Les Kurdes du Royaume-Uni craignent de nouvelles persécutions alors qu’un duo pro-Erdogan va enquêter sur l’extrême gauche et l’extrême droite

0
184
John Woodcock avec deux membres du MHP
LONDRES – La communauté kurde vivant en Grande-Bretagne et les anciens volontaires des YPG qui ont combattu DAECH au Rojava craignent une nouvelle vague de persécution politique après qu’un duo pro-Erdogan ait été chargé de mener une enquête sur « l’extrême gauche et l’extrême droite ».

L’ancien député travailliste John Woodcock, surnommé « Jihadi John », qui siège maintenant à la Chambre des Lords sous le nom de Lord Walney, fera des recommandations au Premier ministre Boris Johnson et au ministre de l’intérieur Priti Patel après son examen.

L’annonce, faite dans le journal conservateur The Telegraph, a suscité des inquiétudes quant à une restriction des libertés civiles, M. Woodcock affirmant que le mouvement Black Lives Matter et d’autres organisations de campagne ont été « infiltrés » par l’extrême gauche.

Mais il est à craindre que les organisations kurdes et celles qui ont combattu aux côtés des forces kurdes dans le nord de la Syrie soient prises pour cible, par M. Woodcock, qui a été surnommé « Jihadi John » après avoir visité un camp de réfugiés connu pour ses liens présumés avec DAECH et son soutien aux guerres génocidaires du président Recep Tayyip Erdogan contre les Kurdes.

L’ancien député de Barrow a été condamné pour des commentaires qu’il a faits dans le journal turc progouvernemental Daily Sabah en 2017, dans lesquels il liait au terrorisme les unités de protection du peuple (YPG), qui luttent contre DAECH en Syrie.

M. Woodcock a fait enrager la communauté kurde en exhortant son parti de l’époque à faire plus pour soutenir le gouvernement turc dans sa lutte contre les forces mêmes qui menaient le combat contre les djihadistes lorsqu’ils massacraient les Kurdes au Rojava.

Le Young Labour – l’aile jeunesse du parti travailliste – l’a qualifié d’apologiste des crimes de guerre et lui a reproché de faire l’éloge du régime brutal d’Erdogan qu’il a qualifié de « pluraliste », « tolérant » et « progressiste ».

Le pair a été accueilli en Turquie par le Bosphorus Centre for Global Affairs, une société écran de propagande pro-gouvernementale dirigée par le beau-fils de M. Erdogan, Berat Albayrak, l’ancien ministre turc de l’énergie qui a montré que Wikileaks profitait des accords pétroliers avec DAECH.

Le Centre du Bosphore prétend être une ONG indépendante qui organise des événements et conteste les « fausses nouvelles » sur la Turquie.

Cependant, il fournit une propagande de « vérification des faits » pour le gouvernement du parti AKP de Turquie, avec des attaques contre le Parti démocratique des peuples (HDP), parti d’opposition, et nie que la liberté de la presse est gravement compromise dans un pays où un tiers des journalistes emprisonnés dans le monde sont incarcérés.

Un article fait l’éloge de M. Erdogan comme « le libérateur des opprimés », tandis qu’un autre affirme que les forces de sécurité turques n’ont pas aplati la ville de Sirnak en mars 2016 mais ont établi un « corridor de sécurité » permettant aux civils d’échapper aux terroristes séparatistes kurdes.

Les critiques affirment que la seule chose transparente à propos de l’organisation est son parti pris politique.

 

M. Woodcock a rencontré un certain nombre de personnalités du gouvernement lors de sa visite, mais le plus choquant est qu’il a posé pour des photos avec des parlementaires du Parti du mouvement nationaliste néofasciste (MHP), dont les jeunes membres distribuent des copies de Kampf d’Hitler et sont connus pour être notoirement antisémites.

Un ancien volontaire du MHP qui a souhaité rester anonyme par crainte de représailles a déclaré : « Nous regardons constamment par-dessus nos épaules, nous vivons constamment dans la peur. Beaucoup d’entre nous ont vu leurs maisons saccagées et leurs ordinateurs et téléphones portables confisqués.

Woodcock pense que nous sommes tous des terroristes et je suis sûr que cette révision va entraîner une augmentation du nombre d’entre nous qui seront attirés par les services de renseignement et d’autres raids sur ceux d’entre nous qui ont lutté contre DAECH. Jihadi John est la pire personne pour mener à bien cette révision. Cela aurait aussi bien pu être Erdogan lui-même ».

Les Kurdes ont longtemps averti que toute leur communauté était criminalisée, une situation qui a empiré lorsque la première ministre de l’époque, Theresa May, a fait l’éloge de M. Erdogan pour sa « lutte contre le terrorisme kurde » lors d’une visite d’Etat en 2018.

Au cours des dernières années, des volontaires des YPG ont été convoqués pour être interrogés, tandis que deux hommes qui avaient arboré le drapeau du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) lors d’une manifestation contre la guerre ont été arrêtés et traînés devant les tribunaux.

Ils ont été reconnus coupables de « port d’un article soutenant une organisation interdite » dans un verdict qui, selon l’avocat Ali Has, aurait « des implications profondes de la criminalisation de communautés plus larges ».

En août 2017, la police anti-terroriste a fait une descente au Centre communautaire kurde d’Edimbourg et aux adresses voisines, dans le cadre d’une enquête sur le soutien au PKK, considéré comme une organisation terroriste par la Grande-Bretagne.

Dans l’une des affaires les plus choquantes, quatre Kurdes – dont deux adolescents – ont été arrêtés à la suite de raids à l’aube par la police armée en décembre 2017 pour avoir vendu le journal Yeni Ozgur Politika – le même mois où M. Woodcock s’est rendu en Turquie.

Selon la police métropolitaine, ils ont été arrêtés parce qu’ils étaient soupçonnés de collecte de fonds pour le terrorisme, de blanchiment d’argent et de fraude.

Rosa Gilbert, porte-parole de la Campagne de solidarité avec le Kurdistan, a critiqué la décision de confier cette tâche à M. Woodcock, déclarant qu’étant donné le mandat, il devrait être lui-même inclus dans la revue.

« On devrait se poser de sérieuses questions sur l’aptitude de John Woodcock à enquêter sur l’extrémisme étant donné ses liens avec les groupes d’extrême droite turcs.

« Lors d’un voyage en Turquie financé par Bosphorus Global, une organisation ayant des liens avec le gendre du président qui a été accusé de profiter des accords pétroliers de DAECH, Woodcock a rencontré des membres du parti antisémite d’extrême droite MHP ayant des liens avérés avec le groupe paramilitaire fasciste des Loups gris.

Le signal de la main des Loups gris a été affiché lors de manifestations nationalistes turques en Grande-Bretagne et même sur des terrains de première ligue.

Étant donné les liens de Woodcock avec le régime turc qui aide et encourage les extrémistes en Syrie qui tuent des Kurdes, comment les Kurdes en Grande-Bretagne peuvent-ils avoir confiance en sa capacité à juger équitablement le concept d' »extrémisme » ? Toute étude sur l' »extrémisme » digne de ce nom inclurait sûrement Woodcock lui-même dans ses recherches », a-t-elle déclaré.

ANF

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici