« Les Kurdes de Syrie manquent cruellement de vrais amis »

0
527
SYRIE / ROJAVA – « La Russie et la Turquie tiennent entre leurs mains le sort de la ville stratégiquement importante du nord de la Syrie, Ain Issa, théoriquement contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) dominées par les Kurdes, mais supervisée par les Russes. Face à une éventuelle attaque des forces soutenues par la Turquie sous la forme de l’Armée syrienne libre (ASL / FSA) en raison d’une autoroute [M4) importante à proximité, les Kurdes ont demandé l’aide des Russes. Au lieu de cela, Moscou veut que les Kurdes remettent la ville à l’armée syrienne de Bashar Assad. Le résultat inévitable sera que les Kurdes seront trahis par des parties étrangères dans la guerre civile syrienne pour la deuxième fois en deux ans. Aussi tragique que cela soit, cependant, ce qui est plus important géostratégiquement, c’est la façon dont ce jeu d’échecs meurtrier illustre la relation compliquée entre Moscou et Ankara – parfois adversaires, d’autres fois partenaires. » (Extrait d’un long article écrit par Nikola Mikovic pour le site Arabnews)
 
Concernant le drame des Kurdes du Rojava ou d’autres parties du Kurdistan, on peut dire que les années passent et se ressemblent en drames en tout genre. En effet, cela fait un siècle que les Kurdes sont condamnés à vivre sous le jougs des Etats colonialistes turc, perse, arabe qui occupent le Kurdistan où ils sèment la terreur, tuent, chassent les Kurdes de leurs terres dans le but de changer la démographie du Kurdistan. Ils pillent et détruisent la nature et les richesses naturelles des Kurdes… Tout cela, sous le regard complice de la communauté internationale.
 
Certains vont nous rétorquer que les Kurdes résistent, au Rojava notamment. Mais à quel prix et surtout, comment vont-ils finir ? Rappelez-vous Afrin en 2018, Serekaniyê en 2019? Ce n’est pas parce que les Kurdes ont cessé de résister que ces villes du Rojava ont été envahies par la Turquie mais parce que la Russie et les Etats-Unis ont donné carte blanche à la Turquie, membre de l’OTAN, qui a utilisé ses avions et chars pour massacrer les populations civiles d’Afrin et Serekaniye, obligeant les forces kurdes à quitter ces régions.
 
Aujourd’hui, après l’invasion d’Afrin et de Serekaniyê par la Turquie, on assiste aux attaques quotidiennes des forces turco-jihadistes visant la ville d’Ain Issa et de l’autoroute M4 qui relie la région à Alep. L’invasion de la région semble imminente, malgré le courage des Kurdes et leurs alliés arabes. En effet, que peuvent-ils faire face aux avions et chars turcs? Implorer les puissances internationales pour qu’ils empêchent un nouveau carnage? Rien n’est moins sûr. Aux yeux de la Russie et des Etats-Unis, la vie des Kurdes n’a aucune valeur. Ils sont prêts a sacrifier les Kurdes et nous prier de nous habituer aux massacres et trahison des Kurdes par l’Occident et la Russie, comme on le fait depuis un siècle déjà. 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici