Une Commission américaine bipartite appelle à la reconnaissance officielle du Rojava

0
278
SYRIE / ROJAVA – Un petit soutien aux Kurdes du Rojava assiégés de toute part. Dans son rapport annuel 2021, la Commission américaine pour la liberté religieuse internationale (USCIRF a appelé le gouvernement américain à reconnaître officiellement l’Administration autonome de la Syrie du Nord et de l’Est (AANES) en tant que gouvernement local légitime.
 
L’USCIRF* est une commission bipartite créée en 1998 qui surveille les conditions de la liberté de religion dans d’autres pays.
 
Les membres de l’USCIRF ont précédemment exprimé leur soutien à la reconnaissance de l’AANES dirigée par les Kurdes syriens et leurs alliés arabes. Lors d’une visite en octobre 2020 à titre individuel à l’AANES, la vice-présidente d’alors, Nadine Maenza, a déclaré que «les États-Unis devraient suivre nos recommandations pour donner une reconnaissance politique à l’administration autonome du nord et de l’est de la Syrie, lever les sanctions sur la zone qu’ils gouverner et faire pression sur la Turquie pour qu’elle se retire.
 
Les recommandations de l’USCIRF concernant l’administration autonome ont augmenté et sont devenues plus spécifiques au fil des ans; l’AANES a été mentionnée pour la première fois dans le rapport 2019 de l’USCIRF dans lequel elle a appelé à l’inclusion de «représentants de l’administration autonome de la Syrie à majorité kurde dans le nord-est de la Syrie» dans les pourparlers de paix parrainés par l’ONU.
 
Bien que le rapport 2020 de l’USCIRF n’ait pas spécifiquement appelé à une reconnaissance politique, il a appelé à un engagement diplomatique supplémentaire avec l’AANES et à un soutien continu via des ONG et d’autres partenaires internationaux, et à la Turquie de fournir un calendrier concret de son retrait de Syrie et d’arrêter et nettoyage ethnique »dans les régions qu’elle occupe.
 
Le rapport 2021 est sans précédent dans sa langue, recommandant que le gouvernement américain «reconnaisse l’AANES comme un gouvernement local légitime et élargisse en conséquence l’engagement des États-Unis avec ses institutions», ajoutant que le gouvernement devrait également lever les sanctions contre la Syrie dans toutes les zones contrôlées par l’AANES. et insister sur l’inclusion de l’AANES dans les pourparlers de paix internationaux à l’ONU concernant la résolution 2254 du Conseil de sécurité de l’ONU, qui appelle à une solution politique à la crise en Syrie.
 
Il s’agit du premier exemple d’une entité politique aux États-Unis appelant officiellement à la reconnaissance de l’administration autonome syrienne. Bien que de nombreux responsables, y compris le représentant républicain Ralph Abraham, le sénateur démocrate et vétéran de la guerre en Irak Tammy Duckworth, et l’ ancien chef du commandement central américain, le général Joseph Votel, ont appelé à un plus grand soutien des Kurdes syriens, des FDS et à une pression sur la Turquie, c’est c’est la première fois qu’une commission gouvernementale a demandé à Washington une reconnaissance officielle.
 
Meghan Bodette, chercheuse en affaires kurdes basée aux États-Unis, a déclaré à North Press que la plus grande réussite du rapport est sa recommandation pour «l’imposition de sanctions aux acteurs responsables de violations des droits de l’homme dans les régions de Syrie occupées par la Turquie», ajoutant que face à des preuves indéniables de persécution des minorités religieuses et ethniques et d’autres groupes vulnérables dans ces zones, «punir les auteurs enverrait un message clair que ce comportement doit cesser et aiderait à ouvrir la voie à une action plus audacieuse sur la question des zones occupées.»
 
 
*Le Commission des États-Unis sur la liberté de religion internationale (USCIRF) est une commission du gouvernement fédéral américain créée par le Loi sur la liberté religieuse internationale (IRFA) de 1998. Les commissaires de l’USCIRF sont nommés par le président et les dirigeants des deux partis politiques au Sénat et à la Chambre des représentants. Les principales responsabilités de l’USCIRF consistent à examiner les faits et les circonstances des violations des Liberté de religion au niveau international et de faire des recommandations politiques au Président, le secrétaire d’État, et le Congrès.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici