Un étudiant de l’université canadien de Carleton tenu en otage en Turquie

0
266
TURQUIE – L’étudiant de l’université de Carleton à Ottawa, Canada, Cihan Erdal est tenu en otage en Turquie depuis 5 mois. Il est accusé de « terrorisme » pour avoir dénoncé les attaques terroristes de DAECH visant la ville kurde de Kobanê et pour avoir été membre du parti politique HDP.
 
« La logique défie les accusations portées contre moi avec un acte d’accusation qui a été préparé sept ans plus tard, en particulier l’allégation selon laquelle « j’ai agi sur instructions » est une violence spirituelle extrêmement grave », dit Erdal.
 

Arrêté dans le cadre de l’enquête sur les manifestations de Kobanê en 2014, l’universitaire Cihan Erdal a écrit depuis la prison de Sincan à Ankara.

Lors d’une visite en Turquie, il a été arrêté le 25 septembre et placé en détention provisoire le 2 octobre avec 17 autres personnes.

Une nouvelle enquête a été lancée sur les protestations meurtrières dans les régions à majorité kurde où des dizaines de personnes, pour la plupart membres du Parti démocratique des peuples (HDP), ont été envoyées derrière les barreaux.

Quelque 108 personnes ont été accusées de 25 délits différents, dont « gestion d’une organisation terroriste » et « tentative de renversement de l’État ».

Erdal a brièvement écrit ce qui suit :

« Je suis candidat au doctorat au département de sociologie et d’anthropologie de l’université Carleton à Ottawa, au Canada.

Je travaille comme maître de conférences et assistant de recherche à l’université de Carleton depuis 2017.

En tant que jeune universitaire turc à l’Université Carleton, où j’étudie et travaille grâce à une bourse depuis 2017, j’ai essayé de représenter avec succès la société et la culture dans lesquelles j’ai grandi.

Mais vous avez peut-être entendu mon nom avec l’injustice que nous avons subie récemment. J’ai été arrêté le 25 septembre 2020 à Istanbul, où je suis venu rendre visite à ma famille, voir la naissance de mon neveu et poursuivre l’étude du terrain pour ma thèse de doctorat. Je suis détenu à la prison d’Ankara Sincan en tant qu’otage politique depuis 5 mois dans le cadre de l’affaire liée aux manifestations de Kobanê qui ont eu lieu du 6 au 8 octobre 2014.

Cette situation crée le risque de perdre ma recherche doctorale, que j’ai menée avec beaucoup d’efforts pendant quatre ans, et ma bourse. Avec des allégations et des motifs politiques totalement infondés et sans fondement, non seulement ma liberté individuelle et mon droit à l’éducation et au travail, mais aussi les normes et valeurs universelles du droit sont usurpés.

La décision de la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) concernant Selahattin Demirtaş datant du 22 décembre 2020, indique très certainement qu’il n’existe aucune preuve concrète qui puisse convaincre un observateur objectif et justifier notre arrestation. Bien qu’elle ait tenté d’être présentée comme une nouvelle affaire, la décision de la Grande Chambre de la Cour européenne des droits de l’homme concernant M. Demirtaş a exigé la fin de notre arrestation injuste et arbitraire sans qu’une nouvelle demande soit nécessaire.

Hormis la particularité de mon procès en raison d’une réunion à laquelle je n’ai pas assisté et d’une invitation que je n’ai pas partagée, en tant que personne qui s’est opposée aux prêcheurs de la violence dans toutes les divisions de la vie sans si ni mais, je dois dire que je trouve scandaleux pour le droit et la justice que je sois soumis à des accusations terrifiantes concernant un douloureux incident de violence.

Le fait que j’ai partagé un lien vers un journal qui a rapporté le cri douloureux d’un père kurde qui a perdu son fils soldat en 2015 et mon commentaire d’une phrase « Cette guerre n’est pas notre guerre » présenté comme « preuve » d’ « être un partisan d’une organisation terroriste » est non seulement un méfait contre moi et mes proches mais aussi contre l’avenir de mon pays.

Je n’ai jamais été en mesure de défendre la violence du PKK ou la violence de l’État contre les citoyens.

J’ai défendu le fait que les mots, les discussions, le dialogue, les négociations sont nos besoins fondamentaux pour notre siècle afin de créer un monde réellement différent du XXe siècle, qui a été une ère de violence.

Lorsque j’étais membre du parti de la gauche verte et du comité exécutif central du HDP, je croyais au potentiel de la politique consistant à « devenir un parti de la Turquie » pour mettre fin à la violence de manière radicale et radicale.

Une augmentation du nombre de citoyens qui s’entendent, se parlent et se comprennent aurait pu changer le destin du pays en faveur des pauvres, de ceux qui sont considérés comme excédentaires et de ceux qui sont ignorés.

Au cours des quatre dernières années, lorsque je me suis éloigné de la politique active pour me concentrer sur mes études universitaires au Canada, je n’ai pas quitté le langage de la non-violence, de la paix et de l’amour.

La logique qui défie les accusations portées contre moi avec un acte d’accusation préparé sept ans plus tard, en particulier l’allégation selon laquelle « j’ai agi sur instructions », est une violence spirituelle extrêmement grave.

En novembre dernier, nous avons entendu cette phrase du ministre de la justice Abdülhamit Gül : « Que justice soit faite, même si le monde périt. C’est ce que nous attendons des juges, des membres de l’appareil judiciaire ». Il est remarquable que cette ancienne maxime attribuée à Ferdinand Ier, le successeur de Charles Quint, soit aujourd’hui rappelée par les autorités. En fait, notre humble attente n’est ni le jour du jugement dernier ni la fin du monde ; c’est l’application des décisions de la Cour européenne des droits de l’homme et de la Cour constitutionnelle, qui est une obligation constitutionnelle.

J’espère vous voir en des jours libres. »

En septembre 2014, DAECH / ISIS, qui contrôlait alors un vaste territoire en Syrie, a lancé une offensive sur Kobanê, une ville kurde du nord de la Syrie, près de la frontière du pays avec la Turquie.

Fin septembre, un groupe de personnes s’est rendu à Suruç, une ville voisine de Kobanê, dans la ville à prédominance kurde d’Urfa, et a tenté de traverser la frontière. La police les en a empêchés, en utilisant des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc.

Des photos montrant des membres de DAECH en train de traverser la frontière syrienne ont été publiées les mêmes jours.

De plus, le président Recep Tayyip Erdoğan a fait des déclarations indiquant qu’ils assimilaient le PKK à DAECH. Alors que les blessés en provenance de Kobanê attendaient à la frontière, les blessés de DAECH étaient soignés dans des hôpitaux. Plusieurs articles de presse ont été publiés en Turquie, disant que « Kobanê est tombé ».

Après que le HDP ait lancé un appel à descendre dans la rue pour protester contre un éventuel massacre à Kobanê, des milliers de personnes ont manifesté dans les provinces kurdes ainsi qu’à Ankara et İstanbul. Si les partis de gauche ont également soutenu ces protestations, des décès sont également survenus avec le début des violences policières. Des conflits de rue ont suivi. 42 personnes ont perdu la vie entre le 6 et le 12 octobre 2014.

Selon un rapport de l’Association des droits de l’homme (İHD), 46 personnes sont mortes, 682 personnes ont été blessées et 323 personnes ont été arrêtées lors des manifestations qui se sont déroulées entre le 7 et le 12 septembre 2014. Selon l’Agence Anadolu, 31 personnes ont perdu la vie, 221 citoyens et 139 policiers ont été blessés.

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici