TURQUIE. Le HDP invite des observateurs internationaux à assister au procès « Kobanê »

0
525
TURQUIE / BAKUR – Les coprésidents du parti HDP, menacé de fermeture par le régime turc pour avoir demandé la résolution pacifique de la question kurde, appellent les observateurs internationaux à assister au procès « Kobanê » intenté contre de nombreux membres du HDP qui se tiendra à Ankara le 26 avril 2021. (Des informations techniques sont données ci-dessous.)
 
Cette affaire cruciale qui met en cause les anciens coprésidents du HDP, Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdag, ainsi que de nombreux élus et dirigeants anciens et actuels du parti, est utilisée par la régime d’Erdogan pour éradiquer le HDP et bannir ses dirigeants du champ politique. Malgré le contexte difficile dû à la pandémie, nous pensons qu’il est très important de manifester sa solidarité avec le HDP en acceptant son invitation.
 
« Madame, Monsieur,
 
Nous vous écrivons pour vous demander si vous accepteriez de jouer le rôle d’observateur dans une affaire cruciale pour l’avenir de notre parti et de la démocratie en Turquie, l’ « affaire Kobanê », qui sera jugée le 26 avril 2021 à Ankara.
 
Le HDP est actuellement confronté à deux opérations judiciaires de grande envergure organisées par le gouvernement AKP. La première est la procédure de fermeture contre le HDP lancée récemment par le procureur de la Cour de cassation, un procureur qui avait été nommé par le président turc Recep Tayyip Erdoğan en juin 2020. L’affaire sera entendue par la Cour constitutionnelle, dont les membres sont principalement des juges nommés par le groupe majoritaire AKP-MHP au parlement.
 
L’autre procédure, connue sous le nom d' »affaire Kobanê », a été introduite contre 108 personnes, dont les anciens coprésidents du HDP – M. Selahattin Demirtaş et Mme Figen Yüksekdağ -, la coprésidente actuelle Mme Pervin Buldan, ainsi que des députés et maires du HDP, actuels et anciens, tous membres du comité exécutif central du HDP en 2014. Cette affaire a été lancée comme une contre-attaque du gouvernement turc, deux semaines seulement après que la Grande Chambre de la Cour européenne des Droits de l’Homme ait rendu son arrêt définitif et exigé la libération immédiate de Selahattin Demirtaş. L’acte d’accusation de cette affaire demande plus de 15 000 ans de prison rien que pour Selahattin Demirtaş. L’affaire, cruciale en elle-même, est utilisée par le gouvernement pour bannir le HDP et éliminer ses dirigeants et ses cadres du champ politique.
 
L’acte d’accusation reproche au HDP un message Twitter posté le 6 octobre 2014 qui appelait à des manifestations de solidarité avec les habitants de Kobanê, une ville kurde du nord de la Syrie, qui luttait à l’époque contre les attaques de l’EI et l’embargo de la Turquie. Au moins 37 personnes ont été tuées pendant les manifestations, dont la grande majorité étaient des partisans du HDP tués par des tirs de la police turque. Le HDP a jusqu’à présent déposé de nombreuses propositions visant à créer une commission parlementaire chargée d’enquêter sur les manifestations, mettre à jour la vérité et trouver les instigateurs de la violence et les meurtriers. Mais toutes ces propositions ont été rejetées par l’alliance AKP-MHP au pouvoir au parlement. Jusqu’à présent, aucun officier de police turc n’a été effectivement poursuivi, aucune enquête n’a été menée sur les responsables de la mort des partisans du HDP. Ajoutant l’insulte à l’injure, le gouvernement utilise aujourd’hui, c’est-à-dire plus de six ans après les manifestations, un système judiciaire totalement politisé afin de punir le HDP pour le meurtre de ses propres partisans. Alors que le président Erdoğan accuse depuis longtemps les dirigeants du HDP d’avoir incité à la violence en appelant aux manifestations, la Grande Chambre de la Cour européenne des Droits de l’Homme a souligné, dans son arrêt du 22 décembre 2020, que les appels du HDP à manifester pour Kobanê « restaient dans les limites du discours politique, dans la mesure où ils ne peuvent être interprétés comme un appel à la violence ».
 
Au nom du HDP, nous appelons la communauté internationale, les avocats, les élus, les partis politiques et toutes les personnes et institutions concernées par la vie démocratique en Turquie – à observer la première audience de l’affaire Kobanê le 26 avril 2021 à Ankara. Veuillez consulter le document d’information technique ci-joint sur la procédure d’observation de l’audience à Ankara. Nos avocats et notre équipe des affaires étrangères organiseront une réunion d’information après l’affaire et un dîner de travail le jour de l’audience. Votre présence à l’audience fera certainement la différence et sera très appréciée en ces temps difficiles pour notre parti et notre peuple. »
 
Pervin Buldan et Mithat Sancar
Co-présidents du HDP
 
___________
INFORMATIONS TECHNIQUES
 
Afin de pouvoir accéder à la salle d’audience, veuillez vous adresser à Adalet Bakanlığı Dış İlişkiler ve Avrupa Birliği Genel Müdürlüğü (Direction générale des relations étrangères du ministère de la Justice).
 
Vous ou votre ambassade à Ankara pouvez envoyer un e-mail à l’adresse uhdigm@adalet.gov.tr pour recevoir une accréditation. Les numéros de fax et de téléphone de la Direction générale sont les suivants:
Fax : 0090 312 219 45 23
Téléphone : 0090 312 414 80 51
 
N’hésitez pas à nous contacter (international@hdp.org.tr) si vous avez des questions ou si vous avez besoin de d’assistance pour les dispositions nécessaires à l’observation de l’audience à Ankara.
 
Via le Conseil Démocratique Kurde en France (CDK-F)

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici