité et d’une culture riches, mais traumatisée par des décennies de génocide, d’expulsions forcées et de conflits internes.

Lorsque nous lisons sur les réseaux sociaux la nouvelle que la région était bombardée et envahie par l’armée turque, la deuxième plus grande armée de l’OTAN, avec plusieurs civils tués à ce jour et plus de 1 500 déplacés, des centaines d’hectares de forêt incendiés et décimés, et 22 villages évacués, nous avons encore été déçus par le manque de couverture médiatique, de conséquences politiques ou de réponses de la société civile au sein de la communauté internationale. Ainsi, lorsque l’appel à la solidarité est venu, nous avons rejoint la Délégation internationale pour la paix et la liberté au Kurdistan, pour témoigner et briser le silence autour de l’expansion violente en cours de la Turquie.

Nous sommes arrivés à l’aéroport de Hewlêr, la capitale de la région autonome du Kurdistan d’Irak, à environ 100 km au sud de la frontière turque.

Faisant la queue à l’immigration, nous avons vu un grand groupe d’Europe juste devant nous, également entrant pour rejoindre notre délégation, qui ont été arrêtés et leurs passeports confisqués par les autorités kurdes sans explication, dont la journaliste néerlandaise Frederike Geerdink.

Une fois arrivés à notre hôtel, nous avons appris que ce groupe avait été soit renvoyé dans son pays d’origine, soit arrêté, sans aucune base légale ; à la fin de la journée, 40 personnes au total avaient été expulsées ou arrêtées dans toute l’Europe, et des dizaines d’autres avaient été empêchées d’embarquer sur des vols en provenance de leur pays, dont un grand groupe de 27 personnes d’Allemagne et de Suisse, dont le député de Hambourg, Canzu Özdemir  à Düsseldorf. La raison invoquée par la police fédérale allemande était qu’à travers des délégations internationales comme la nôtre, des jeunes avaient auparavant rejoint le PKK dans la lutte armée contre l’armée turque.

Malgré cette répression, environ 70 sur les 150 prévus, les membres de notre délégation, dont des politiciens, des universitaires, des militants des droits de l’homme, des syndicalistes, des journalistes, des féministes et des écologistes, et représentant plus de 14 pays, ont réussi à se réunir et à commencer notre travail. pour la paix et la liberté. Notre objectif était d’établir et de promouvoir le dialogue avec et entre les membres des différents partis du parlement du Kurdistan, et de visiter les organisations non gouvernementales de la société civile.

Au mépris du droit international, l’État turc occupe le nord de l’Irak depuis juin 2020, mais le 23 avril 2021, il a lancé de nouvelles opérations militaires de grande envergure baptisées « Opération Claw-Lightning » et « Operation Claw-Thunderbolt » dans le Sud. Kurdistan dans les régions de Matina, Zap et Avashin.

L’armée turque attaque non seulement les habitants de la région, mais la terre elle-même, bombardant les flancs des montagnes, allumant des incendies et abattant des étendues de forêt pour transporter des tonnes de bois vers la Turquie. Cela constitue un crime de guerre, commettant un écocide dans une région de plusieurs espèces menacées, contribuant à l’aggravation des crises écologiques de perte de biodiversité et d’extinction massive.

L’invasion actuelle du Kurdistan s’inscrit dans l’expansionnisme néo-ottoman de la Turquie à travers le Moyen-Orient et la Méditerranée orientale (en s’impliquant dans tous les conflits de la région, y compris en Algérie, en Arménie, en Libye, en Syrie, en Tunisie, en envoyant parfois des militants et en provoquant poursuite de la déstabilisation et escalade des tensions avec Chypre et la Grèce).

Ce n’est pas une coïncidence si cette invasion actuelle a commencé le jour du 106e anniversaire du début du génocide arménien, le 24 avril – l’assaut en cours ne peut être interprété que comme une menace ouverte de génocide. Cette action militaire n’est que la dernière itération de la politique d’oppression des Kurdes menée depuis des décennies par la Turquie, qui a conduit aux invasions du Rojava (nord et est de la Syrie) à Efrîn en mars 2018 et à Girê Spî et Serêkaniyê en septembre 2019.

Les jeux géopolitiques de l’OTAN rendent ses États membres complices, par leur approbation tacite de ces crimes de guerre. Cette connivence découle de l’intérêt de l’OTAN à maintenir un allié puissant au Moyen-Orient, ce qui explique à son tour le silence de l’Europe et des États-Unis sur les crimes de la Turquie. Cela a abouti à un paradoxe étrange, selon lequel l’OTAN soutient la Turquie, qui, dans la poursuite de ses objectifs impérialistes, utilise des hommes du soi-disant État islamique et d’autres groupes militants islamistes – par exemple en important des mercenaires via Hewlêr à Qandîl (dans son pour chasser les guérilleros du PKK de la région du Kurdistan) – que l’OTAN veut soi-disant vaincre.

Ceci est révélateur de la situation politique au Kurdistan du Sud, puisque ces mercenaires n’auraient pas pu passer par Hewlêr sans l’assentiment du KRG.

Ainsi, nous avons une situation où le KRG permet aux mercenaires islamistes d’accéder à ses montagnes pour combattre le PKK, mais arrête et déporte les membres de la délégation internationale qui appellent à la paix et à la liberté pour le Kurdistan. Ces tensions mettent en danger la sûreté et la sécurité de tout le Kurdistan, créant des divisions entre les Kurdes face à ce qui devrait être un ennemi commun ; les actions actuelles du GRK répondent à l’observation de l’ancien président irakien Saddam Hussein, selon laquelle les organisations kurdes étaient trop désespérément divisées et soumises aux puissances étrangères pour obtenir un succès à long terme.

Notre délégation a prévu pour le 14 juin de se rendre au siège des Nations Unies à Hewlêr pour lire notre déclaration de formation, Initiative internationale pour la défense du Kurdistan, qui a jusqu’à présent été signée par 251 signataires dans de nombreux pays, sur six continents.

Cependant, ce matin-là, nous nous sommes réveillés lorsque les forces de sécurité du GRK gardaient notre hôtel et empêchaient la délégation de partir. Alors que les journalistes et les équipes de télévision locaux attendaient notre déclaration, les forces de sécurité et la police ont essayé de nous dire que nous n’avions pas le droit de nous exprimer, car nous n’avions pas de passeport irakien et nous nous étions vu refuser l’autorisation de manifester. Malgré cela, nous avons tout de même décidé de tenir notre conférence de presse dans le hall de l’hôtel. Après plusieurs discours et interviews, nous avons dû quitter l’hôtel pour nous rendre à pied à l’ONU, mais les forces de sécurité (maintenant amassées sur le trottoir) nous ont arrêtés devant les portes d’entrée. En réponse, nous nous sommes assis dans un acte de désobéissance civile pour protester contre notre traitement par le KRG. Après qu’ils nous aient forcés à rentrer à l’intérieur de l’hôtel, nous avons continué notre protestation en dansant jusqu’à ce que cela soit également arrêté.

Nous soupçonnons que le GRK a tenté de saboter nos plans afin de supprimer la couverture médiatique de notre message à la communauté internationale. Le fait qu’ils nous interdisent de protester contre la tentative de génocide de leur propre peuple expose le paradoxe au cœur de la politique du GRK, à savoir sa dépendance économique vis-à-vis de la Turquie.

Cette dépendance sape le récit de la région kurde indépendante, dont le mythe fondateur est celui de la résistance contre l’oppression des États-nations environnants. Pour continuer son récit, le GRK doit maintenant dissimuler ce paradoxe derrière un double langage — comme l’a vécu l’un de nos amis qui, lors de son expulsion de l’aéroport de Hewlêr, s’est fait dire par les gardes-frontières que sa participation à notre délégation pour la paix et la liberté était égale au terrorisme.

Cette équation de discussion politique et d’engagement avec le « terrorisme » est tirée directement de la rhétorique du gouvernement turc ; si le GRK continue d’adopter un tel langage, cela a des implications inquiétantes pour l’avenir de la démocratie dans la région du Kurdistan.

Nous appelons donc tous les partis, institutions et peuples kurdes à adopter une position unie contre l’occupation turque. Les attaques écocides et génocidaires de l’État turc se poursuivent, et ce n’est qu’en étant solidaires les uns des autres, au-delà des frontières et des lignes de parti, que cela peut être arrêté.

Images via la délégation pour la paix et la liberté au Kurdistan pour Medya News

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici