Les Yézidis appellent les États-Unis, l’UE et l’ONU à prendre des mesures contre la Turquie

0
489
Alors que la Turquie a repris ces attaques visant Shengal, dans la région kurde d’Irak, les organisations yézidies appellent l’ONU, les États-Unis et l’Union européenne à prendre des mesures immédiates contre les frappes aériennes turques à Sinjar (Shengal).
 
Le Conseil d’autonomie démocratique de Sinjar (MXDS), Parti pour la démocratie et la liberté des Yazidis (PADE) et le Conseil des exilés Yazidis de Sinjar (MŞD) ont lancé un appel à l’ONU, aux États-Unis et à l’Union européenne pour qu’ils « prennent une action immédiate contre les frappes aériennes de l’Etat turc à Sinjar (Shengal). »
 
Les organisations yézidies ont appelé à une zone d’exclusion aérienne immédiate au-dessus de Sinjar, à la reconnaissance des unités d’autodéfense YBS et YJS Yazidi, à la reconnaissance de l’autonomie de Sinjar et à l’accord du 9 octobre 2020 entre le gouvernement régional entourant le PDK et le gouvernement central irakien est une base supplémentaire pour la poursuite du génocide du 3 août 2014, c’est pourquoi nous demandons l’abrogation immédiate de l’accord.
 
Le texte intégral de l’appel se lit comme suit:
 
« La communauté yézidie est opprimée depuis des siècles et est menacée de génocide. Après que le gouvernement régional KDP-Kurde a retiré plus de 12 000 forces armées de Sinjar (Shengal), notre patrie a été attaquée le 3 août 2014 par le soi-disant État islamique. (EI) Nos enfants ont été décapités, des femmes violées et vendues, des hommes tués ou torturés et brûlés. Nous avons été chassés de notre patrie, qui a été pillée par l’EI.
 
Avec l’unité d’autodéfense yézidie YBŞ / YJŞ [Yekîneyên Berxwedana Şengalê et Yekîneyên Parastina Jin Şengalê], que nous avons fondée après cet horrible génocide, nous garantissons la sécurité de notre peuple et défendons notre patrie. Nous sommes parvenus à la conclusion que seuls l’autonomie gouvernementale et la légitime défense, liées au gouvernement central irakien en Irak, nous permettent de vivre en tant que citoyens iraquiens avec des droits égaux dans la situation présente et future au Moyen-Orient. La communauté religieuse yézidie fait partie des peuples autochtones d’Irak et a les mêmes droits et obligations dans le pays que les autres communautés ethniques et religieuses. Notre existence, les Yézidis, a été niée par la communauté internationale pendant de nombreuses décennies.
 
Nous avons connu la discrimination, la persécution et le nettoyage ethnique et culturel. Nous n’avons pas la reconnaissance de notre identité ethnique, culturelle et religieuse, bien que nous soyons un peuple autochtone de Mésopotamie. Nous devons nous unir en tant que citoyens iraquiens qui croient en l’avenir de notre pays. Depuis le 3 août 2014, personne ne s’est occupé des Yézidis à Sinjar. Entre-temps, les Yézidis ont fondé leur conseil d’autonomie, le mouvement des femmes, le mouvement des jeunes, l’enseignement dans les écoles, les municipalités et l’administration municipale et les communautés. Les unités de résistance du Sinjar (YBŞ), les unités de démission des femmes du Sinjar (YJŞ) se sont battues contre l’EI et ont libéré la région de Sinjar.
 
Il est bien connu que la communauté religieuse yézidie est la plus ancienne religion de Mésopotamie. La communauté religieuse yézidie a été attaquée par l’État islamique le 3 août 2014 et un génocide cruel a été perpétré. Après ce génocide, nous, Yézidis, avons décidé de créer nos propres forces d’autonomie gouvernementale et de lutter contre l’EI. Comme nous n’avons reçu aucune aide au début ou par la suite et avons été laissés sans défense face à l’EI par les forces armées sur place. En conséquence, le 14 janvier 2015, nous avons fondé le YBS, les forces armées autonomes de Sinjar. Jusqu’à présent et la libération de Sinjar, nous avons perdu des centaines d’hommes et de femmes yézidis dans la lutte contre l’EI.
 
Il est exact que le PKK est venu à Sinjar peu après le 3 août 2014 et a sauvé 10 000 Yézidis d’un génocide de l’EI. Le PKK a soutenu les Yézidis jusqu’à ce qu’ils aient pu se défendre. Nous, Yézidis, sommes très reconnaissants au PKK. Cependant, le PKK s’est retiré de Sinjar le 1er avril 2018. Ce retrait du PKK de Sinjar a également été confirmé par le département d’État américain. Nous tenons à rappeler à tout le monde une fois de plus qu’il n’y a pas de PKK à Sinjar, seulement des Yazidis YBS et YJS.
 
Depuis la libération des terroristes de l’EI, la ville turque a attaqué à plusieurs reprises la région de Sinjar et ses environs. Depuis octobre 2019, en même temps que l’Etat turc envahissait le Rojava, l’Etat turc a bombardé la région de Sinjar à 6 reprises à ce jour. Plusieurs combattants yézidis des forces autonomes d’YBS ont été tués dans ces attaques de l’Etat turc.
 
Les YBS sont les unités de protection des Yézidis, elles sont chargées de protéger la communauté religieuse yézidie dans la région de Sinjar. Sans le YBS, 140 000 Yézidis ne pourraient pas retourner dans leur patrie, la région de Sinjar, pour le moment.
 
La région turque attaque à plusieurs reprises la région de Sinjar et bombarde les positions du YBS.
Compte tenu de ces faits, il ne fait aucun doute que le gouvernement turc veut procéder à un autre génocide de la religion yézidie et vider la région de Sinjar.
Nous lançons un nouvel appel aux États-Unis, qui contrôlent l’espace aérien en Irak, pour qu’ils arrêtent la Turquie dans ses attaques contre les Yézidis. De nombreux civils ont été tués et blessés lors des quatre attaques en Turquie depuis octobre 2019.
 
Les positions YBS ont été bombardées à nouveau hier soir, un chasseur YBS a été tué et un gravement blessé dans cette attaque.
 
Nous tenons à préciser à nouveau que ce sont ces personnes qui sont bombardées par l’État turc et que ce sont également les mêmes combattants qui protègent la protection des Yézidis.
 
Les Êzidis ne constituent pas une menace pour la Turquie. Néanmoins, les Êzidis sont sans défense face aux attaques de l’Etat turc. Pour nous Yézidis, il est incompréhensible que le public international accepte les attaques de l’Etat turc en silence et n’arrête pas leur partenaire de l’OTAN dans ses violations des droits de l’homme. Nous appelons les États-Unis à fermer l’espace aérien du nord de l’Irak, en particulier autour de la région de Sinjar, avec effet immédiat sur l’État turc et ainsi à arrêter les frappes aériennes turques.
 
Nous attendons une confirmation écrite de cette mesure. Et insistez encore une fois sur le fait que nous ne représentons pas une menace pour la Turquie ni pour aucun autre pays ou religion. Depuis cinq ans, malgré le manque de fonds, nous essayons de nous organiser les uns après les autres pour répondre à nos besoins. Ces efforts ont créé la confiance dans notre communauté. Après le massacre, 15 000 personnes de notre population ont dû chercher refuge sur le mont Shengal pour sauver leur vie. Dans le cadre de notre autonomie gouvernementale à Shengal, une base politique, économique, sociale et sécuritaire a été créée sur laquelle notre peuple peut rentrer chez lui. Depuis un an et demi, des dizaines de milliers de personnes sont rentrées chez elles en raison des mauvaises conditions et de la répression dans les camps. Il y a actuellement 200 000 personnes vivant dans les seuls Ezidis. En plus de ce nombre, des milliers d’Arabes et de Kurdes musulmans sont revenus. Chaque mois, 30 à 40 familles [environ 90-100 Êzidis] sont de retour chez elles.
 
Ici, nous tenons à préciser que nos habitants de Sinjar souffrent de peur et de problèmes physiques dus aux frappes aériennes de l’État turc. Beaucoup de femmes ont fait des fausses couches à la suite de frappes aériennes. Plus de 100 écoliers souffrent de problèmes physiques. »
 
 
 

REPONDRE AU COMMENTAIRE

Veuillez entrer votre commentaire !
Veuillez entrer votre nom ici