AccueilMoyen-OrientSyrieSedat Peker confirme le transfert d'armes turques aux djihadistes syriens

Sedat Peker confirme le transfert d’armes turques aux djihadistes syriens

Dans sa huitième vidéo de ce dimanche, un parrain de la mafia turque Sedat Peker a attiré l’attention des Turcs vers le transfert illicite d’armes turques à des groupes djihadistes en Syrie et le système de commerce illégal contrôlé par les services de renseignement turcs (MIT).
 
«Ouvrons la première boîte de Pandore. De quoi avez-vous besoin pour faire du commerce en Syrie? Vous allez à M. Metin Kıratlı, le directeur présidentiel des affaires administratives de la Külliye,» a déclaré Peker dans sa 8e vidéo.
 
Külliye, ou «campus», est le nom que le président turc Recep Tayyip Erdoğan utilise pour son complexe présidentiel.
 
« Pétrole brut de contrebande, thé, sucre, aluminium, cuivre, voitures d’occasion… Cela représente des milliards de dollars, d’énormes sommes d’argent », a déclaré Peker.
 
L’approbation de Kıratlı donnerait aux passeurs potentiels une audience avec MT Group, a déclaré Peker, où ils feraient appel à Murat Sancak, un proche allié d’Erdoğan et l’héritier du principal constructeur de véhicules militaires de Turquie BMC, et Ramazan Öztürk, le fils du membre du conseil d’administration de BMC Talip Öztürk.
 
«Une fois que vous les avez passés, vous pouvez aller voir le responsable des finances d’Al Nosra, Abu Abdurrahman. Il passe parfois par Abu Sheima. C’est ainsi que le commerce fonctionne maintenant», a déclaré Peker.
 
Peker a déclaré que Berat Albayrak, le gendre d’Erdoğan et ancien ministre des Finances qui n’a pas été vu en public depuis sa démission controversée en novembre de l’année dernière, se cachait dans une maison que Murat Sancak possède dans le district de Beylikdüzü, à l’ouest d’Istanbul.
 
Répondant aux commentaires d’Erdoğan mercredi selon lesquels des criminels seraient amenés dans le pays et remis aux tribunaux, Peker a dit: «Est-ce que je changerais la vérité, Frère Tayyip? Si je fais partie d’un complot international, alors dans la prochaine vidéo, je vais m’asseoir avec frère Tayyip et en tant que frère, je parlerai.
 
J’étais là quand tu n’avais aucun pouvoir. Aucun d’eux n’était là», a déclaré le mafieux, s’adressant à Erdoğan.
 
Peker a donné des détails sur l’incident des camions MİT, au cours duquel les services de renseignement turcs ont été surpris en train de transporter des armes à des djihadistes syriens sous couvert d’aide humanitaire à la population turkmène du nord-ouest de la Syrie.
 
« Des drones, des radios suffisent pour tous les combattants là-bas, des gilets pare-balles, ceci, cela, des camions pleins… Nous avons imaginé ce projet et nous avons parlé avec un de nos amis législateurs. Il a pris l’idée et l’a transmise aux endroits nécessaires. Ensuite, ils ont dit qu’ils nous donneraient des camions supplémentaires, pour voyager à côté des nôtres » a déclaré Peker.
 
Peker a déclaré qu’il y avait eu un envoi d’aide humanitaire, promu comme tel sous le nom du mafieux lui-même, puis d’autres camions avaient été ajoutés à son convoi.
 
«Nous ne savions pas ce qu’il y avait dans les véhicules», a déclaré Peker, avant de se corriger immédiatement. « Quand je dis que nous ne savions pas, je veux dire qu’il y avait des armes, je ne suis pas un enfant naïf. »
 
L’organisation n’a pas été gérée par le service national de renseignement MİT, comme l’ont rapporté les médias d’opposition, a déclaré Peker.
 
Selon le patron de la mafia, les transferts d’armes ont été organisés par SADAT, une société de conseil en défense appartenant à un ancien conseiller à la sécurité d’Erdoğan.
 
«Il n’y a eu aucun traitement, aucun enregistrement», a déclaré Peker. «J’ai tout acheté avec mon propre argent, sauf ceux-là, mais tout est sous mon nom.»
 
Peker a déclaré que ses hommes avaient apporté de l’aide aux Turkmènes en Syrie, qui avaient renvoyé des vidéos le remerciant. « Dans l’une des vidéos, un homme parlait arabe », a-t-il déclaré. « Ensuite, nos amis turkmènes ont dit que les hommes étaient avec Al Nusra. D’autres ont confirmé que la cargaison allait à Al Nosra. Oui, à travers moi. Je suis sincère. Mais je ne les ai pas envoyés, SADAT l’a fait. »
 
La huitième vidéo de Peker intervient le jour du sixième anniversaire du journal turc Cumhuriyet qui avait diffusé des images de fouilles menées sur des camions qui appartenant au MİT, transportant d’au moins 1000 obus de mortier, 1000 obus d’artillerie et plus de 80 000 cartouches de munitions de divers calibres.
 
Les perquisitions elles-mêmes ont été menées en novembre 2013 et janvier 2014 par les forces de gendarmerie près de la frontière syrienne, dans la province d’Adana.
 
Suite aux fuites de Cumhuriyet, le rédacteur en chef du journal de l’époque, le journaliste vétéran Can Dündar, a été accusé d’espionnage et arrêté pendant plusieurs mois. En octobre de l’année dernière, un tribunal a saisi tous les biens de Dündar, qui vit en exil en Allemagne depuis sa sortie de prison. En décembre, le journaliste a été condamné à 27 ans de prison.
 
En Syrie, la Turquie continue de soutenir al Nosra, rebaptisée depuis Hayat Tahrir al Sham (HTS). Le groupe a lancé une campagne militaire l’année dernière contre ses rivaux islamistes dans la province d’Idlib contrôlée par les rebelles, a rapporté Voice of America à l’époque.
 
« Prenez soin de vous et gardez-moi dans vos prières, mes frères. Même si vous êtes provoqué, pour l’amour d’Allah, ne descendez jamais dans la rue. Ne laissez personne vous manipuler », a déclaré Peker à la fin de sa vidéo. 
 
Peker a déjà parlé de provocations, mettant en garde contre les personnes à l’esprit nationaliste participant aux troubles sociaux.
 
« Ils intimideront les gens, disant que le pays est sur le point de sombrer dans le chaos», a poursuivi Peker avec ses avertissements. «Ensuite, les gars de l’État profond ont leurs hommes parmi les organisations terroristes, ceux-ci entreront en jeu. Ils gâcheront même les bonnes choses. Ne faites pas ça! »
 
SADAT a publié un démenti en réponse aux allégations de Peker.
 
«Nous appelons les calomniateurs à prouver leurs fausses déclarations et à remettre les documents dont ils disposent aux procureurs. Peker admet avoir vendu des armes à des groupes terroristes; cependant, notre société n’a aucun rapport avec les armes livrées par Peker à des groupes terroristes,» a déclaré SADAT.
 
SADAT n’a «jamais travaillé à quelque titre que ce soit avec des groupes en Syrie», a déclaré la société. Ahval
 
La Turquie a déjà été accusée de soutenir les organisations terroristes en Syrie, celles notamment en guerre contre les Kurdes du Rojava.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici