KURDISTAN: « Le Croissant Fertile » où notre civilisation est née, mais aujourd’hui détruite, principalement par la Turquie

0
780

La Mésopotamie, le pays entre deux fleuves, où notre civilisation est née il y a plusieurs milliers d’années, n’a peut-être pas encore livré tout ses secrets qui risquent d’être détruits à jamais à cause d’incessantes guerres que les États colonialistes de la région mènent contre les Kurdes notamment.

Un site kurde vient de publier un article écrit en 1969 par le journaliste et auteur américain Harry G. Nickles, sous le titre de « KURDISTAN – « Le Croissant Fertile/Or »… un pays où la civilisation est née autrefois, mais aujourd’hui détruite au-delà de toute reconnaissance, principalement par les [actions] turques ».

Voici la traduction de l’article de Harry G. Nickles:
 
LA NOURRITURE QUI A LANCÉ LA CIVILISATION

Au nord de la ville moderne de Bagdad commence le Kurdistan, une région vallonnée et herbeuse d’Irak, d’Iran et de Turquie au climat agréable et frais. Elle ne possède que peu de villes modernes importantes ou de ruines spectaculaires ; ses paysans mènent une vie qui, depuis des siècles, n’a guère changé. Mais historiquement, le Kurdistan est dans une classe à part. Ce qui rend la région unique, c’est un événement ancien dans l’histoire de l’alimentation et de l’humanité : la domestication des plantes et des animaux. Selon toutes les preuves archéologiques disponibles, c’est ici que cette grande réalisation a eu lieu pour la première fois. Il a donné à l’homme son premier approvisionnement alimentaire fiable et gérable, et il a fourni les bases sur lesquelles s’est construite toute la civilisation : villages, villes, nations, empires, écriture, littérature, droit, science.
 
Personne ne sait à quoi ressemblaient ces premiers fermiers du Kurdistan, quelle était la couleur de leur visage ou quel genre de langue ils parlaient. Ils ont été oubliés des milliers d’années avant le début de l’histoire et ne sont connus aujourd’hui que par les maigres restes trouvés sous les monticules de débris, appelés « tell », qui parsèment le Moyen-Orient. Mais les vieux os, les fragments d’outils et les graines révèlent que ces hommes et ces femmes ont détourné l’humanité de la dépendance totale aux dons accidentels de la nature pour contrôler les sources de nourriture.
 
Pendant des centaines de milliers d’années après l’apparition des hommes sur terre, la façon dont ils obtenaient leur nourriture n’a pratiquement pas changé. Ils vivaient en petits groupes, mangeant ce que la nature leur offrait. Les femmes et les enfants cueillaient des fruits, des noix et des graines, déterraient des racines et ramassaient du gibier qui se déplaçait lentement, comme les tortues et les escargots. Les hommes chassaient presque tous les animaux qu’ils pouvaient tuer. Parfois, ils mangeaient bien, mais la faim était un danger permanent. Lorsque le groupe a mangé toute sa nourriture naturelle dans une localité, il est passé à autre chose.
 
Très progressivement, sur des dizaines de milliers d’années, les techniques de recherche de nourriture de l’homme se sont améliorées. Il a conçu de meilleurs outils et de meilleures armes, chassé plus habilement, appris à utiliser le feu et à mieux utiliser les aliments végétaux sauvages. Vers 9000 avant J.-C., certains groupes ont appris à vivre assez bien sans errer continuellement. Cela ne pouvait se faire que dans les régions favorisées de la terre, et l’un de ces jardins d’Eden naturels se trouvait dans ce qui est aujourd’hui le nord de l’Irak, où des moutons sauvages parcouraient les plaines et où plusieurs sortes d’herbes grossières – les ancêtres du blé et de l’orge modernes – produisaient des têtes de graines comestibles.
 
Ce n’est donc pas un hasard si les moutons et le blé – deux aliments de base du Moyen-Orient moderne – ont été apprivoisés les premiers. Dans les deux cas, le processus a été lent, car les peuples primitifs sont obstinément coservateurs. La plupart des experts pensent que les moutons ont été la première source de nourriture contrôlée par l’homme et que leur domestication est le résultat d’une chasse systématique. À intervalles réguliers, les hommes et les garçons se mettaient en rang, criant et agitant leurs bras pour conduire les moutons sauvages dans des endroits étroits des collines où ils pouvaient être facilement appelés. L’étape suivante consistait à enfermer les animaux capturés dans un ravin escarpé, avec une clôture en travers de la bouche.
 
Pendant des siècles, peut-être pendant un millier d’années ou deux, l’élevage de ces moutons a été un jeu de hasard, et la plupart des moutons captifs étaient mangés lorsque l’hiver arrivait. Finalement, probablement pendant les hivers particulièrement doux, quelques moutons ont été gardés en vie jusqu’au printemps, paissant quand il y avait de l’herbe, nourris avec du foin stocké quand il n’y en avait pas. De cette façon, ils commençaient à se reproduire en captivité et devenaient progressivement des moutons domestiques. Les animaux les plus forts et les moins tractables ont peut-être été tués en premier, la race est donc devenue de plus en plus apprivoisée. Enfin, les moutons autrefois sauvages étaient suffisamment apprivoisés pour paître paisiblement en troupeaux, sans tenter de s’échapper.
 
L’acquisition de moutons domestiqués a entraîné un changement radical dans l’alimentation et le mode de vie de l’homme. Les troupeaux produisaient plus de viande que les moutons sauvages et l’approvisionnement était plus fiable. Les gens ne se retrouvaient plus sans viande lorsque quelques chasses échouaient.
 
La culture des plantes était encore plus importante, car elle fournissait une abondance de nourriture inconnue jusqu’alors, et surtout, elle permettait aux hommes de vivre dans des établissements permanents. Cet exploit a peut-être été accompli pour la première fois par les femmes, et son premier triomphe a été le blé, qui pousse encore à l’état sauvage au Kurdistan et qui est récolté selon l’ancienne méthode de collecte de nourriture. Le Tiriticum Dicoccoides, l’ancêtre de presque tout le blé cultivé, pousse le mieux sur les hautes terres humides entre 2000 et 4300 pieds d’altitude. Un champ de Tiriticum Dicoccoides ressemble plutôt à un mince peuplement de blé domestiqué, mais il existe des différences importantes. Les épis du blé sauvage sont plus courts et les grains plus petits, et chaque grain est étroitement enfermé dans son enveloppe grattée. Lorsqu’un épi mûrit, ses grains ont tendance à se détacher de la tige centrale, pour être dispersés par le vent ou les animaux.
 
Au début, les femmes cueillaient le blé sauvage simplement en cassant les épis ou en enlevant les grains. Plus tard, elles utilisaient des faucilles en bois ou en os serties de petits silex, qui permettaient de couper plusieurs tiges à la fois. On a retrouvé dans la région d’anciennes faucilles dont les silex sont polis juste après le polissage des bords, il y a des millénaires, par les particules de silice contenues dans la paille de blé.
 
La cueillette du blé sauvage, même avec une faucille astucieusement fabriquée, n’est pas de l’agriculture. Mais peu à peu, les femmes se sont rendues compte qu’il était possible d’augmenter leur offre de blé en plantant une partie du grain qu’elles avaient récolté dans des endroits où le blé sauvage ne poussait pas naturellement. Elles ont peut-être eu cette idée radicale en observant que les grains humides germaient souvent, formant de petites plantes vertes comme celles qu’elles voyaient pousser à l’état sauvage.
 
N’importe qui peut deviner à quoi ressemblaient ces premiers champs cultivés. Peut-être les femmes ont-elles d’abord semé la graine dans des endroits où les inondations avaient recouvert le sol de limon nu, ou peut-être ont-elles cherché des plaques de gazon fin et les ont-elles bêchées en quelque sorte avec leurs bâtonnets à racines. Dans un cas comme dans l’autre, les graines poussent bien si elles sont plantées plus bas, dans des plaines et des contreforts plus fertiles.
 
Les premiers approvisionnements alimentaires contrôlés de l’homme, les moutons et le blé, sont devenus la base d’une vie véritablement agricole. Dès que les moutons étaient assez dociles pour être conduits au pâturage le matin et ramenés en sécurité la nuit, ils pouvaient parcourir une zone considérable, retournant et nourrissant la viande de l’herbe et des mauvaises herbes abondantes que l’estomac humain ne pouvait pas digérer. Le blé était encore plus précieux, en partie parce qu’il rendait la nourriture abondante, mais aussi parce qu’il permettait de stocker la nourriture pendant longtemps. Deux ou trois acres de bonnes terres plantées en blé pouvaient, avec un peu de chance, fournir la majeure partie de la nourriture d’une famille pendant un an. Un village de plusieurs centaines de personnes pouvait vivre de ses moutons et de son blé et ne jamais s’éloigner de plus d’un kilomètre de son centre.
 
Ce n’était pas aussi simple que cela, bien sûr. Toute la terre n’était pas bonne et on savait peu de choses sur la façon de la maintenir productive. De plus, il fallait penser à la défense des villages prospèrent grâce aux animaux domestiques et au blé ; un village de fermiers bien nourris risquait d’être pillé par des chasseurs nomades affamés. Le plus célèbre d’entre eux est Jarmo, fouillé pour la première fois en 1948 par une expédition de l’Université de Chicago dirigée par Robert J. Braidwood.
 
Le tell Jarmo est un terrain bas situé dans les contreforts du nord de l’Irak, à l’est de la ville pétrolière de Kirkuk. Comme beaucoup d’autres monticules du Moyen-Orient, il est constitué de boue mélangée aux débris des villages successifs construits sur son site. Braidwood a trouvé au moins 15 niveaux distincts, chacun représentant un stade de développement quelque peu différent. Dans le niveau le plus profond, 25 pieds plus bas, il a trouvé la culture la plus ancienne et la plus primitive de toutes, un village qui avait à peine atteint le mode de vie agricole. Il a été construit vers 6800 avant J.-C. Dans un sens, on peut dire que cette date marque le début de la lente progression de l’homme vers la civilisation.
 
Le Jarmo d’origine comptait environ 30 maisons sur trois hectares. Il y avait peut-être quelque chose comme 200 habitants, et c’étaient certainement des agriculteurs. De nombreux os de moutons ont été retrouvés dans ce qui devait être autrefois un tas d’ordures désagréable à fouiller, et une grande partie d’entre eux étaient des animaux d’un an. Il s’agit d’un âge probable pour l’abattage des moutons domestiques, mais c’est un résultat peu probable de la chasse, qui fait venir des animaux de tous âges.
 
Le blé de Jarmo présentait un grand inconvénient du point de vue de la ménagère primitive : l’enveloppe qui enveloppait chaque grain était rugueuse et dure, difficile à retirer du grain. Les paysans modernes pilent le blé dans un mortier et enlèvent les enveloppes, et les femmes de Jarmo faisaient probablement de même. Ce qu’elles ont fait ensuite est connu avec une certaine certitude. Elles placent le grain nettoyé sur des pierres courbes et évidées et le moulent en farine avec des pierres plus petites. De tels « moulins à selle » ont été utilisés pendant des milliers d’années avec peu de changements. Les premiers pains étaient cuits en fines galettes sur les pierres plates et noircies par le feu que l’on trouve sur de nombreux foyers anciens. Aujourd’hui encore, si vous entrez dans une maison de paysan du Kurdistan moderne, vous trouverez la femme de la maison qui fait un pain délicieux selon cette méthode vieille de 9 000 ans, bien qu’elle soit capable de le cuire sur des plaques de métal sur un petit feu plutôt que sur des pierres chaudes ; la civilisation – le mot-clé en jeu.
 
Les premiers habitants de Jarmo n’avaient pas de métal, bien sûr, et même pas de poterie, seulement des paniers et des bols en pierre. Il est peu probable qu’ils aient souvent mis leurs bols sur le feu, mais ils ont peut-être fait cuire des céréales dans de l’eau dans des dépressions bordées d’argile cuite, en les chauffant en ajoutant des pierres chaudes jusqu’à ce qu’elles bouillent. Le produit était probablement une bouillie insuffisamment cuite. On a peut-être aussi ajouté de la viande, mais il aurait fallu beaucoup de patience et de nombreuses pierres chaudes pour l’attendrir beaucoup par ce genre d’ébullition. Le rôtissage sur charbon – une méthode de cuisson bien plus ancienne que l’agriculture – permettait d’obtenir un plat plus savoureux.
 
Bien au-dessus du niveau inférieur du monticule de Jarmo, la poterie apparaît, et avec elle, de nouvelles possibilités de cuisson. L’ébullition permettait de rendre la viande la plus tendre et de produire des soupes et des ragoûts satisfaisants. Le blé pouvait être transformé en bulgur au goût de noix en faisant bouillir les grains, comme on le fait encore au Moyen-Orient. Les racines dures pourraient être ramollies, ce qui enlèverait une lourde tâche aux dents humaines. Des fours en argile de type « ruche » apparaissent également aux niveaux supérieurs du monticule de Jarmo. Au début, ils ont peut-être servi à sécher ou à faire rôtir le blé, mais les mêmes fours pouvaient faire rôtir de la viande ou cuire du pain.
 
Les pois, les lentilles et d’autres cultures sont venus compléter le blé. Les chèvres ont été domestiquées peu après les moutons, mais les bovins et les porcs sont arrivés beaucoup plus tard. La cuisine de Jarmo n’aurait pas pu être élégante, mais à part le manque de poulet et de certains produits laitiers, elle ne différait pas beaucoup de la nourriture des villages paysans du Moyen-Orient d’aujourd’hui. En fait, les plats de base d’un repas typique dans un restaurant syrien de New York – ragoût de mouton, burghul et fines feuilles de pain – auraient pu être servis dans l’ancien Jarmo.
 
Le régime simple mais fiable à base de blé et de boutons a eu un effet profond sur la vie des premiers agriculteurs. Dans les premiers villages agricoles, tels que le Jarmo mound, les maisons se ressemblaient beaucoup ; il n’y avait pas d’ateliers identifiables ni de quartiers de luxe. Mais à mesure que l’agriculture s’est améliorée, elle a produit plus qu’assez de nourriture pour les fermiers, et ceux-ci ont commencé à troquer leurs surplus contre des biens produits par des non fermiers qui avaient des compétences particulières. Plus tard, les villages ont soutenu des potiers spécialisés qui produisaient des poteries bien meilleures que celles que les fermiers pouvaient faire pendant leur temps libre. D’autres spécialistes fabriquaient des outils en pierre, en os ou en bois de qualité supérieure, recevaient une part des surplus du village et formaient une classe croissante d’artisans qualifiés. D’autres encore, les précurseurs de la classe marchande, faisaient de longs voyages pour échanger les produits du village contre des choses qu’il n’avait pas, comme l’obsidienne pour fabriquer des couteaux tranchants.
 
Peu après le début de l’exploitation agricole, les agriculteurs ont été confrontés au problème épineux de savoir qui possédait quoi. Les chasseurs-cueilleurs n’ont généralement qu’une faible notion de la propriété. Ils possèdent leurs outils, leurs armes, leurs vêtements et leurs objets personnels, mais le territoire de chasse est partagé par tous de la même façon et l’abri est trop temporaire pour être considéré comme important. Les agriculteurs sont différents ; ils vivent dans des maisons permanentes et ils doivent savoir quelles terres cultiver et faire paître leurs animaux. Avec l’augmentation de la population, la loi et le gouvernement ont été appelés à régler les conflits relatifs aux droits fonciers et autres droits de propriété.
 
Les archéologues ne savent pas dans le détail quel type de gouvernement les agriculteurs ont d’abord mis en place. Au début, il était probablement assez informel ; la politique publique a peut-être été débattue devant l’ensemble de la communauté ou devant un conseil des anciens. Ailleurs au Moyen-Orient, les villages en sont venus à inclure dans leur centre ce qui semble être des locaux de temple. Les temples impliquent un sacerdoce établi, et lorsque les prêtres peuvent convaincre le peuple qu’ils ont de l’influence auprès des dieux, ils obtiennent rapidement à la fois des biens et du pouvoir. Ainsi, les premiers dirigeants des villages pourraient bien avoir été des prêtres-chefs qui ont accompli des rites mystérieux dans les temples et ont agi en tant que juges du peuple.
 
Les habitants des petits villages des collines du Kurdistan n’ont pas voyagé loin ni vite sur cette route vers la civilisation avancée. Ils ont rapidement acquis un mode de vie adapté à l’environnement et n’ont guère eu besoin de changer, mais leur population a fini par déborder les terres disponibles dans le pays des collines fraîches. Certains ont commencé à quitter les collines, et l’un des endroits où ils sont allés était la Mésopotamie, la plaine basse et plate du Tigre et de l’Euphrate qui constitue aujourd’hui le sud de l’Irak. Le climat y était chaud et les précipitations trop faibles pour permettre une culture fiable, mais vers 5500 avant J.-C., les pionniers des plaines ont appris à irriguer leurs champs avec l’eau détournée de petits affluents. Cette nouvelle technique a permis d’ouvrir un trésor de nourriture, et une population dense a commencé à se développer le long des vallées fluviales.
 
Une fois de plus, à ce stade de l’histoire du Moyen-Orient, les moyens d’obtenir de la nourriture ont favorisé de grands progrès dans la civilisation – des progrès qui, à première vue, semblent avoir très peu de rapport direct avec la nourriture elle-même. L’agriculture irriguée ne peut être pratiquée à grande échelle par des agriculteurs travaillant individuellement. La mise en place et l’entretien d’un réseau complexe de barrages, de vannes et de fossés exigent beaucoup d’hommes et un gouvernement fort a peut-être conservé sa démocratie primitive au début, mais bientôt une horde de fonctionnaires, religieux et laïques, a dominé les agriculteurs et revendiqué une grande partie de leurs récoltes. Ce sont ces gouvernements à grande échelle qui ont planifié et dirigé ce que même les ingénieurs modernes décriraient comme des travaux publics de grande envergure.
 
Le fardeau de cette bureaucratie basée sur l’agriculture n’était peut-être pas le bienvenu (sauf pour les bureaucrates), mais il a contribué à déclencher une autre avancée importante de la civilisation : l’invention de l’écriture. Et une fois de plus, cette nouvelle avancée a eu un grand rapport avec l’alimentation. Les fonctionnaires et les propriétaires terriens avaient besoin d’un moyen de suivre les loyers et les impôts – généralement payés en céréales – et ils ont progressivement développé un système de marques significatives gravées sur des tablettes d’argile. Les premières marques étaient des pictogrammes, des images simplifiées d’objets matériels. Elles étaient maladroites, mais elles ont ensuite évolué vers des signes purement conventionnels aussi efficaces que les lettres d’un alphabet.
 
L’écriture s’est avérée un outil puissant de civilisation. Les traditions, les lois et les documents ne dépendaient plus de la mémoire humaine. Ils pouvaient être écrits de façon permanente et des messages compliqués pouvaient être envoyés sans risque d’erreur. Des plans ont été décidés, engagés par écrit et respectés. Les dirigeants gouvernent efficacement à distance au moyen de règles et d’instructions écrites. La littérature écrite a commencé. Les personnes alphabétisées sont devenues une classe professionnelle et des écoles ont été fondées pour les former.
 
En 3000 avant J.-C., la Mésopotamie, alors appelée Sumérie ou Chaldée, était une terre très civilisée parsemée de villes entourées de murailles et couronnées de temples élaborés. Ses poètes ont écrit des épopées religieuses ; ses astronomes ont enregistré les mouvements des planètes. Ses artisans fabriquaient de belles choses en argent, en cuivre, en textile, en céramique et en or, et ses marchands les transportaient vers des terres lointaines. Avec les marchands ont voyagé les grandes idées sur lesquelles repose la civilisation : l’écriture, le gouvernement, le droit et une foule de technologies. Bien plus que l’Égypte, son premier rival, la Mésopotamie a influencé tous les peuples du monde antique. Les Hébreux y ont acquis une grande partie de leur culture, comme le symbolise l’histoire d’Abraham, qui a émigré d’Ur ou des Chaldéens. Les compétences et les idées mésopotamiennes se sont répandues en Grèce et à Rome à l’ouest, et en Inde et en Chine à l’est. Et tout cela est venu d’une révolution dans la façon dont l’homme obtenait sa nourriture – une révolution déclenchée par ces premiers agriculteurs qui apprivoisaient les moutons et le blé dans les collines du Moyen-Orient. »
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici