Les femmes kurdes recueillent 235 727 signatures pour la campagne « 100 raisons de juger Erdoğan »

1
459
EUROPE – Le Mouvement des femmes kurdes en Europe (TJK-E) a recueilli 235 727 signatures pour la campagne «100 raisons de poursuivre le dictateur».
 
TJK-E a lancé la campagne «100 raisons de poursuivre le dictateur» le 25 novembre, Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes. La campagne a présenté une centaine de femmes assassinées sous le gouvernement d’Erdoğan. Le mouvement des femmes s’était fixé comme objectif de recueillir 100 000 signatures d’ici le 8 mars, Journée internationale de lutte pour les droits des femmes. Les premiers résultats de la campagne ont été présentés vendredi à Zurich.
 
Outre les militantes du TJK-E, des représentantes de l’association alévie FEDA, de la campagne «Women Defend Rojava», du PYD, du PDA, de Ni Una Menos, du FIST et d’autres groupes se sont joints à la conférence de presse au centre culturel kurde de Zurich. Comme l’a expliqué Neslihan Kılıç au nom du Mouvement des femmes kurdes, 235 727 signatures ont été collectées dans le monde dans le cadre de la campagne. L’objectif fixé a donc été largement dépassé.
 
« Erdoğan doit recevoir sa juste punition »
 
Les signatures recueillies pour la condamnation d’Erdogan doivent maintenant être présentées à l’ONU et à d’autres institutions internationales. Le TJK-E a déclaré: « Avec ses déclarations, décrets et décisions politiques sexistes, le dictateur Erdoğan est directement responsable des crimes commis contre la société et en particulier contre les femmes et les enfants en Turquie, au Kurdistan du Nord, au Rojava et au nord-est de la Syrie, au Kurdistan du Sud, Shengal et Maxmur. Par conséquent, en vertu du droit international, il doit être inculpé de meurtre, de torture, de privation de liberté et de viol. Selon le droit international, il existe de nombreuses raisons pour que le dictateur Erdogan soit jugé pour crimes contre l’humanité et génocide. Il se cache toujours derrière son bureau de président de la Turquie, mais les gens du monde entier le voient comme un dictateur dont le temps est écoulé et qui doit recevoir sa juste punition. »
 
Le Mouvement des femmes kurdes a également souligné la montée de la violence contre les femmes et la répression massive en Turquie et a ajouté: « C’est une honte pour l’histoire humaine et la justice que les tribunaux internationaux aient enquêté sur les massacres, les meurtres, les viols et les arrestations de milliers de politiciens, les universitaires, les journalistes et les militants ne font que regarder. Cela équivaut à de la complicité. »
 
Deuxième étape de la campagne
 
Dans la deuxième étape de sa campagne, le TJK-E veut poursuivre la bataille juridique. Les demandes appropriées à cet effet doivent être soumises à l’ONU. « Nous continuerons d’être la voix de toutes les femmes et d’exiger des comptes pour les crimes commis. Dans le même temps, nous lutterons pour que le féminicide soit qualifié de crime contre l’humanité au niveau international. »
 
Le mouvement des femmes fixe deux priorités pour la deuxième étape de la campagne: la punition des responsables des meurtres politiques des trois révolutionnaires kurdes Sakine Cansız, Fidan Doğan et Leyla Şaylemez le 9 janvier 2013 à Paris et la lutte pour les femmes enlevées, violées et assassinées pendant l’occupation turque à Afrin.
 

1 COMMENTAIRE

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici