La Turquie commet un ethnocide contre les Yézidis d’Afrin

0
603
SYRIE / ROJAVA – Islamisation forcée, kidnappings, meurtres, viols… depuis l’occupation du canton d’Afrin par la Turquie et des gangs islamistes, en 2018, la population yézidie d’Afrin a été particulièrement visée par les massacres et les expulsions, dans la continuité du génocide commencé à Shengal par DAECH.
 
Juste après le début de la révolution au Rojava le 19 juillet 2012, le village yézidi de Qestel Cindo a été attaqué par des milices islamistes à Afrin. Lorsque l’armée turque est entrée à Afrin le 20 janvier 2018, le village est redevenu la cible d’attaques. Malgré toutes les attaques, les Yézidis d’Afrin se sont organisés dans tous les domaines de la vie depuis le début de la révolution du Rojava et ont fait partie du gouvernement autonome démocratique.
 
Au cours de l’attaque de la Turquie en violation du droit international et sous l’occupation qui a suivi, il y a eu à nouveau d’innombrables attaques contre les colonies et les sites religieux des Yézidis, les structures démocratiques qu’ils avaient construites et la population yézidie dans son ensemble. En installant des familles de miliciens djihadistes d’autres régions de la Syrie ou de l’étranger, l’État turc change la démographie de la région. Des mosquées et des colonies pour les djihadistes et leurs familles se développent dans les villages yézidis.
 
En 2018, le nombre de Yézidis à Afrin était encore d’environ 25000, mais aujourd’hui seuls 2000 membres de cette communauté vivent dans la région. Ils sont exposés à la persécution ethnique et à la violence à motivation religieuse de la part des milices soutenues par l’État turc.
 
La violence des islamistes a contraint beaucoup de gens à fuir
 
Après la fin de l’Empire ottoman, la République turque a été impliquée à plusieurs reprises dans des massacres de Kurdes yézidis. Le nettoyage ethnique pendant l’occupation d’Afrin, qui avait déjà duré plus de trois ans, s’est accompagné d’une politique d’islamisation des yézidis et des alévis dans la région.
 
Mais les Yézidis d’Afrin ne sont pas seulement devenus une cible de l’Etat turc depuis le début de l’occupation. Juste après le début de la révolution en 2012, la Turquie a utilisé les milices de la soi-disant «armée syrienne libre» (ASL / FSA) pour attaquer les villages yézidis.
 
Au début de la guerre civile syrienne, 30 000 à 35 000 Yézidis vivaient à Afrin et 5 000 autres à Alep. La guerre a également marqué le début de la promotion des groupes djihadistes par la Turquie et d’autres États de la région. La violence des islamistes contre ceux d’autres confessions a contraint de larges segments de la population yézidie à fuir vers l’Europe. L’un des premiers de ces actes de violence a été l’attaque par les milices de l’ASL d’Azaz dans le nord d’Alep contre le village yézidi de Qestel Cindo dans le district de Shera en octobre 2012. Elle a été suivie par d’autres attaques contre le village et d’autres endroits tels que Qitme. Le village de Êlî Kino a été complètement occupé en 2012-2013 et de nombreux Yézidis qui y vivaient ont été enlevés.
 
Les attaques contre les villages yézidis se sont poursuivies les années suivantes. L’attaque de la milice terroriste État islamique (EI) contre la région yézidie de Shengal dans le nord de l’Irak et les menaces incessantes des milices turques dans les régions autour d’Afrin ont poussé davantage de personnes à fuir vers l’Europe.
 
Cependant, une partie non négligeable de la population yézidie a insisté pour ne pas quitter leur patrie et construire leurs propres institutions dans le cadre de l’autonomie démocratique et de la préservation de l’identité yézidie.
 
Avec le début de l’invasion turque en janvier 2018, une grande partie de la population yézidie a été contrainte de fuir les villes. La majorité de ceux qui étaient initialement restés dans les villes ont également été forcés de fuir au cours de l’occupation en raison de politiques caractérisées par des massacres, des viols, des enlèvements et l’islamisation. L’Association yézidie d’Afrin, qui a été contrainte de déménager son siège dans la région voisine de Shehba en raison de l’occupation, estime le nombre de Yézidis restant à Afrin à environ 2 000.
 
Les milices soutenues par la Turquie menacent les Yézidis de génocide
 
Au début de l’invasion, la première attaque était à nouveau dirigée contre le village de Qestel Cindo, qui était également la première cible des milices de l’ASL dans les premières heures de la révolution du Rojava. La milice «Armée nationale syrienne» (ANS / SNA), construite par la Turquie, a menacé la population yézidie des villages autour de Shera et Sherawa, faisant référence au génocide commis par l’EI en Irak: « Nous ferons à Afrin ce que nous avons fait à Shengal. »
 
L’ancien président de l’Association yézidie d’Afrin, Süleyman Cafer, raconte ses expériences peu avant l’invasion: «Environ quatre jours avant, nous étions assis devant le centre de l’association lorsqu’un groupe de femmes est passé.« Nous avons toutes du poison sur nous. Si les djihadistes viennent à Afrin, nous nous enlèverons la vie. Nous ne permettrons pas que la même chose nous arrive comme ce qui est arrivé aux femmes de Shengal», nous ont-elles dit. La Turquie et ses milices ne sont pas différentes de l’EI. Beaucoup parmi eux étaient des combattants de l’EI auparavant. Tous les commandants étaient avec l’EI. Tout comme l’EI a attaqué la population yézidie à Shengal parce qu’ils étaient des « infidèles », ils ont attaqué Afrin sous le slogan « Nous allons détruire les infidèles. »
 
D’innombrables lieux saints ont été détruits
 
Au cours des attaques généralisées et de l’occupation qui a suivi, d’innombrables sites sacrés de la foi yézidie ont été détruits. Le 26 janvier 2018, une frappe aérienne turque a transformé le temple d’Ain Dara, vieux de 3300 ans, en un champ de gravats. Avant l’invasion, il y avait 19 lieux saints yézidis dans la région d’Afrin. Cinq de ces sites et deux cimetières ont été pillés et complètement détruits. De nombreux autres sites ont été dévastés et les arbres à souhaits typiques de la foi yézidie ont été abattus.
 
Le complexe du temple d’Ain Dara détruit par la Turquie
 
Le centre de l’Association des Yézidis fondée en 2013 a été miné et détruit par les occupants en juin 2018. Dans l’explosion, la statue historique de Zarathoustra qui y était conservée a également été complètement détruite. D’innombrables livres de la foi yézidie avaient été rassemblés au centre. Après la destruction, une école coranique de la milice a été construite sur le même site.
 
Le plus grand cimetière yézidi de Syrie sur le mont Şex Berkêt (Cheikh Barakat) à Dar Taizzah a été pillé et remplacé par une base militaire turque. Dans le cadre de cette reconstruction, toutes les preuves de la foi yézidie ont été supprimées et remplacées par des symboles islamiques.
 
La foi musulmane est imposée aux Yézidis
 
Depuis le début de l’occupation, au moins 13 civils yézidis ont été tués et 42 enlevés à Afrin. Onze des personnes enlevées étaient des femmes. Aucune information n’a été fournie sur le sort d’Afiyet Cuma, 35 ans, et de Sedika Ibo, 32 ans, depuis leur enlèvement du village de Qitme par des miliciens en octobre 2019. Omer Şemo, 66 ans, a été exécuté par des miliciens des coups de feu après avoir refusé de se convertir à l’islam.
 
Le 21 mars 2021, la « société salafiste Ebadullah » (« les amis d’Allah ») a envahi le village de Qibar. Le groupe, composé de 15 personnes, dont des ressortissants syriens, est resté dans les maisons de 23 résidents yézidis pendant environ deux semaines dans le but de les convertir de force à l’islam, selon des sources du village. Pendant le ramadan, les maisons de divers villages yézidis ont été visitées par des miliciens en uniforme de l’EI et les habitants ont été invités à observer le jeûne.
 
A Afrin, des règles similaires à celles introduites par l’EI dans son ancienne «capitale» Raqqa s’appliquent sous l’occupation. Il est interdit aux femmes de quitter la maison sans voile noir. Les enfants doivent fréquenter les madrasas, explique l’actuel coprésident du groupe de défense des yézidis, Suat Huso.
 
La démographie et la culture de la région changées
 
Au cours de l’occupation, qui a duré plus de trois ans, l’État turc a installé plus de 450 000 personnes à Afrin en provenance d’autres régions de la Syrie, ainsi que d’autres pays. Beaucoup d’entre eux sont des djihadistes et leurs familles. Ainsi, la démographie de la région autrefois multiethnique a été considérablement modifiée. Les djihadistes étaient également installés dans les villages yézidis. Les traces de la culture yézidie et kurde ont dû céder la place aux mosquées et aux écoles coraniques.
 
Avant l’occupation, 90% des habitants de Qestel Cindo étaient des Yézidis, tandis que les autres habitants étaient des Kurdes musulmans. Sur 450 familles yézidies, il ne reste aujourd’hui que 25 familles dans le village, la plupart âgées. Trois maisons de familles yézidies ont depuis été converties en mosquées.
 
Comme dans tous les autres villages anciennement yézidis, plusieurs maisons du village de Shadire ont été converties en mosquées. Seule une poignée de familles yézidies vivent encore dans le village, où l’État turc réinstalle des personnes du bastion islamiste d’Idlib. À côté de Shadire, une colonie de 96 maisons est en cours de construction pour les proches des djihadistes décédés.
 
Certains villages subissent une pression particulière
 
Les villages de Baflûnê à Shera) et Basûfane à Sherawa subissent une pression particulièrement forte de la part des occupants. Sur les 3 500 habitants yézidis de Basûfane, il n’en reste aujourd’hui que 200. L’armée turque a établi une base dans le village et a initialement installé des mercenaires de la milice «Faylaq-al-Sham». Récemment, des membres du Front al-Nosra dérivé d’al-Qaïda s’y sont également installés. Selon les rapports, l’armée turque prévoit de coloniser entièrement le village avec des membres de Nosra et leurs familles en raison de sa proximité avec le canton de Shehba, qui est toujours sous le contrôle de l’administration autonome.
 
En octobre 2020, les miliciens Faylaq-al-Sham ont commencé à construire une mosquée à Basûfanê. Après des manifestations mondiales, la construction a été interrompue, mais au moins trois anciennes maisons ont été converties en mosquées et les enfants yézidis restants continuent d’être contraints de fréquenter les mosquées.
 
Une situation similaire existe dans le village de Baflûnê, dont toute la population a été contrainte de fuir en raison des bombardements intenses lors de l’invasion. Le village et un camp adjacent de 70 huttes sont désormais habités par des mercenaires des groupes Furqat al-Hamza, Ahrar al-Sharqiya et Ahrar al-Sham. Les résidents d’origine se voient refuser le retour et, encore une fois, certaines des maisons ont été converties en mosquées.
 
«Aujourd’hui, ce sont les petits-fils des Ottomans qui nous chassent»
 
Suleyman Cafer souligne la continuité historique de la violence contre les Yézidis, en disant: «Alors que les 72 premiers génocides contre la communauté yézidie ont été perpétrés par l’Empire ottoman, ce sont aujourd’hui« les petits-enfants des Ottomans »qui massacrent et expulsent les Yézidis. Pas une seule œuvre historique appartenant à la culture kurde n’est restée à Afrin. Tous ont été emmenés en Turquie. De plus, les lieux saints ont été détruits. Je pense qu’Erdoğan sortira bientôt des livres et des cartes disant: « Afrin appartient aux Turcs, il n’y a rien de kurde ici. » La situation des Kurdes et des Yézidis à Afrin est actuellement très mauvaise. La Turquie ne veut pas qu’un seul Yézidi reste à Afrin. Parce que, comme le disait Abdullah Öcalan: «S’il n’y a plus de Yézidis, alors la culture kurde n’existera plus».
L’Etat turc a détruit tous les lieux historiques et saints des Yézidis et des mosquées sont en cours de construction dans les villages yézidis. Des vêtements religieux islamiques sont imposés aux enfants et aux femmes yézidis, et tous les yézidis sont forcés de se convertir à l’islam. L’humanité doit enfin élever la voix contre cela. Il doit rompre son silence. La Turquie a occupé Afrin et tente de transformer une zone kurde en zone turque. Pour cela, il mène une politique génocidaire contre les Yézidis et les Kurdes. Chacun doit faire entendre sa voix contre cette politique. La Turquie doit se retirer d’Afrin, de Serêkaniyê et de toute la Syrie. L’humanité doit enfin élever la voix contre cela. »
 
ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici