« La Turquie cherche à étendre la guerre dans toutes les régions du Kurdistan »

0
404
Le président honoraire du Parti démocratique des peuples (HDP), Ertugrul Kurkçu, a déclaré qu’à travers ses attaques contre les bases du PKK dans la région autonome kurde d’Irak, l’État turc cherche à remporter une victoire supérieure à sa capacité, ajoutant que: « L’arène de la résistance se développe techniquement ou opérationnellement. »
 
L’État turc occupant poursuit ses attaques contre les bases de la guérilla kurde depuis le 23 avril, au milieu de la résistance héroïque des combattants des Forces de défense du peuple (HPG) et des Unités des femmes libres (YJA STAR), branches armées du PKK, tandis que l’armée d’occupation turque recourt à des technologies de pointe après avoir échoué à avancer sur terre.
 
Dans la deuxième partie de l’entretien que l’agence de presse ANHA a eu avec le président honoraire du Parti démocratique des peuples (HDP), Ertugrul Kurkçu a évoqué les attaques de l’occupation turque contre les zones de légitime défense, les déclarations du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et de l’Union des communautés du Kurdistan (KCK), en plus des opérations militaires menées par les combattants kurdes contre les attaques de l’armée d’occupation turque, et l’effet de ces attaques sur le Moyen-Orient.
 
Depuis le 23 avril, l’armée d’occupation turque lance des attaques continues contre les zones de légitime défense, en utilisant ses techniques les plus avancées. Que pensez-vous de cette attaque et de la résistance de la guérilla?
 
E. K. Au cours de la période récente, l’État turc a exercé une grande pression et une répression sur les masses, dans le but d’éliminer la lutte du peuple kurde à l’intérieur du territoire turc. Cependant, de nombreux facteurs et causes ont obligé la Turquie à abandonner ces méthodes, y compris la situation internationale en général, ainsi que les développements au Moyen-Orient, la situation générale en Syrie, le vide de pouvoir en Irak, ainsi que de nombreux autres développements, parmi lesquels celles liées aux capacités militaires et de combat de l’armée turque, mais en échange et pour trouver une solution à ce problème dans le nord du Kurdistan, elle a commencé à intervenir et à viser le reste du Kurdistan, et à œuvrer pour répandre la guerre dans toutes les régions du Kurdistan, considérant cette stratégie appropriée.
 
« L’Etat turc cherche à mettre fin à l’opération militaire le plus tôt possible »
 
E. K. De cette manière, l’État turc a confirmé les soupçons du peuple kurde. Le Kurdistan est divisé en quatre parties, mais son destin est commun, et dans le but de résoudre le problème du Kurdistan du Nord, une opération militaire a commencé dans le sud et au Rojava; ainsi, nous sommes confrontés à une nouvelle guerre visant tous les Kurdes, et d’autre part des situations militaires ambiguës et peu claires émergent, alors que d’autres forces participent à la guerre, en plus des forces armées turques.
 
La Turquie cherche à contrôler les endroits où elle n’a pas le droit de se trouver. Elle est en conflit avec tous les pays (voisins), elle cherche donc à mettre fin à l’opération militaire le plus tôt possible, mais en raison de l’escalade de la résistance, tous ses plans ont échoué.
 
« La Turquie cherche à se venger de la défaite de Gara »
 
E. K. L’État turc cherche à compenser la défaite qu’il a subie à Gara et à restaurer la confiance du peuple. Il a désespérément besoin de remporter quelques victoires, et la stratégie qu’elle a suivie depuis le début n’était ni légitime ni juste.
 
Ces attaques impliquent des cibles qui dépassent ses capacités et ses énergies, car les capacités techniques peuvent réaliser des gains immédiats, limités et temporaires, mais cela oblige la force attaquée à utiliser les mêmes technologies, et ici certaines pratiques de duplication ont commencé à attirer l’attention sur la Turquie.
 
Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) et les dirigeants du Syndicat des communautés du Kurdistan ont décrit cette guerre «la dernière guerre», que signifie la dernière guerre?
 
E. K. En fait, certains d’entre nous ne sont pas en mesure de connaître cette position, comme le savent ceux qui mènent la guerre, mais ces déclarations indiquent l’importance des situations.
 
Mon examen de ces déclarations est le suivant: ils souhaitent dire: « Si vous voulez lancer une attaque suffisamment forte pour exterminer notre résistance, alors vous devez affronter la population civile. Nous mobiliserons tout le monde, nos capacités. » La raison est d’évaluer la nouvelle étape qui a émergé avec les opérations d’Amed, Şirnak; et Urfa, et je vois que les techniques choisies nous démontrent l’importance et la sensibilité de la situation.
 
Certaines voix déclarent que cette guerre ne vise pas seulement le peuple kurde, mais le reste du Moyen-Orient. La guerre entre l’État turc et le PKK s’étend sur des décennies. Quelle est l’importance de la lutte et de la résistance du PKK au Moyen-Orient? Qu’est-ce que l’État turc cherche à réaliser au Moyen-Orient?
 
E. K. Désormais, la Turquie aspire à réaliser des projets au-delà de ses capacités et cherche avant tout à piller les zones qu’elle occupe à la fois en Syrie et en Irak, au Rojava, au Kurdistan du Sud.
 
Puisque sa stratégie est basée sur l’occupation, il est illogique de dire qu’elle veut quitter les zones qu’elle occupe. Cette guerre ne vise pas uniquement les Kurdes; c’est une guerre contre les gouvernements de la région.
 
« La cible est l’entité kurde »
 
E. K. Quels que soient les moyens et les forces de résistance, le principal problème est l’entité kurde, alors les Kurdes finiront-ils par devenir un peuple libre? Sur le terrain, il y a un mouvement qui a su raviver les grands espoirs et rêves de sa société. Il est devenu une force tangible.
 
Les Kurdes agissent et se déplacent selon les demandes du public, et il ne fait aucun doute que cette question n’aurait pas été réalisée sans une avant-garde, et ce rôle a été atteint grâce à Ocalan et le PKK.
 
Ce mouvement atteindra de grands résultats à la fin, et la deuxième chose est que la lutte actuelle comprend des objectifs historiques, et ces objectifs ne sont pas seulement liés au peuple kurde, mais plutôt, à travers la réalisation de la démocratie dans la région en général, il créerait une nouvelle entité.
 
« Si la situation continue comme elle est, la guerre s’intensifiera »
 
Récemment, des opérations ont été menées contre les bases militaires d’Amed, Urfa et Şirnak, et malgré tout cela, le Gouvernement de la Justice et du Développement (AKP) agit comme si de rien n’était. Qu’est-ce qui attend la Turquie à l’avenir?
 
Les responsables d’État ont tenté, par la guerre psychologique, de dissimuler les opérations militaires à Amed, Urfa et Şirnak, et ont tenté de faire croire que ces opérations étaient menées avec des drones; cependant, la question est très grave, car dans notre situation actuelle, nous avons atteint un stade avancé sur le plan militaire.
 
Je suis triste que ce soit la cause d’une escalade de la guerre, car de grandes pertes humaines se produiront dans la région dans laquelle nous vivons si les politiciens ne transforment pas le cours de la politique des affrontements en négociations.
 
« L’État a poussé la guerre hors des frontières de la Turquie »
 
La Turquie souffre de nombreux conflits, y a-t-il donc une chance pour la paix?
 
E. K. Même si une telle opportunité n’existe pas actuellement, elle doit être trouvée. Qu’a fait le gouvernement? L’action du gouvernement de gérer et de diriger les affrontements à l’extérieur des frontières de la Turquie a ouvert la voie à des impacts négatifs directs sur la vie quotidienne des personnes vivant en Turquie. L’autre point est qu’autrefois il utilisait des soldats, mais maintenant il s’appuie davantage sur ses forces aériennes, ce qui a conduit à une diminution des pertes humaines.
 
Actuellement, des facteurs nouveaux et tangibles sont apparus qui nous poussent à parler de paix. Il y a des indications qu’après l’évolution de la guerre vers la guerre aérienne, nous entrons dans une nouvelle phase d’affrontements, et cette étape se poursuivra, et je pense que le gouvernement tentera dans un premier temps de répondre à cette question, et il s’efforcera de dégénérer cette étape. Sur cette question, il est urgent d’avancer vers la paix.
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici