Qui a peur de la paix au Kurdistan ?

0
603
PARIS – Depuis trois jours, des politiciens et activistes kurdes et européens tentent de se rendre au Kurdistan du Sud afin d’empêcher une guerre inter-kurde en pleine invasion turque dans le nord de la région. En effet, plusieurs peshmergas affiliés au KDP ont été tués la semaine dernière dans la région de Mêtîna où la Turquie mène une offensive militaire depuis avril 2021. Le KDP dirigé par la famille Barzanî accuse le PKK, le frère ennemi, d’être derrière l’attaque tandis que ce dernier le dément et appelle à une enquête indépendante dans la région. Mais le KDP ne veut rien entendre. Alors, les Kurdes de la diaspora et des activistes pro-kurdes se sont mobilisés pour éviter une guerre fratricide au Kurdistan.
 
Plusieurs délégations se sont rendues dans la région depuis la Suisse, France et Allemagne, hormis celle de la députée germano-kurde Cansu Özdemir qui fut bloquée hier par la police allemande à Düsseldorf. Celles qui sont arrivées au Kurdistan du Sud ont toutes été bloquées, certaines déjà expulsées et d’autres en cours d’expulsion. Le KDP les empêche de se rendre dans les régions attaquées par l’armée turque. La Délégation internationale pour la paix et la liberté au Kurdistan partie de France a été expulsée hier. Elle vient de publier un communiqué dénonçant le silence de la communauté internationale devant l’invasion du Kurdistan d’Irak par la Turquie et la complicité du clan Barzani face au colonialisme turc. 
 
Voici le communiqué de la Délégation internationale pour la paix et la liberté au Kurdistan:
 

Le 12 juin 2021, 6 français ont été arrêtés à l’aéroport d’Erbil et expulsés vers la France. A leur arrivée en France, ils ont été interrogés par la police française. Le même jour, 27 politiciens, journalistes et militants ont été stoppées en Allemagne par la police fédérale à l’aéroport de Düsseldorf, et plusieurs d’entre eux n’ont pas été autorisées à embarquer dans leur avion. Tous se rendaient dans la région autonome du Kurdistan, dans le nord de l’Irak, dans le cadre de la « Délégation internationale pour la paix et la liberté ». Les jours précédents, au moins 40 personnes originaires de onze pays avaient déjà été empêchées d’entrer dans le pays à l’aéroport d’Erbil. En plus des 6 français, au moins 14 d’entre eux ont été directement expulsés, plus de 20 sont toujours détenus dans la zone de transit.

La « Délégation internationale pour la paix et la liberté » a pour objectif de rendre compte de la situation humanitaire sur place dans le contexte alarmant de la guerre d’agression turque contre la population dans les montagnes du Kurdistan du Nord. Depuis le 23 avril 2021, les villages de cette région sont bombardés et occupées par les troupes turques presque quotidiennement. La destruction des moyens de subsistance a déjà entraîné le déplacement de plus de 1 500 personnes. Alors qu’un conflit intra-kurde menace de s’aggraver, la délégation souhaite contribuer à un dialogue entre les différents acteurs kurdes de la région.

Des personnes de onze pays européens, de professions et d’horizons politiques différents, participent à la délégation. Une partie du groupe se trouve déjà dans la région autonome du Kurdistan, dans le nord de l’Irak, et y a rencontré différents acteurs de la société civile, des syndicats et des partis politiques.

Marie, une des françaises expulsées déclare : « Nous avons voulu nous rendre au Kurdistan du Sud pour attirer l’attention de la communauté internationale sur les bombardements de l’armée turque contre la population dans le nord de l’Irak. A l’aéroport d’Erbil, nous avons été retenus et rencontrés d’autres européens qui avaient été détenus dans une pièce de 4m2 pendant 24h. Nous avons ensuite été renvoyés en France, où nous n’avons pu récupérer nos passeports qu’après avoir subi un interrogatoire des forces de sécurité intérieure. Je ne pensais pas que nous allions nous faire traiter de la sorte et nous faire accuser de terrorisme alors que nous voulions rejoindre la délégation internationale qui œuvre pour la paix. C’est une attente à la liberté de circulation et nous sommes atterrées que l’État français en soit complice. »

En réaction à leur détention à l’aéroport d’Erbil, cinq personnes ont voulu entamé une grève de la faim, elles ont été expulsé de force.

Pour toute autre question, le groupe de la délégation se tient volontiers à votre disposition par courriel à l’adresse del4peace chez protonmail.com. Des entretiens directs avec les participants des différents pays et les français expulsés sont également possibles.

Le 13 juin 2021, Erbil, Kurdistan du Sud

Délégation pour la paix et la liberté au Kurdistan

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici