L’État turc vacille sous les aveux d’un parrain de la mafia

0
977
TURQUIE / BAKUR – Sedat Peker, figure de la mafia turque, fait sensation en Turquie depuis des semaines avec ses vidéos YouTube dans lesquelles il accuse également le ministre de l’Intérieur en place Süleyman Soylu de liens avec le crime organisé. Faisant référence à l’ancien ministre de l’Intérieur Mehmet Ağar, Peker a affirmé dans sa dernière vidéo qu’Agar avait également été impliqué dans les meurtres des journalistes Uğur Mumcu et Kutlu Adalı tués dans les années 1990. En outre, Ağar et un fils de l’ancien Premier ministre Binali Yıldırım avaient des liens avec le trafic international de drogue, a déclaré Peker. Il n’y a aucune preuve à l’appui des allégations. Le représentant turc de Reporters sans frontières, Erol Önderoğlu, demande une enquête concernant les accusations de Peker.
 
Jusqu’à présent, Sedat Peker s’en est pris – entre autre – à l’actuel ministre turc de l’intérieur Suleyman Soylu à travers une affaire de trafic de drogue entre la Colombie et la Turquie, à Berat Albayrak, le gendre du président Erdogan, qui fut ministre des finances de 2018 à 2020, mais aussi à Mehmet Agar, un ancien ministre turc de l’intérieur, accusé d’avoir été le chef de l’État profond et qu’il est impliqué dans le meurtre du journaliste Ugur Mumcu et des hommes d’affaire kurdes dans les années 1990.
 
« Savaş Buldan et ses amis ont été tués par ceux qui dirigeaient l’État »

Concernant l’enlèvement et meurtre des hommes d’affaire kurdes dans les années 1990, la politicienne kurde, Pervin Buldan, dont le mari Savaş Buldan fut kidnappé et tué en 1994 à Istanbul, a déclaré que « Savaş Buldan et ses amis ont été tués par ceux qui dirigeaient l’État. »
 

Dans une vidéo publiée aujourd’hui, le parrain de la mafia turque Sedat Peker a accusé l’ancien chef de la police et ministre de l’Intérieur Mehmet Ağar de meurtres non résolus d’hommes d’affaires kurdes dans les années 1990. Entre autres, Peker a nommé Behçet Cantürk et Savaş Buldan. Ce dernier était le mari de la coprésidente du HDP Pervin Buldan et a été enlevé par des personnes en uniforme de la police le 3 juin 1994, avec ses amis Adnan Yıldırım et Hacı Karay alors qu’ils quittaient un hôtel à Istanbul. Un jour plus tard, les corps des trois hommes ont été retrouvés dans la ville de Bolu, à 270 kilomètres de là. Buldan et ses amis avaient été torturés et abattus par balles. De nombreuses brûlures couvraient leur corps et, à certains endroits, la peau s’était décollée.

Quelques heures seulement après la sortie de la nouvelle vidéo de Peker, il a été annoncé dimanche que le « procès JITEM d’Ankara » serait rouvert. Une cour d’appel d’Ankara a annulé les acquittements de dix-neuf accusés dans le procès pour les « disparitions » de 19 politiciens, avocats, hommes d’affaires et fonctionnaires kurdes entre 1993 et ​​1996, dont Savaş Buldan, et ordonné un nouveau procès. Parmi les accusés se trouve Mehmet Ağar, qui avait démissionné de son poste de ministre de l’Intérieur en 1996 à la suite du scandale de Susurluk. À cette époque, un accident de la circulation près de Susurluk avait révélé une coopération entre l’État turc et le crime organisé.

« Nous le disons depuis des années et maintenant encore: Savaş Buldan et ses amis ont été tués par ceux qui dirigeaient l’Etat », a déclaré Pervin Buldan, annonçant une action en justice pour voir les assassins de son mari traduits en justice. Ceux-ci avaient été acquittés lors d’un «procès-spectacle», a-t-elle déclaré, «maintenant nous revenons au début». Buldan avait donné naissance à une fille le jour où son mari avait été assassiné. Zelal Buldan n’a jamais connu son père. Pour marquer l’anniversaire de sa mort, elle a sorti son documentaire «À propos de mon père: la catharsis» en 2020. (ANF)

* Qu’est-ce que le JITEM?

JITEM (service de renseignements et antiterrorisme de la gendarmerie) a été actif dans le conflit kurde en Turquie. Après le scandale de Susurluk, les anciens premiers ministres Bülent Ecevit et Mesut Yılmaz ont confirmé l’existence de JITEM.
Selon Murat Belge de l’Université Bilgi d’Istanbul, qui a rapporté avoir été torturé en 1971 par son fondateur, Veli Küçük, JITEM est une incarnation de l’Etat profond. En d’autres termes, il est utilisé par « l’Establishment » pour faire respecter des intérêts nationaux présumés, ainsi que par l’aile militaire de l’Ergenekon, une organisation nationaliste turque clandestine. En 2008, les dénégations officielles de l’existence de JITEM ont commencé à s’effondrer devant les tribunaux, comme en témoignent les anciens membres de l’appareil de sécurité « d’État profond » turc qui ont participé à des activités secrètes et illégales au cours des dernières décennies dans le cadre de l’enquête Ergenekon. (Wikipedia)
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici