L’Allemagne était au courant des liens de l’État turc avec la mafia et les djihadistes en Syrie

0
1042
BERLIN – L’historien et journaliste Nick Brauns a déclaré que les relations de l’État turc avec la mafia et les djihadistes sont connues des pays occidentaux, dont l’Allemagne, après les récentes révélations de Sedat Peker. (Les Kurdes également le savaient puisqu’ils étaient les premières victimes de la collusion État-mafia en Turquie.)
 
Brauns est l’un des chercheurs allemands qui suit de près les développements en Turquie et au Kurdistan. Il a produit de nombreux livres, articles et recherches sur les relations de l’État allemand avec la Turquie et le Kurdistan. Brauns s’est entretenu avec l’agence ANF au sujet des allégations du mafieux turc Sedat Peker concernant les crimes de guerre de la Turquie, la livraison d’armes à des mercenaires djihadistes en Syrie et le commerce du pétrole avec DAECH.
 
« Les allégations de Peker ont été fréquemment exprimées par les médias kurdes, le HDP et d’autres politiciens de l’opposition, et des journalistes tels que Can Dündar. Ce qui est nouveau, c’est qu’un membre de l’État profond turc qui a été impliqué dans nombre de ces affaires confirme les relations corrompues au sein de la Etat. » a déclaré Brauns avant d’ajouter que les pays occidentaux et les puissances internationales étaient déjà conscients de l’implication de l’État turc dans les relations criminelles.
 
« L’administration russe a déclaré à Erdogan qu’elle avait préparé un rapport détaillé sur le commerce du pétrole avec l’Etat islamique en Syrie », a-t-il ajouté.
 
Si ce n’était pas sérieux, Dundar n’aurait pas été protégé par l’Allemagne
 
Brauns a déclaré que les allégations de Peker avaient déjà été publiées dans les médias grand public en Europe. « Cependant, c’est un développement nouveau et important que ces crimes, qui étaient auparavant couverts par les médias kurdes et socialistes, soient également présentés dans les médias grand public aujourd’hui.
 
Contrairement aux médias grand public, il n’y a pas de réaction du côté des politiciens des pays occidentaux. Les événements révélés par Pekin étaient déjà connus des gouvernements allemands et européens depuis longtemps. L’Allemagne a pris au sérieux les événements exprimés par les journalistes de l’opposition en Turquie et a protégé un journaliste comme Can Dündar, jugé « terroriste » par la Turquie pour avoir enquêté sur les armes envoyées en Syrie. C’est pourquoi je tiens à souligner à nouveau que le gouvernement allemand est conscient depuis longtemps des relations de l’État avec les groupes mafieux et les djihadistes», a déclaré Brauns.
 
L’opposition turque devrait agir
 
« Pour autant que je sache, le HDP essaie de lancer une campagne avec d’autres partis socialistes. Cependant, il n’y a aucun mouvement du principal parti d’opposition CHP et du parti Iyi. Meral Akşener, chef du parti Iyi, était un ancien ministre de l’Intérieur et a également participé au réseau de relations décrit par Peker », a ajouté Brauns.
 
Brauns a fait valoir que l’Allemagne gardera le silence tant que l’opposition en Turquie ne prendra pas de mesures contre le régime criminel. « Il doit y avoir une raison pour que l’Allemagne, qui est déjà consciente de ces relations sales, agisse, et je pense que cette raison peut être créée par les campagnes et les mouvements de réaction de l’opposition en Turquie. Il en va de même pour les autres puissances occidentales. »
 
L’État profond ne concerne pas uniquement la Turquie
 
Brauns a déclaré qu’une voix forte qui pourrait s’élever contre les structures mafieuses en Turquie sera soutenue par l’Allemagne puisque la structure mafieuse de l’État est également un grand danger pour l’Allemagne. « Le trafic de drogue basé en Turquie s’étend à l’Allemagne et ces djihadistes armés représentent un grand danger pour la sécurité de l’Allemagne. Il y a quelque chose que nous ne devons pas oublier ; l’État profond n’est pas seulement répandu en Turquie. Sans aucun doute, cette structure a émergé pendant l’Empire ottoman, et elle a été protégée par des alliances secrètes et des putschistes. Par exemple, Abdullah Öcalan a évalué le mécanisme de coup d’État en Turquie et il parle souvent de la tradition du coup d’État. Cette structure, appelée Gladio, a des racines à l’étranger et a été construite par l’OTAN dans les années 1950 », a poursuivi Brauns.
 
A la fin des années 1990 et l’OTAN a établi de nouvelles structures Gladio
 
Après la guerre froide, Gladio au sein de l’OTAN est devenu incontrôlable à la fin des années 1990 et l’OTAN a établi de nouvelles structures Gladio. L’historien et journaliste allemand a déclaré que les nouvelles structures sont appelées « Gladio-B » ou « Gladio vert ». Il a affirmé que des mouvements tels que les Gülenistes et Milli Görüş en Turquie sont soutenus par ces nouvelles structures.
 
Pour Brauns, le régime d’Erdogan, que les experts qualifient de « régime bonapartiste », change constamment de partenaire et oblige ses opposants à s’affronter pour survivre. « Maintenant, Erdogan essaie d’éliminer les soi-disant forces eurasiennes et de se rapprocher à nouveau de l’Europe et des États-Unis », a-t-il déclaré.
 
« Sedat Peker ne mène pas une guerre personnelle et il peut y avoir différentes forces derrière lui. Toutes ses allégations sont la manifestation d’une lutte pour le pouvoir », a conclu Brauns.
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici