LYON. Rassemblement de soutien au peuple kurde le 20 mars

0
880
LYON – Alors que la Turquie mène une guerre d’invasion au Kurdistan du Sud et au Rojava, les amis des Kurdes se mobilisent pour alerter la communauté internationale face au danger que la Turquie présente au Moyen-Orient (mais aussi en Afrique, en Méditerranée orientale et dans le Caucase du Sud).
 
La Coordination Lyonnaise Solidarité Kurdistan (CLSK) appelle à un rassemblement le samedi 20 mars, à 15 heures, pour dénoncer la guerre génocidaire que la Turquie livre aux Kurdes sur le front syrien et irakien.
 
Voici l’appel de la CLSK:
 
« Depuis plusieurs semaines Erdogan multiplie les agressions militaires en Syrie et en Irak. Si les kurdes sont les premiers visés, le pouvoir turc cherche à éradiquer toute forme de résistance et d’autonomie politique démocratique à ses frontières. Cet expansionnisme guerrier est à replacer dans le cadre de la visée politique de Recep Tayyip Erdoğan qui est d’aller le plus loin possible dans la restauration de d’un Empire ottoman dont il se rêve le nouveau sultan.

En Turquie la répression contre toutes les formes d’opposition n’a elle jamais cessé. Dernier acte en date la nomination d’un administrateur aux ordres à la tête de l’Université du Bosphore qui suscite en réaction une résistance courageuse de la part des étudiants et professeurs.

Le Rojava est en danger 

Depuis maintenant plusieurs semaines le ROJAVA subit les assauts des supplétifs islamistes de l’armée Turque au nord-ouest de la ville kurde d’Ain Issa.

Si les FDS résistent pour le moment à ces assauts, l’ensemble du ROJAVA est sous la menace prochaine d’une intervention directe et massive de l’armée Turque qui d’ores et déjà amasse des troupes et véhicules le long de l’autoroute M4.

Le régime syrien en profite de son côté pour tenter de reprendre l’avantage dans la région en multipliant les provocations et affrontements avec les forces kurdes au sein des villes d’Hasaka et de Qamishlo. Dans le même temps DAESH ressurgit à Deir ez-Zor et dans les zones d’occupation Turque et multiplent les attaques.

En Turquie la répression continue plus que jamais

En Turquie, l’Etat continue de persécuter les journalistes indépendants et les députés HDP. 79 journalistes [majoritairement des kurdes] ont encore été arrêtés en Turquie en 2020 et 24 d’entre eux ont été emprisonnés. Quatre demandes de levée des immunités parlementaires ont encore récemment visés les députés Ömer Faruk Gergerlioğlu, Ömer Oclan, Nusrettin Maçin et Remziye Tosun. Et, faut-il le rappeler, notre camarade et ami, Tuna altinel est toujours privé de ses mouvements par le refus de lui remettre son passeport malgré son acquittement définitif.

Enfin ces jours-ci, Erdoğan a décidé de mettre au pas l’université Boğaziçi (université du Bosphore). Située sur la rive européenne du détroit, cette université prestigieuse est réputée pour la défense de la démocratie en son sein et le respect de la multiculturalité, dont profitent en particulier, mais pas uniquement, les étudiantes et étudiants kurdes. Elle s’est vu imposer la nomination par Erdoğan d’un nouveau recteur membre de l’AKP. Dans le cadre de ce qu’il appelle une « réforme totale de l’enseignement », c’est-à-dire une mise au pas du système éducatif (6000 enseignants ont déjà été radiés depuis 2016) le dictateur, sur 27 des derniers recteurs promus, en a nommés 20 par décret (alors qu’ils devraient être cooptés par leurs pairs) tous membres de l’AKP.

Face à cette volonté de mise au pas, étudiants et professeurs ont exprimé leur refus par des pétitions et manifestations, manifestations qui se poursuivent encore aujourd’hui. Depuis le 6 janvier, ce sont plus de 160 étudiants qui ont été arrêtés alors que le MHP (parti de l’extrême droite nationaliste allié d’Erdogan) appelle à « écraser » la protestation…

En Irak, l’armée turque mène une guerre d’invasion

En Irak, depuis plusieurs semaines maintenant, la Turquie se livre à des bombardements criminels sur la région yézidie de Sinjar. Parallèlement l’armée turque mène une véritable guerre d’invasion visant le Kurdistan irakien, en menant des opérations aériennes et terrestres contre les bases militaires du PKK à Garê. Dans cette nouvelle guerre sale Erdogan n’a pas hésité a employé des gazs chimiques.

Plus que jamais les kurdes et toutes les forces progressistes et révolutionnaires ont besoin de la solidarité internationale.

Nous appelons à un rassemblement

le samedi 20 mars

à 15h00

Place Bellecour

69002 – Lyon »

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici